Vice-présidence du Burundi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Burundi
Image illustrative de l'article Vice-présidence du Burundi

Le poste de vice-président de la République du Burundi est créé en juin 1998 avec l'entrée en vigueur de la Constitution transitoire. Il remplace le poste de Premier ministre.

Période intérimaire (1998 – 2001)[modifier | modifier le code]

Pierre Buyoya, qui avait déjà dirigé le pays de 1987 à 1993, prend le pouvoir en 1996 à la suite d'un coup d'État et, une fois institué président de la République, le 11 juin 1998, nomme à la vice-présidence Frédéric Bamvuginyumvira (du Front pour la démocratie du Burundi) et Mathias Sinamenye de l'UPRONA. Conformément à la constitution de transition, le premier vice-président était chargé des affaires politiques et administratives, le deuxième des affaires économiques et sociales.

Transition (2001 – 2005)[modifier | modifier le code]

Un nouveau gouvernement de transition prend ses fonctions le 1er novembre 2001 avec Buyoya comme président de la République et Domitien Ndayizeye comme unique vice-président. Au terme de la période de transition de 18, Buyoya passe le pouvoir à Ndayizeye qui nomme Alphonse-Marie Kadege à la vice-présidence. Kadege est remplacé en novembre 2004 par Frédéric Ngenzebuhoro.

Nouvelle Constitution[modifier | modifier le code]

La nouvelle Constitution du Burundi, adoptée en référendum le 28 février 2005, prévoit deux postes de vice-président, un Hutu et un Tutsi, répartis comme sous la période intérimaire (affaires politiques et administratives d'un côté, économiques et sociales de l'autre). Les nominations doivent être approuvées par les deux chambres du Parlement.

Le 29 août 2006, le président Pierre Nkurunziza nomme Martin Nduwimana et Alice Nzomukunda, qui reçoivent l'aval du Parlement et sont immédiatement assermentés. Le 5 septembre 2006, Alice Nzomukunda démissionne[1] de son poste de vice-présidente pour protester contre la fraude et les violations des droits de l'Homme. Elle est remplacée par Marina Barampama le 7 septembre. Suite à des querelles entre les pro-Nkurunziza et pro-Radjabu au sein des CNDD-FDD, Marina Barampama est remplacée le 12 février 2007 par Gabriel Ntisezerana[2].

Le 28 août 2010, le Sénat approuve les nominations de Thérence Sinunguruza et Gervais Rufyikiri aux postes de premier et deuxième vice-présidents[3].

Investiture Fin du mandat Nom Parti
11 juin 1998 1er novembre 2001 Frédéric Bamvuginyumvira FRODEBU
Mathias Sinamenye UPRONA
1er novembre 2001 30 avril 2003 Domitien Ndayizeye FRODEBU
30 avril 2003 11 novembre 2004 Alphonse-Marie Kadege UPRONA
11 novembre 2004 29 août 2005 Frédéric Ngenzebuhoro UPRONA
29 août 2005 7 novembre 2007 Martin Nduwimana UPRONA
29 août 2005 5 septembre 2006 Alice Nzomukunda CNDD–FDD
5 septembre 2006 12 février 2007 Marina Barampama CNDD–FDD
12 février 2007 28 août 2010 Gabriel Ntisezerana CNDD-FDD
7 novembre 2007 28 août 2010 Yves Sahinguvu UPRONA
28 août 2010 en fonction Thérence Sinunguruza UPRONA
28 août 2010 en fonction Gervais Rufyikiri CNDD-FDD

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burundi VP steps down over graft, 5 septembre 2006, BBC News
  2. M. Gabriel Ntisezerana, le Nouveau Deuxième Vice-président de la République prête serment, Burundi Réalités, 12 février 2007
  3. Summary report of the plenary session of August 28, 2010 on the approval of the first and second Deputy Presidents of the Republic of Burundi