Victor-Modeste Paroletti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Victor-Modeste Paroletti

Description de l'image  p vip.svg.
Naissance 12 février 1767[1]
Turin
Royaume de Sardaigne Royaume de Sardaigne
Décès 15 décembre 1834 (à 67 ans)
Turin
Nationalité Piémont Piémont
Drapeau de la France France
Pays de résidence Royaume de Sardaigne Royaume de Sardaigne
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Flag of Kingdom of Sardinia (1848).svg Royaume de Sardaigne
Profession Magistrat
Autres activités
Formation
Distinctions
Famille

Victor-Modeste Paroletti (12 février 1767[1] - Turin15 décembre 1834 - Turin), était un juriste et homme politique italien des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victor-Modeste Paroletti, né à Turin en 1767[1], fut destiné par sa famille à la carrière de la magistrature. Il fit son droit à l'université de cette ville : ses études terminées, il reçut le bonnet doctoral.

Des talents remarquables lui ouvrirent aussitôt l'entrée de l'Académie de Turin, à laquelle il communiqua plusieurs mémoires très importants. Bon physicien, naturaliste éclairé, il ne brillait pas moins par son goût pour les arts et par la facilité avec laquelle il traitait des questions les plus opposées en apparence aux sujets habituels de ses études.

Lorsque les Français établirent, en 1799, la République piémontaise à Turin, Paroletti fut nommé secrétaire du gouvernement provisoire, et, l'année suivante membre de la Consulta du Piémont.

Il siégea comme député du département du Pô, où ses concitoyens l'avaient élu à la presque unanimité des suffrages, au Corps législatif d'avril 1807 à fin 1811.

Dans la séance du 18 avril 1810, il fit hommage à l'assemblée de la belle gravure Du Jugement dernier de Michel-Ange, exécutée au trait par Piroli. Il prononça à cette occasion un discours où il caractérisa en peu de mots, mais avec le sentiment d'une vive admiration, le génie du peintre et sculpteur florentin ; et fut éloquent lorsqu'il évovoqua les encouragements donnés par la France aux arts en Italie, des établissements d'utilité publique, et des monuments qui s'y élevaient de toute parts.

Il avait aussi communiqué à l'Académie de Turin la découverte de plusieurs vases antiques et précieux qui venait d'être faite dans une des terres de sa famille.

Il parut plusieurs fois à la tribune, et devint secrétaire du Corps législatif en 1811, il en sortit la même année. Il fut réélu en 1813, et prononça un nouveau discours au sein de l'assemblée, en lui présentant deux volumes des Mémoires de l'Académie de Turin.

Après les événements de 1814, retiré des fonctions publiques, il reçut des lettres de naturalisation, et continua de vivre à Paris, occupé de la culture des sciences et des lettres.

Toutefois, l'amour du sol natal, l'appel de ses amis et les bontés du roi de Sardaigne le décidèrent à retourner à Turin. Il revint à Turin en 1823, y publia plusieurs ouvrages, et y mourut en 1834, vivement regretté.

Paroletti était Chevalier de l'Ordre de la Réunion, membre de la Légion d'honneur et chevalier de l'Ordre de Saint-Maurice et Saint-Lazare.

On a de lui plusieurs mémoires scientifiques et historiques, présentés aux différentes académies dont il était membre, un entre autres sur le surintendant Fouquet.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Victor-Modeste était le frère cadet de Gaétan Camille Thomas Paroletti, général de brigade.


Fonctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Traduction en italien de l'ouvrage de Philibert Chabert, intitulé : Instruction sur la manière de conduire et de gouverner les vaches laitières, Turin, 1798, in-8°. ;
  • Notice historique sur une inscription consulaire trouvée dans les décombres d'une porte de la ville de Turin, 1803, in-4°. ;
  • De l'utilité de la mélasse dans le coulage des métaux, 1805, in-4°. ;
  • Recherches sur l'influence que la lumière exerce sur la propagation du son, Paris, 1805, in-4. ;
  • Description historique de la basilique de Superga, située sur la colline près Turin, 1808, in-fol., avec des vignettes, des planches et des plans ;
  • Correspondance vaudoise, ou Recueil de quelques lettres des habitants des vallées de Pignerol sur le tremblement de terre de 1808, 1808, in-8. ;
  • Lettres sur le moyen de désinfecter les ateliers de vers à soie ;
  • Dissertation sur les maladies des vers à soie, 1810, in-8. ;
  • Discours sur le caractère et l'étude des deux langues françaises et italienne, 1811, in-4. ;
  • Turin et ses curiosités, ou Description historique de tout ce que cette capitale offre de remarquable dans ses monuments, ses édifices et ses environs, Turin, 1819, in-8° ;
  • Turin à la portée de l'étranger, Turin, 1826, in-8°
  • Vite di sessanta illustri Piemontesi (Vies de soixante Piémontais illustres), en italien, 1826, in-fol. :
  • Viaggio romantico pittorico delle provincie occidentali dell' antica e moderna Italia (Voyage romantique et pittoresque dans les provinces occidentales de l'Italie), en italien, 1828, 3 vol. ;

Mais aussi :

Titres[modifier | modifier le code]


Distinctions[modifier | modifier le code]

Règlement d'armoiries[modifier | modifier le code]

« Parti: au 1, d'argent, au palmier de sinople terrassé de sable, surmonté d'un comble d'azur, chargé de deux étoiles à six rais d'or; au 2, de gueules, à une église d'or soutenue du même; champagne d'azur, brochant sur le parti, chargée du signe des chevaliers de l'Ordre impérial de la Réunion.[2] »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Jay, Étienne de Jouy et Antoine-Vincent Arnault, Biographie nouvelle des contemporains : ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers; précédée d'un tableau par ..., vol. 16, Librairie historique,‎ 1824 (lire en ligne) ;
  • Biographie universelle : ou, Dictionnaire historique, contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays, des articles consacrés a l'histoire générale des peuples aux batailles mémorables, aux grands événements politiques, aux diverses sectes religieuses, etc., etc. ; depuis le ..., vol. 4, Furne,‎ 1838 (lire en ligne) ;
  • Joseph-François Michaud et Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne : ou, Histoire, par ordre alphabétique: de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, vol. 76,‎ 1844 (lire en ligne) ;
  • François-Xavier Feller, Biographie universelle : ou, Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, vol. 6, J. Leroux, Jouby,‎ 1849 (lire en ligne) ;
  • « Victor-Modeste Paroletti », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] , passage PARIS_PAUL DE CHATEAUDOUBLE ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]