Vespula vulgaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Guêpe commune, ou Vespula vulgaris, est une guêpe très proche de la Vespula germanica. Son aire de répartition naturelle est l'Eurasie (où elle a localement régressé), mais elle a été introduite dans l'hémisphère sud en Australie et Nouvelle-Zélande[1] où elle se comporte localement en espèce très invasive [2],[3].

Fonctions écosystémiques[modifier | modifier le code]

En tant que petit prédateur, au sein de l'écosystème, les guêpes autochtones jouent un rôle important dans le contrôle (régulation) naturel des populations d'insectes [4] capables de se reproduire rapidement et abondamment (mouches et papillons notamment).

Elles pourraient à ce titre jouer un rôle important (service écosystémique) pour la gestion forestière et la protection des cultures contre les larves ou adultes d'un grand nombre d'espèces dites nuisibles à certaines activités humaines, mais pour la lutte biologique on leur préfère généralement des espèces plus spécialisée et surtout plus petites et ne piquant pas les humains.

Populations, génétique[modifier | modifier le code]

Elle a été signalée en Amérique du Nord où elle est alors nommée common yellowjacket[5] mais une étude de 2010 laisse penser que ses populations nord américaines pourraient en fait constituer une population initialement mal identifiée, de l'espèce Vespula alascensis[6].

Description[modifier | modifier le code]

vue frontale de la tête et de la « marque noire » qui identifie l'espèce (flèche vers le bas)
Reine rentrant au nid
Ouvrières affairées à agrandir le trou où le nid est en construction (souvent un terrier abandonné de petit mammifère)
Nid de guêpe commune dont la partie externe a été partiellement ôtée pour montrer la structure interne du nid et les alignements de cellules
Cellules de développement larvaire. celles qui sont couvertes sont occupées par des larves en cours de métamorphose
Détail de l'intérieur d'un nid et des alvéoles
Détail de l'extérieur d'un nid.
Chaque bande de couleur correspond à la quantité de fibre végétale mâchée apportée par une ouvrière
La guêpe commune capture ses propres proies, mais sait aussi se montrer opportuniste, ici en « volant » à des araignées les proies que ces dernières ont emballé et stocké la nuit dans un cocon de soie (Photo prise sur les bases des luminaires de la partie supérieure du Pont-canal de Briare, lesquels attirent chaque nuit une grande quantité d'insectes).
Détail de la surface d'une antenne vu au microscope électronique (V. vulgaris), montrant divers types de capteurs et senseurs
Dard de reine vu au microscope
Guêpe commune adulte se nourrissant de la chair sucrée d'une poire mûre

Taille : Les travailleuses adultes mesurent de 12 à 17 mm (de la tête à l’extrémité de l'abdomen)
La reine est plus longue (environ 20 mm).

Couleur : Le « patron » aposématique de couleurs noire et jaune et très similaire à celui de la guêpe germanique (Vespula germanica).

Tout comme cette dernière, V. vulgaris présente 4 taches jaunes sur le thorax, mais on la distingue facilement grâce à une « tache » noire, en forme de flèche orientée vers le bas sur sa face (alors que la guêpe germanique présente trois points noirs sur la même zone.

En outre, il se distingue par l'absence de points noirs sur le tergite qui sont situés plus haut et font partie des anneaux noirs sur chacun des six segments de l'abdomen. De plus, la zone génale (joues, située chez la guêpe entre l'œil et le cou, au-dessus de la partie de la tête où les mâchoires sont attachées) est habituellement divisée par une tache noire (bien que parfois très discrète)[7]

Alimentation[modifier | modifier le code]

La guêpe commune est une espèce prédatrice d'autres insectes (mouches, papillons, coléoptères...) ou de leurs larves (chenilles notamment) qu'elles chassent pour alimenter leurs larves (jusqu'à plus de 10 000 par colonie). Parfois (cf illustration) elles « volent » leurs provisions à des araignées.

La guêpe commune adulte se nourrit pour sa part de nectar, de miellat et de fruits murs (généralement sur des fruits sucrés tombés ou blessés par des oiseaux).

Elle peut parfois essayer de voler un peu de miel dans des nids d'abeilles sauvages, plutôt dans des colonies affaiblies ou dans un nid dégradé (par exemple éventré par un ours, ou une bondrée apivore), car les abeilles se défendent vigoureusement en tuant les guêpes de leur piqure.

Les larves nécessitent une alimentation riche en protéine et suffisante pour atteindre leur taille normale[8],[9].

Au printemps et en été, les ouvrières chasseuses sont la plupart du temps très actives dans leur recherche de protéines[10]. Cependant, dans la forêt néozélandaise de hêtre noir (Nothofagus solandri var. solandri, dit « hêtres à miellat »)[11] où cette espèce a trouvé un miellat (plus pauvre en glucose et fructose que le nectar, mais très riche en sucres complexes tels que maltose, l'erlose et le mélézitose[10]), les guêpes diminuent nettement leur quête de protéine après les pluies (de même chez V. germanica)[10]. Ceci pourrait être dû au fait que ce miellat (hautement énergétique) est alors moins abondant (lessivé par les pluies) et que les guêpes adultes doivent passer plus de temps à trouver leur nourriture sucrée, au détriment du temps passé à trouver celles des larves de la colonie[10].

Une bonne alimentation des futures reines semble importante. Les petites reines auraient plus de mal à assurer la survie des colonies futures[12].

Reproduction, nidification[modifier | modifier le code]

Le nid est fabriqué par les ouvrières à partir de fibres de bois mâchées et mélangées avec de la salive (une sorte de pâte à papier).
Le nid comporte des rangées de cellules et une colonne cylindrique appelé "pétiole" qui le fixe solidement au substrat.
Les guêpes sécrètent une substance chimique qui repousse les fourmis qu'elles répandent autour de la base du pétiole pour éviter la prédation par les fourmis.
C'est toujours une reine solitaire femelle qui entame la construction du nid. Elle y prépare 20 à 30 cellules avant sa première ponte. Cette phase commence au printemps, plus ou moins tôt selon les conditions climatiques. Elle façonne le « pétiole » du nid et construit une cellule unique à son extrémité. Six autres cellules sont ensuite ajoutés autour, de manière à produire la forme hexagonale caractéristique des cellules du nid. Un œuf est déposé dans chaque cellule. La reine partage alors son temps entre le renforcement du nid et le nourrissage des premières larves avec le « jus » qu'elle extrait d'insectes mastiqués qu'elle a été chasser[13].
Quand la larve atteint sa taille maximale, elle dépose un couvercle sur la cellule, où s'effectue la pupaison et la métamorphose qui produit le stade adulte. Quand assez de travailleuses adultes ont émergé, elles prennent le relais pour le butinage et les soins au couvain de la colonie ainsi que pour l'entretien du nid. La reine, maintenant alimentée par les travailleuses, concentre toute son énergie sur la reproduction [13].
Le nid plus ou moins sphérique est toujours construit de haut en bas avec des rangées successives de cellules séparées par des pétioles[14].

Les larves de futures reines, dites "gynes", sont élevées dans des cellules plus grandes, situées dans la partie inférieure des rayons[14].
Un nid peut contenir une fois fini de 5,000 à 10,000 individus[13].

Chaque colonie de cette espèce comprend une reine génitrice et de quelques-unes à quelques milliers d'ouvrières stériles. La vie de la colonie est relativement éphémère ; toutes les ouvrière meurent en début d'hiver, ne laissant en vie que les futures reines et un certain nombre de mâles (parfois qualifiés de faux-bourdons) produits en fin dété. Après l'accouplement, la reine part hiverner dans une cavité ou autre endroit abrité, parfois dans un bâtiment.
Chaque nid est abandonné après la mort de la colonie.

On a constaté en Nouvelle-Zélande et Australie qu'en climat doux, quelques colonies survivent à l'hiver, mais moins souvent que dans le cas des colonies de guêpes germaniques[15].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Comme toutes les espèces, la guêpe commune est soumises à la prédation, principalement par la Bondrée apivore (là où elle n'a pas disparu des suites de la chasse, du piégeage et des empoisonnements). Cet oiseau repère les trajets des guêpes et apidés, creusent le sol, perce les nids et mangent les larves qui s'y trouvent. Un autre prédateur est Volucella pellucens ou d'autres espèces proches, qui parasitent les nids en y déposant leurs œufs. (leurs larves se nourrissent des guêpes adultes, des jeunes guêpes et des cadavres de guêpes). Diverses espèces d'araignées sont également prédatrices de guêpes.

Une espèce d'acarien parasite, Varroa destructor jacobsoni (aussi trouvé dans les ruches d'abeilles domestiques), a été trouvée sur des larves de cette espèce en Pologne en 1988[16].

Comportement[modifier | modifier le code]

La guêpe commune est une espèce eusociale de vespidés construisant un nid de "papier gris ou plus ou moins coloré selon la provenance des fibres utilisés". Le nid est installé par la reine fondatrice dans ou sur une structure capable de le supporter ; il peut être installé dans une charpente, une cavité murale, une crevasse de rocher, un tronc d'arbre mort ou creux, sous terre (alors souvent dans un terrier abandonné de petit mammifère (le trou pouvant ensuite agrandi par les travailleuses), voire un rideau de tissus en coton (le coton pouvant alors aussi servir de source de fibres pour la construction du nid).

Orientation, mémorisation[modifier | modifier le code]

La guêpe commune, comme l'abeille commune et d'autres hyménoptères semble capable de mémoriser l'environnement qui l'entoure via des vols de reconnaissance et d'orientation[17].

Une structure spatiale particulière de vol a été trouvée dans l'orientation de la guêpe, Vespula vulgaris, quand elle effectue son premier départ à partir d'une source de nourriture nouvellement découverte par elle[17]. Ce vol se compose de déplacements en arcs de cercle approximativement centrés sur la source de nourriture[17]. En fin de chaque arc, la guêpe se tourne vers la source de nourriture. Ces « points de contrôle » sont disposés avec précision le long de lignes s'étendant à partir du dispositif d'alimentation[17].

Agressivité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Piqûre d'insecte.

La guêpe commune, comme les abeilles peut défendre énergiquement son nid et piquer.
Contrairement aux abeilles qui meurent après avoir piqué en laissant leur dard dans leur victime, la guêpe commune peut piquer plusieurs fois. Elle serait peut-être - pour cette raison - plus encline à piquer que l'abeille.
Toutefois, elle ne pique généralement pas sans que cette réaction n'ait été provoquée par un mouvement brusque ou d'autres comportements qu'elle aurait pu interpréter comme menaçant.

Elle peut faire preuve d'agressivité intraspécifique (entre colonies) ; On a ainsi montré que son odorat lui permet d'identifier et attaquer des guêpes rivales d'autres colonies[18].

En Nouvelle-Zélande, des entomologistes ont aussi observés des guêpes communes devenir agressive à l'égard d'abeilles quand ces deux espèces étaient en concurrence pour collecter le miellat secrété par la cochenille Ultracoelostoma brittini dans les forêts de hêtre noir de l'Île du Sud en Nouvelle-Zélande[19],[20].

Invasivité[modifier | modifier le code]

C'est une espèce qui est plutôt en régression ou qui a disparu d'une partie de son aire naturelle de répartition en Eurasie (à cause des insecticides utilisés en agriculture et dans les jardins probablement, mais aussi suite à la destruction presque systématique des nids, depuis plusieurs siècles ou décennies), mais là où elle a été involontairement introduite, par exemple en Australie et en Nouvelle-Zélande, elle se montre (comme V. germanica, une espèce proche, également introduite dans ces régions) localement très invasive [21],[22].

Ainsi, à titre d'exemple ; dans les forêts de hêtres à miellat de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande, Vespula vulgaris s'est mise à pulluler ;
La biomasse des guêpes introduites du genre Vespula (surtout constituée de V vulgaris dans cette région) a été estimée à la fin des années 1980[23].

- Au moment du pic annuel de population, on comptait environ 3761 grammes de guêpes Vespula par hectare, la moyenne sur l'année étant de 1097 g/ha, soit autant voire plus que les biomasses combinés d'oiseaux (estimation = 206 g/ha) + rongeurs (jusqu'à 914 g/ha certaines années, mais généralement beaucoup plus faible) et les hermines introduites[24] (jusqu'à 30 g/ha)[23].
- Dans une forêt de hêtre, un comptage a conclu à une biomasse relative de V vulgaris de deux ordres de grandeur supérieure que celle des guêpes natives (au moment du pic démographique saisonnier[25] de V. vulgaris)[23].
- La densité moyenne des travailleuses Vespula à l'apogée de la saison a été estimée à 10 000 guêpes par ha[23].
Cette densité dépasse celle atteinte par d'autres espèces de guêpes utilisés (avec un certain succès) en lutte biologique[26],[27],[28] ; On peut donc supposer que ces pullulations de Vespula introduites, et en particulier de Vespula vulgaris ont des effets écologiques très significatif (directs et indirects[29]), mais ces derniers ne sont étudiés que depuis peu de temps (toute fins des années 1980[30]). Ces effets sont encore mal documentés[23],[31],[32], mais de premiers indices ou preuves accumulés depuis la fin des années 1980[33] montrent qu'ils ne sont pas négligeables. A titre d'exemple  :
  • On a (1998) fait dans une hêtraie - 40 ans environ après le début de l'invasion - une mesure expérimentale de l'impact de cette pullulation de guêpes communes sur une espèce d'araignée tisseuse de toile (Eriophora pustulosa), montrant que sa population est fortement réduite là où les guêpes sont présentes par rapport aux zones où les guêpes ont été (pour les besoins de l'expérience) empoisonnées. (Hypothèses explicatives : les guêpes peuvent priver l'araignée d'une grande partie de sa nourriture, les attaquer, détruisent trop souvent leurs toiles et/ou encore y voler les proies qui s'y sont prises). Les auteurs de cette étude ont modélisé la pression de contrôle des guêpes qui serait nécessaire pour protéger les populations naturelles d'araignées de cette forêt : il faudrait réduire de 80 à 89,5 % la population de guêpe pour protéger les populations d'araignées tisseuses de toiles. Par extrapolation du modèle, les auteurs estiment que de nombreux taxa d'invertébrés les plus vulnérables à la prédation des guêpe ont peut-être déjà disparu de l'écosystème de ces hêtraies au cours des 40 années d'occupation par cette guêpe devenue dans ces circonstances invasives[34] ;
  • En consommant une grande partie du miellat produit par la cochenille (Ultracoelostoma assimile, de la famille des Margarodidae et espèce typique de certaines forêts de Nothofagus de l'Île du Sud), la guêpe commune, quand elle pullule, entre aussi en compétition avec l'abeille domestiques (Apis mellifera)[35]
  • On a récemment montré (2002) que dans les hêtraies néozélandaises concernées par les pullulations de guêpes exotiques, cette compétition pour le miellat pourrait négativement affecter d'autres invertébrés qui semblent en dépendre tels que ceux des familles de Mycetophilidae, Staphylinidae, Pteromalidae et Margarodidae[36] ;
  • De même pour trois espèces d'oiseaux qui se nourrissent du même miellat ; Anthornis melanura, Prosthemadera novaeseelandiae, Zosterops lateralis)[37] (Ces oiseaux étaient autrefois les plus abondants dans les forêts les plus riches en miellat, qui sont précisément celles qui sont aujourd'hui les plus "envahies" par les guêpes)[37] ;
  • Des campagnes expérimentales (de 4 ans consécutifs) de destruction des guêpes (par appât empoisonné au fluoroacétate de sodium et sulfluramide) ont permis de tuer de 82 à 100 % des colonies sur les zones test, mais avec une réinvasion très rapide du secteur par des ouvrières en quête de nourriture (qui donc maintiennent la pression de prédation et de concurrence avec les oiseaux (dont par exemple Nestor meridionalis[38], pour cette raison menacé) et d'autres espèces insectivores, cette pression n'ayant été réduite que de 55 à 70 % par les empoisonnements qui peuvent aussi toucher des espèces non-cibles. Les auteurs ont conclu qu'en termes de bilan, les gains de conservation devaient être « quantifiés afin d'évaluer si le coût des opérations d'intoxication est justifiée »[38] ;
  • La lutte biologique a été envisagée, avec notamment Sphecophaga vesparum[39] comme prédateur.

Ces forêt sont considérées comme des habitats et refuges importants voire vitaux pour la survie des nombreuses populations d'oiseaux autochtones[40],[41].
C'est là qu'on a enregistré les plus fortes densité de guêpes connues au monde[42] ; leur poids y dépasse celui de la totalité des oiseaux de la forêt[43].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Edwards, R. 1980. Social wasps, their biology and control. East Grinstead, Rentokil Limited

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

  1. Clapperton, B.K.; Moller, H.; Sandlant, G.R. 1989. Distribution of social wasps (Hymenoptera: Vespidae) in New Zealand in 1987. New Zealand Journal of Zoology 16: 315-323.
  2. MoHer, H.; Clapperton, K.; Sandlant, G.; Tilley, J. 1987. Wasps - the new invaders ; New Zealand Environment 56: 3-8
  3. Sandlant, G.R.; MoHer, H. 1989. Abundance of common and German wasps (Hymenoptera: Vespidae) in the honeydew beech forests of New Zealand in 1987. New Zealand Journal of Zoology 16:333-343
  4. Dempster, J.P. 1983. The natural control ofpopulations of butterflies and moths. Biological Reviews 58: 461-481
  5. (en) Gordon Gordh et David Headrick, A Dictionary of Entomology, CABI,‎ 2003 (ISBN 978-0-85199-655-4, lire en ligne), p. 219
  6. (en) James M. Carpenter et James R. Glare, « Misidentification of Vespula alascensis as V. vulgaris in North America (Hymenoptera, Vespidae, Vespinae) », American Museum Novitates, vol. 3690, no 3690,‎ 25 June 2010, p. 1 (DOI 10.1206/706.1, lire en ligne)
  7. Matthew P. Kweskin, Vespula vulgaris (Linnaeus, 1758) ; the Evergreen State College ; 2 février 1997, consulté 9 avril 2010
  8. Harris, R.J. 1995. Effect of starvation of larvae of Vespula vulgaris (L.) (Hymenoptera: Vespidae) on subsequent survival and adult size. New Zealand Journal of Zoology 22: 33-38.
  9. Harris, R.J.; Beggs, J.R. 1995. Variation in thequality of Vespula vulgaris (L.) queens (Hymenoptera : Vespidae) and its significance in wasp population dynamics. New ZealandJournal of Zoology 22: 131-142..
  10. a, b, c et d R.J. Harris, H. Moller & J.A.V. Tilley, Weather-related differences in attractiveness of protein foods to vespula wasps ; New Zealand Journal of Ecology (1991) 15(2): 167-170
  11. article illustré comprenant des photos de hêtres à miellat], Nouvelle-Zélande, consulté 2012-11-17
  12. R. J. Harris & J. R. Beggs (1995), Variation in the quality of Vespula vulgaris (L.) queens (Hymenoptera: Vespidae) and its significance in wasp population dynamics DOI:10.1080/03014223.1995.9518030 ; pages 131-142 ; New Zealand Journal of Zoology Volume 22, Issue 2, 1995
  13. a, b et c (en) Burton, Robert H.; Burton, Maurice, International wildlife encyclopedia, London, Marshall Cavendish,‎ 2002, 2824–7 p. (ISBN 0-7614-7286-X, lire en ligne)
  14. a et b (en) Hunt, James G., The evolution of social wasps, Oxford [Oxfordshire], Oxford University Press,‎ 2007 (ISBN 0-19-530785-2, lire en ligne), p. 95
  15. (en) D. M. Leathwick & P. L. Godfrey, « Overwintering colonies of the common wasp (Vespula vulgaris) in Palmerston North, New Zealand », New Zealand Journal of Zoology, vol. 23, no 4,‎ 1996, p. 355–8 (DOI 10.1080/03014223.1996.9518095)
  16. (en) M. Jeliński, « Roztocz Varroa jacobsoni Oudemans, 1904 na larwach osy pospolitej Vespa (Paravespula) vulgaris L."[The mite Varroa jacobsoni Oudemans, 1904 on larvae of common wasp Vespa (Paravespula) vulgaris L.] », Wiad Parazytol, vol. 36, no 1–3,‎ 1990, p. 55–8 (PMID 2256338)
  17. a, b, c et d T. S. Collett & M. Lehrer, Looking and Learning: A Spatial Pattern in the Orientation Flight of the Wasp Vespula vulgaris ; doi: 10.1098/rspb.1993.0056 Proc. R. Soc. Lond. B 22 May 1993 vol. 252 no. 1334 129-134 (résumé)
  18. (en) I Steinmetz et E Schmolz, « Nest odor dynamics in the social wasp Vespula vulgaris », Die Naturwissenschaften, vol. 92, no 9,‎ 2005, p. 414–8 (PMID 16158272, DOI 10.1007/s00114-005-0006-9)
  19. (en) T.J. Markwell, Competition between honey bees (Apis mellifera) and wasps (Vespula spp.) in honeydew beech forest, Wellington, New Zealand, Department of zoology, University of Canterbury, pdf (lire en ligne), p. 5
  20. Moller, H.; Tilley, J.A.V. (1989), Beech honeydew : seasonal variation and use by wasps, honeybees, and other insects ; New Zealand Journal of Zoology 16: 289-302.
  21. Référence GISD : espèce Vespula vulgaris L. (en)
  22. Donovan, B.J. 1984. Occurrence of the commonwasp, Vespula vulgaris (L.) (Hymenoptera:Vespidae) in New Zealand. New Zealand Journalof Zoology 11: 417-427
  23. a, b, c, d et e CD Thomas, H Moller, GM Plunkett & RJ Harris, The prevalence of introduced Vespula vulgaris wasps in a New Zealand beech forest community ; New Zealand journal of Ecology, Vol. 13, 1990 (nzes.org.nz)
  24. Taylor, R.H.; Tilley, J.A.V. 1984. Stoats (Mustela erminea) on Adele and Fisherman islands, Abel Tasman National Park, and other offshore islands in New Zealand. New Zealand Journal of Ecology 7: 139-145.
  25. Moller, H.; Tilley, J.A.V.1989. Beech honeydew: seasonal variation and use by wasps, honey bees and other insects. New Zealand Journal of Zoology 16: 289-302.
  26. Gould, W.P.; Jeanne, R.L 1984. Polistes wasps (Hymenoptera: Vespidae) as control agents for lepidopterous cabbage pests. Environmental Entomology 13: 150-156
  27. Lawson, F.R.; Rabb, R.L; Guthrie, F.E.; Bowery, T.G. 1961. Studies of an integrated control system for hornworms and tobacco. Journal of Economic Entomology 54: 93-97.
  28. Morimoto, R. 1960a. Polistes wasps as natural enemies of agricultural and forest pests. I Science Bulletin of the Faculty of Agriculture, Kyushu University 18: 109-116
  29. Stamp, N.E.; Bowers, M.D. 1988 Direct and indirect effects of predatory wasps (Polistes sp.: Vespidae) on gregarious caterpillars (Hemileuca lucina: Saturniidae). Oecologia 75: 619-624.
  30. Moller, H.; Tilley, J.A.V.; Alspach, P.; Millar, I.R.; Plunkett, G.M. 1988. Impact of Vespula wasps on native insects and birds: first year research report. Ecology Division Report No. 13, DSIR, New Zealand.
  31. Barr, K.; Moller, H.; Christmas, E.; Lyver, P.; Beggs, J. 1996. Impacts of introduced common wasps (Vespula vulgaris) on experimentally placed mealworms in a New Zealand beech forest. Oecologia 105: 266-270.
  32. Cumber, R.A. 1961. The interaction of native andintroduced insect species in New Zealand ; Proceedings of the New Zealand EcologicalSociety 8: 55-60.
  33. Moller, H.; Tilley, J.A.V.; Bell, R.; Thomas, B.W.; Gaze, P.D. 1991. Effect of introduced wasps on the standing crop of honeydew in New Zealand beech forests. New Zealand Journal of Zoology 18: 171-179.
  34. Richard J. Toft, Joanna S. Rees , Reducing predation of orb-web spiders by controlling common wasps (Vespula vulgaris) in a New Zealand beech forest ;  ; DOI:10.1046/j.1365-2311.1998.00100.x Blackwell Science Ltd, Oxford Issue Ecological Entomology Ecological Entomology Volume 23, Issue 1, pages 90–95, February 1998, en ligne: 4 Jan 2002
  35. T.J. Markwell, D. Kelly and K.W. Duncan, Competition between Honey bees (Apis mellifera) and wasps (Vespula spp.) in honeydew beech (nothofagus solandri var. solandri) forest ; New Zealand Journal of Ecology (1993) 17(2): 85-93
  36. Robert Ewers, The influence of honeydew on arthropod community composition in a New Zealand beech forest ; New Zealand Journal of Ecology (2002) 26(1): 23-29 ; New Zealand Ecological Society
  37. a et b PD Gaze & MN Clout : Importance of honeydew to birds honeydew and its importance to birds in beech forests of South Island, New-Zealand ; New Zealand Journal of Ecology 6: 33-37 ; 1983
  38. a et b Beggs, J.R.; Wilson, P.R. 1991. The kaka (Nestor meridionalis), a New Zealand parrot endangered by introduced wasps and mammals. Biological Conservation 56: 23-38
  39. Barlow, N.; Moller, H.; Beggs, J.R. 1996. A modelfor the effect of Sphecophaga vesparum vesparum as a biological control agent of thecommon wasps in New Zeaand. Journal ofApplied Ecology 33: 31-44
  40. Gaze, P.D.; Clout, M.N. 1983. Honeydew and its importance to birds in beech forests of South Island, New Zealand. New Zealand Journal of Ecology 6: 33-37.
  41. Moller, H.; Clapperton, K.; Gaze, P.; Sandlant, G.; Thomas, B.; Tilley, J. 1987b. Honeydew, life blood of South Island beech forests. Forest and Bird 18(4): 14-16.
  42. (en) « Vespula Wasp Factsheet », Department of Conservation (consulté le 19 May 2012)
  43. (en) « Story: Wasps and bees », Te Ara – the Encyclopedia of New Zealand (consulté le 19 May 2012)