Vesce commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


La Vesce commune (Vicia sativa) est une plante herbacée annuelle de la famille des Fabacées souvent cultivée comme plante fourragère.

Description[modifier | modifier le code]

La tige à croissance hypogée est simple ou ramifiée, grimpante et peut atteindre 70 cm de hauteur.

La feuille est composée renfermant entre 3 et 8 paires de folioles et terminée par une vrille ramifiée. Les stipules sont, généralement, nectarifères. Chez certaines espèces, des taches d'anthocyanes sont observées sur les tiges.

La fleur est violette ou pourpre plus ou moins violacée de 1 à 3 cm, insérées par 2, rarement solitaires, sur des pédoncules très courts. Le calice est dentelé (denture égale) et se rompt à maturité.

La gousse est allongée, cylindrique ou légèrement aplaties pouvant atteindre 60 mm de longueur. La graine est d’un brun jaunâtre à brun châtain, polymorphe et à paroi lisse.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

C’est une espèce messicole. Elle se rencontre aussi dans les champs, les parcours, parmi les buissons et au bord des chemins sur des terrains à altitude variable (0 à 850 m). Les pluviométries inférieures à 250 mm limitent sa zone écologique vers les régions arides du Centre et du Sud.

Vicia sativa est représentée par plusieurs sous-espèces :

  • V. s. obovata Gaud.,
  • V. s. angustifolia (L.) Gaud., et
  • V. s. amphicarpa (L.) Batt.

Vicia s. angustifolia et V. s. amphicarpa sont les plus fréquentes.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette légumineuse présente quatre atouts non négligeables dans la conjoncture écologique, puisqu’elle est une source de grainee richee en protéinee, elle peut jouer le rôle de culture intermédiaire entre deux cultures principales, c’est un excellent précédent pour les céréales et c’est une plante particulièrement économe en eau et en intrants.

En raison de sa capacité à fixer l'azote, la vesce commune est utilisée comme engrais vert (souvent en association avec une céréale (seigle, avoine, triticale) qui lui sert de tuteur.

Dans le cadre de l'année internationale de la biodiversité 2010, un projet pilote est en cours dans la région Franche-Comté, projet pilote visant à cultiver des surfaces de vesce ceci permettant aux abeilles de pouvoir utiliser le pollen produit par ces plantes comme élément nutritif[1].

Les graines contiennent 2,30 à 4,60 % de cendres. Les cendres sont constituées de 27 à 46 % de potasse, 24 à 41 % de chaux, 7 à 13 % d'acide phosphorique, 6 à 11 % de magnésie, de la soude, de l'acide sulfurique, de l'acide silicique et du sesquioxyde de fer[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fédération régionale des Chasseurs, « Abeilles : des centaines d'hectares semés pour les nourrir », Maxisciences.com,‎ 2010 (lire en ligne)
  2. Paul Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Paris, Omnibus,‎ 2010, 1047 p. (ISBN 978-2-258-08434-6), p. 961

Sur les autres projets Wikimedia :

Références externes[modifier | modifier le code]