Via Campesina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Via Campesina (la « voie paysanne » en espagnol) est un mouvement international qui coordonne des organisations de petits et moyens paysans, de travailleurs agricoles, de femmes rurales, de communautés indigènes d'Asie, des Amériques, d'Europe et d'Afrique. Ce réseau a vu le jour en 1993.

Via Campesina milite pour le droit à la souveraineté alimentaire et pour le respect des petites et moyennes structures paysannes.

Via Campesina a fait du 17 avril la Journée mondiale des luttes paysannes en souvenir des 19 paysans sans terre assassinés en 1996 au Brésil par des milices paramilitaires.

Historique[modifier | modifier le code]

En avril 1992, lors du Congrès de l'Union nationale des agriculteurs et éleveurs (UNAG), à Managua (Nicaragua), se réunirent différents dirigeants d'organisations paysannes d'Amérique centrale, d'Amérique du Nord et d'Europe qui décidèrent de créer une coordination après avoir réalisé que les paysans des pays du nord et les paysans des pays du sud n'étaient pas concurrents mais faisaient face aux mêmes difficultés, et étaient de la même manière prisonniers de la politique des entreprises agro-alimentaires multinationales.

En mai 1993, la première Conférence internationale de Vía Campesina institue le mouvement comme organisation mondiale, et définit son mode d'organisation et ses statuts. Cette rencontre, organisée par la Coordination Paysanne Européenne (CPE), eut lieu à Mons en Belgique. En 1996, la deuxième Conférence internationale de Vía Campesina se déroula à Tlaxcala, au Mexique. La ville de Bengalore en Inde, accueillit la troisième conférence. La quatrième se tint au Brésil à proximité de São Paulo, et la cinquième s'est déroulée en octobre 2008 à Maputo au Mozambique.

Structures[modifier | modifier le code]

Via Campesina est un mouvement qui se dit indépendant de toute organisation politique, économique ou religieuse. Elle est composée par des organisations paysannes nationales ou régionales dont l'autonomie est respectée.

Via Campesina est structurée en neuf régions : Europe, Asie de l'Est et du Sud-est, Asie du Sud, Amérique du Nord, Caraïbes, Amérique centrale, Amérique du Sud, Afrique 1 (Australe et de l'Est) et Afrique 2 (Afrique de l'Ouest). La CCI (Commission de Coordination Internationale) est l'organe international qui assure la coordination du mouvement. Chaque région y délègue deux militants, une femme et un homme.

Rafael Alegría, ancien secrétaire général de Via Campesina avant la manifestation contre l'OMC à Hong Kong en décembre 2005

Via Campesina a structuré ses actions autour de huit axes de travail prioritaires :

  • la souveraineté alimentaire avec son corollaire : la lutte contre l'organisation mondiale du commerce et contre l'emprise des multinationales de l'agroalimentaire ;
  • la biodiversité, les semences et la lutte contre les OGM ;
  • l'agriculture paysanne ;
  • le respect des droits humains des militants syndicalistes et des communautés rurales ;
  • la réforme agraire et l'accès équitable aux moyens de productions ;
  • la reconnaissance du rôle spécifique des femmes dans l'agriculture que ce soit dans l'acte de production, ou dans la transmission des savoirs, et la promotion de la parité dans ses instances internationales ainsi que dans ses organisations membres.
  • la défense et l'organisation des jeunes paysannes et paysans
  • les travailleurs et travailleuses migrants et les ouvriers - ouvrières agricoles


Le siège de Via Campesina est actuellement fixé en Indonésie depuis 2004. L'Indonésien Henry Saragih, qui a succédé à Rafael Alegría originaire du Honduras, occupe la fonction de secrétaire général.

Membres[modifier | modifier le code]

En Europe, la Coordination Européenne Via Campesina, issue en 2008 d'un élargissement de la Coordination Paysanne Européenne (CPE), membre fondatrice de Via Campesina, rassemble ses membres. En sont membres la Confédération Paysanne et le MODEF, pour la France, Uniterre pour la Suisse, la FUGEA et le MAP pour la Belgique.

Depuis son congrès au Mozambique, en octobre 2008, la Via Campesina compte 148 organisations dans 69 pays du monde. Le mouvement est organisé en 9 régions[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]