Vespidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Vespidae forment une famille d'insectes hyménoptères comprenant des guêpes sociales et de nombreuses guêpes solitaires[1]. Parmi ces insectes sociaux volants, on trouve les guêpes proprement dites, les frelons, les polistes. Il en existe plusieurs centaines d'espèces dont la plus fréquente en Europe du nord-ouest est la guêpe dite allemande (Vespula germanica). Elles forment des colonies annuelles fondées au printemps par une femelle fécondée, la reine. Les mâles naissent à la fin de l'été. Seules les nouvelles femelles fécondées hivernent.

La colonie[modifier | modifier le code]

Le nid est constitué d'alvéoles de « carton » que les guêpes produisent en mastiquant du bois pour le mélanger à leur salive. Ce procédé de fabrication a été étudié par l'homme pour la technique de fabrication du papier à partir de la cellulose du bois. Chaque alvéole est destiné à recevoir un œuf. Une fois déposé par la reine, celui-ci mettra environ vingt jours pour parvenir à l'état adulte.

La reine ou la femelle fondatrice (l'appellation dépend de l'espèce) détient un stock de spermatozoïdes qui lui servira durant toute sa vie. Elle gère la fécondation des œufs qu'elle va pondre. Fécondés, ils donneront des individus femelles ; non fécondés, ils donneront des individus mâles qui sont par conséquent haploïdes. Par la suite, le type de nourriture que les larves reçoivent permet de déterminer la possibilité qu'elles auront de se reproduire.

Durant la plus grande partie de l'année la colonie voit croître des individus femelles nourris et élevés pour devenir des ouvrières : elles passeront leur vie à s'occuper de la survie du nid en allant chercher la nourriture et en élevant les nouveaux individus. Certaines deviendront reine ou fondatrice. Mais dans le courant de l'été la colonie commence à construire des alvéoles où la reine se met à pondre des œufs destinés à devenir des individus reproducteurs qui seront nourris en conséquence. Le nombre de mâles et de femelles reproducteurs est principalement lié à la taille du nid, donc à sa capacité à nourrir et faire se développer ces individus reproducteurs. À l'issue de leur développement, vers le mois de septembre, les individus reproducteurs se rassemblent pour un vol nuptial à la fin duquel les mâles mourront d'épuisement.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les guêpes sociales sont omnivores avec une prédilection pour la viande. Elles chassent des mouches, des chenilles ainsi que d'autres insectes nuisibles (parasites du bétail par exemple) pour nourrir le nid, sans dédaigner les pièces de boucherie que les humains peuvent laisser à l'air libre. Elles adorent également les fruits bien mûrs et le miel. Elles ne sont pas pollénisatrices en temps normal, mais en consommant certaines fleurs elles peuvent transporter du pollen.

Elles reconnaissent leur appartenance à une colonie grâce à des phéromones spécifiques au nid : une guêpe, même de la même espèce, sera ainsi rejetée par un nid auquel elle n'appartient pas. Elles savent également retrouver la position de leur colonie à la manière des fourmis en se repérant en fonction de la position du soleil.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

En Europe on rencontre les sous-familles suivantes :

Liste des sous-familles et genres au niveau mondial[modifier | modifier le code]

Sous-famille Eumeninae
Sous-famille Masarinae
Sous-famille Vespinae 
Sous-famille Polistinae
  • Angiopolybia Araujo, 1946
  • Agelaia Ducke, 1910
  • Apoica Lepeletier, 1836[1]
  • Belonogaster de Saussure, 1854[2]
  • Brachygastra Perty, 1833
  • Cartergellus Bequaert, 1938
  • Charterginus Fox, 1898
  • Chartergus Lepeletier, 1836
  • Clypearia de Saussure, 1854
  • Epipona Latreille, 1802
  • Euparagia Cresson, 1879
  • Leipomeles Moebius, 1856
  • Marimbonda Richards, 1978
  • Metapolybia Ducke, 1905
  • Mischocyttarus Saussure, 1853
  • Nectarinella Bequaert, 1938
  • Occipitalia Richards, 1978
  • Parachartergus R.Von Ihering, 1904
  • Polistes Latreille, 1802
  • Polybia Lepeletier, 1836
  • Protolybia Ducke, 1905
  • Pseudochartergus Ducke, 1905
  • Pseudopolybia Von Della Torre, 1894
  • Synoeca de Saussure, 1852
  • Synoecoides Ducke, 1905

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]