Victor Tausk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Viktor Tausk (né le 12 mars 1879 à Žilina, il s'est suicidé le 3 mars 1919 à Vienne) est généralement considéré comme l'un des pionniers de la psychanalyse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec une formation en droit et après avoir découvert la psychanalyse à Vienne, il suit des études de médecine et de psychiatrie. Il connut Lou Andreas-Salomé.

Avec la guerre, il est mobilisé comme médecin militaire. Il expose dans une contribution originale sa compréhension du phénomène de désertion[1] et livre son expérience de psychiatre dans un texte où il s’intéresse aux psychoses de guerre à la différence des autres psychanalystes orientés vers les névroses de guerre[2].

Il a été analysé par Helene Deutsch.

Sa vie fut marquée par la pauvreté, la maladie et la dépression. Paul Roazen pense pouvoir affirmer que Sigmund Freud, jaloux de l'intelligence de ce jeune psychanalyste, l'aurait écarté de lui le rendant ainsi encore plus malheureux.

Le principal article de cet auteur est : De la genèse de l'appareil à influencer au cours de la schizophrénie, publié en 1919.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Tréhel. Victor Tausk (1879-1919) et la médecine militaire. L’Information Psychiatrique, 2006, no 3, p. 239-247
  2. Gilles Tréhel. Victor Tausk (1879-1919) : une théorisation sur les psychoses de guerre. Perspectives Psy, 2011, no 2, p. 162-175.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvres psychanalytiques, Paris, Payot, 2000, (ISBN 222889284X)
  • L'"appareil à influencer" des schizophrènes (1919), Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2010, (ISBN 2228905216)
    • Paul Roazen: Animal mon frère toi, Payot, 2006, (ISBN 2228213500)
    • German Arce Ross Le suicide maniaque de Victor Tausk, en ligne, p. 155-174 in Cliniques méditerranéennes, 2002/2 (no 66), Ed.: érès, 2002 (ISBN 2-7492-0065-2)
    • K. R. Eissler, Le Suicide de Victor Tausk. Avec les commentaires du professeur Marius Tausk (1983). PUF, Paris, 1988

Évocations dans la littérature[modifier | modifier le code]