Vicente Huidobro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parra.

Vicente Huidobro

Description de l'image  Vicente huidobro.jpg.
Nom de naissance Vicente García-Huidobro Fernández
Activités Poète, écrivain
Naissance 10 janvier 1893
Santiago, Région métropolitaine de Santiago
Drapeau du Chili Chili
Décès 2 janvier 1948 (à 54 ans)
Carthagène, San Antonio, Valparaíso
Drapeau du Chili Chili
Langue d'écriture Espagnol
Genres Poésie

Signature

Signature de Vicente Huidobro

Vicente García-Huidobro Fernández, né en 1893 à Santiago, et mort le 2 janvier 1948, est un poète surréaliste et écrivain chilien qui a fortement a contribué au mouvement de réforme poétique faisant face à la poésie conventionnelle le cours du XXe siècle.

Il est connu pour son importante œuvre poétique et pour être le fondateur du ‘Créationnisme’ ; poésie caractérisée par l'absence de signes de ponctuation, la disposition des vers, les thèmes non transcendantaux et les images extraordinaires. Vicente Huidobro fut aussi journaliste de guerre, écrivant de scénarios, commentateur critique du cinéma et un auteur très polémique dans le monde littéraire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Vicente García Huidobro et de María Luisa Fernández, Vicente naît à Santiago au sein d'une famille riche, liée avec la politique et la banque. Sa mère est une féministe active qui fréquente de nombreuses veillées littéraires. Son père, est l'héritier du Marquesado de Maison Royale. Après avoir passé ses premières années en Europe, Huidobro entre en 1907 au Collège San Ignacio à Santiago, appartenant à la Compagnie de Jésus. Il suit des études de littérature à l’Université du Chili et publie des Échos de l'âme à Santiago (1911), composition de tendance moderniste. L’année suivante, il se marie avec Manuela Portales Bello, avec qui il a quatre enfants. Il fonde et dirige la revue Muse Jeune, dans laquelle apparaît part de son livre Chansons dans la Nuit.

Poète très prolifique, dans son œuvre principale et la plus connue, on distingue ‘Altaigle’ ou le voyage en parachute (Altazor) publié en 1931, écrit sur une douzaine d’années qui montre un langage lyrique, surréaliste, expressionniste, voire romantique, pratiqué au début du siècle. Ces poèmes glissent entre la modernité et le langage conventionnel. Dès ses commencements, Huidobro se manifeste en contre les courants littéraires actuels et lutte pour les changer. Il proclame le besoin d’aller au-delà des formes conventionnelles. Il fait partie du mouvement surréaliste au Chili et après avoir visité Buenos Aires il voyage à Paris et Madrid avec sa femme et ses enfants, où il continue à travailler avec les premières figures du monde poétique et artistique et obtient une place privilégiée dans le cercle des écrivains. À Paris, le poète entame une amitié avec des grandes avant-gardes de cette période, comme Apollinaire, Jean Cocteau, André Breton, Juan Gris et Paul Eluard. De retour au Chili, l’écrivain s’implique dans la vie politique en défendant des idées communistes. C’est pendant cette époque, à l’âge de 33 ans, qu’il tombe amoureux d’une jeune fille, Ximena Amunategui, de 14 ans. Il laisse sa femme pour l’épouser, mais les parents de la jeune fille s’y opposent fermement et il est obligé de sortir du pays. Deux ans après il se marie avec Ximena selon le rite musulman. En 1934, il naît son cinquième fils Vladimir, nom donné en honneur à Lénine. Cette relation finit en 1945 quand il travaille comme correspondant de la seconde guerre mondiale. À son retour à Santiago une autre fois, il connaît sa troisième femme, Raquel Señoret. Il publie l’Anthologie de Vicente Huidobro, rassemblée par Eduardo Anguita, poète chilien, collaborateur et ami de Huidobro.

Son décès[modifier | modifier le code]

En 1946, il s'installe à Carthagène, une station balnéaire de la région centrale du pays. En 1947, il souffre à Carthagène d’une maladie cérébrale qui s'attribue à une conséquence de ses blessures de guerre. Le 2 janvier 1948, le poète meurt dans sa maison de Carthagène et est enterré, selon ses désirs, dans une colline face à la mer. Sa fille aînée, Manuela, et Eduardo Anguita, écrivent l’épitaphe: « Ici gît le poète Vicente Huidobro / Ouvrez la tombe / Au fond de cette tombe on voit la mer». Manuela publie un résumé de textes inédits et publications variées dans Derniers Poèmes en 1948. Vicente Huidobro, à côté de Pablo Neruda et Gabriela Mistral, est l’un des grands écrivains chiliens du XXe siècle. Son énorme contribution a enrichi la littérature hispano- américaine et universelle. Consacré à la littérature et fidèle à ses convictions politiques, Vicente Huidobro apporte avec sa poésie, une grande richesse et un approfondissement aux Arts Littéraires.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Des Échos de l'âme, Santiago, Chili, 1911.
  • La grotte du silence, Santiago, Chili, 1913.
  • Chansons dans la nuit, Santiago, Chili, 1913.
  • En passant et en passant, Santiago, Chili, 1914.
  • Les pagodas occultes, Santiago, Chili, 1914.
  • Adán, Santiago, 1916.
  • Le miroir d'eau, Buenos Aires, Orión, 1916.
  • Horizon carré, Paris, Paul Birault, 1917.
  • Poèmes artiques, Madrid, Pueyo, 1918.
  • Ecuatorial, Madrid, Pueyo, 1918.
  • Tour Eiffel, Madrid, s. Et., 1918. (Écrit en français)
  • Hallali, Madrid, Jesús López, 1918. (Écrit en français)
  • Saisons choisies, Paris, La Cible, 1921.
  • Finis Britannia, Paris, Fiat Lux, 1923.
  • Tout à Coup, Paris, Au Sans Pareil, 1925.
  • Automne régulier, Paris, Librairie de France, 1925.
  • Manifestes, Paris, Revue Mondiale, 1925.
  • Vents contraires, Santiago, Nascimento, 1926.
  • À moi Cid Campeador, Madrid, Compagnie Iberoamericana de Publications, 1929.
  • Tremblement de ciel, Madrid, Plutarque, 1931 ; Paris, l'As de Cœur, 1932.
  • Altazor Ou le voyage en parachute, Madrid, Compagnie Iberoamericana de Publications, 1931.
  • Gilles de Racine, Paris, Totem, 1932.
  • La Prochaine, Santiago, Walton, 1934.
  • Alicia Mir, Santiago, Walton, 1934.
  • Cagliostro, Santiago, Zig-Zag, 1934.
  • Dans la lune, Santiago, Ercilla, 1934.
  • Trois romans exemplaires, Santiago, Zig-Zag, 1935 (avec Hans Arp).
  • Sátiro Ou le pouvoir des mots, Santiago, Zig-Zag, 1939.
  • Voir et palper, Santiago, Ercilla, 1941.
  • Le citoyen de l'oubli, Santiago, Ercilla, 1941.
  • Derniers poèmes, Santiago, Ahués Frères, 1948.
  • Œuvres complètes, 2 vols., Santiago, Zig-Zag, 1964.
  • Œuvres complètes, 2 vols., Santiago, Andrés Beau, 1976.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]