Via Augusta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Via Augusta
Via Augusta/Via Herculea
Image illustrative de l'article Via Augusta
Itinéraire de la Via Augusta en Hispanie romaine, entre Gadès (Cadix) et Narbo Martius (Narbonne)

Lieu Drapeau de l'Espagne Espagne
Type d’ouvrage Voie romaine
Construction De 8 avant J.-C. à 2 avant J.-C.
Architecte Auguste
Longueur 1 500 km environ
Utilisation continuer vers le Sud la Via Domitia à partir de Narbo Martius
Utilisation actuelle nombreux anciens objets retrouvés
Appartient à République romaine et Empire romain

La Via Augusta était la plus longue voie romaine d'Hispanie, avec une longueur approximative de 1 500 km. Elle partait des Pyrénées pour rejoindre Gadès (aujourd'hui Cadix), en longeant la Mer Méditerranée.

C'est l'une des voies romaines les plus étudiées et les mieux connues depuis l'Antiquité. Elle apparaît dans des témoignages antiques comme les Gobelets de Vicarello et l'Itinéraire d'Antonin. Elle commençait à Gadès, pour rallier l'actuelle localité de La Jonquera, puis se prolongeait avec la Via Domitia, qui bordait le sud de la Gaule Transalpine et allait jusqu'à Rome. Cette voie romaine constituée la colonne vertébrale des axes de circulation en Hispanie romaine. Cette voie a porté différents noms à différentes époques Via Herculea ou Via Heraclea, Chemin d'Hannibal, Via Exterior, Chemin de Saint Vicente Mártir. L'empereur Auguste lui donne son nom lorsqu'il y fait faire des aménagements durant son Principat entre 8 et 2 avant J.-C., pour qu'elle devienne une importante voie de communication et de commerce entre les villes, les provinces et les ports de la Méditerranée.

Actuellement, les routes nationales N-IV, N420 et N340, ainsi que l'autoroute espagnole A-7 suivent souvent le même tracé que la Via Augusta. De fait, certains tracés de l'actuelle N340 ont utilisé la voie romaine jusqu'au XXe siècle, qui était encore pavée dans les années 1920 durant la dictature de Primo de Rivera.

Itinéraire[modifier | modifier le code]

La péninsule Ibérique en 125 montrant la Via Augusta par son autre nom la Via Herculea.

Vestiges[modifier | modifier le code]

L'Arc de Berà, un arc de triomphe romain situé à Roda de Barà, au nord de Tarragone sur l'ancienne Via Augusta. Cette section de voie romaine correspond à l'actuelle N340.
Panneau indiquant la distance jusqu'à Rome depuis El Puerto par la Via Augusta.

Sur le bec du pont de la Alcantarilla, à la limite de la commune d'Utrera (Séville), une inscription signale que la Via Augusta passait sur ce même pont, qui liait la province romaine de Bétique avec le nord de l'Hispanie romaine. La voie traversait le fleuve Betis (aujourd'hui le Guadalquivir) par le pont d'Andújar dont huit arches de l'époque romaine ont été conservées à ce jour[1].

Plusieurs villes actuelles conservent son tracé, qui suit approximativement l'autoroute espagnole A-7. Il existe encore un tronçon assez important visible dans la commune de El Perelló. La voie romaine passait également sous l'Arc de Berà. À Barcelone, une rue porte le nom la voie romaine, il s'agit même de l'une des rues principales du district de Sarrià-Sant Gervasi, qui relie l'avenue Diagonale avec les tunnels de Vallvidrera, en passant par la place Molina. Son tracé passe également sous la ligne 6 des chemins de fer de la Généralité.

À Valence, la Via Augusta est visible dans deux lieux principaux de la ville, le premier se trouve près de la cathédrale, dans le musée connu sous le nom de l'Almoina qui intègrent des vestiges de différentes époques de la ville, et le deuxième, près de l'ancien palais des Borgia (famille des Borgia), aujourd'hui le bâtiment du parlement valencien. Dans le musée d'Almoina, en plus de quelques dizaines de mètres de pavés de la voie romaine, il est possible de voir des vestiges des colonnes antiques du temple des Nymphes de la même époque, un puits, ainsi des vestiges de maisons wisigothes et arabes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chías Navarro, Pilar et Abad Balboa, Puentes de España, FCC, Madrid, 1994, p. 50-51, ISBN 84-920207-0-9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]