Victor Dubourg de La Cassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Victor Dubourg de La Cassagne est un publiciste, né à Espalion en 1715 et mort au mont Saint-Michel le 26 août 1746.

Il est issu d'une famille noble et catholique originaire du Rouergue. Après des études de belles-lettres à Toulouse, il embrasse la carrière de publiciste. Il est l'auteur des œuvres suivantes[1] :

  • Esquisse de Traité de l'histoire universelle ;
  • Mémoires de la comtesse*** ;
  • Lettres tartares ;
  • deux tragédies, Montézuma et Mérope.

En 1744, il s'installe à Francfort et écrit une satire, Le Mandarin chinois (ou L'Espion chinois)[2], qui est sous forme de lettres publiées hebdomadairement une chronique scandaleuse des monarques de l'Europe[3]. Sur lettre de cachet du 22 août 1745, il est emprisonné dans une cage en fer au Mont Saint-Michel où il meurt un an plus tard à la suite d'une grève de la faim[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Mourlot, Un délit de Presse au dix-huitième siècle : Victor Dubourg et la Cage de fer du Mont Saint-Michel, Alençon,‎ 1902 (lire en ligne)
  2. « L'Espion chinois », dans Jean Sgard, Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas,‎ 1991 (lire en ligne)
  3. Claude Quétel, Les lettres de cachet : Une légende noire, Perrin,‎ 2011, p. 82
  4. « Victor DUBOURG DE LA CASSAGNE (1715-1746) », dans Jean Sgard, Dictionnaire des journalistes (1600-1789) (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robillard de Beaurepaire, Documents sur la captivité et la mort de Dubourg, Caen,‎ 1861
  • Félix Mourlot, Un délit de Presse au dix-huitième siècle : Victor Dubourg et la Cage de fer du Mont Saint-Michel, Alençon,‎ 1902 (lire en ligne)