Vervant (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vervant (Charente-Maritime)
Vervant
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Saint-Amant-de-Boixe
Intercommunalité Communauté de communes de la Boixe
Maire
Mandat
Sylviane Buton
2014-2020
Code postal 16330
Code commune 16401
Démographie
Population
municipale
144 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 59″ N 0° 07′ 28″ E / 45.8331, 0.124445° 49′ 59″ Nord 0° 07′ 28″ Est / 45.8331, 0.1244  
Altitude Min. 66 m – Max. 118 m
Superficie 9,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Vervant

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Vervant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vervant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vervant

Vervant est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Vervant est une commune du pays de la Boixe, située à 4 km au nord de Saint-Amant-de-Boixe et 21 km au nord d'Angoulême, sur la rive gauche de la Charente.

Le bourg de Vervant est aussi à 6 km au sud-ouest de Mansle, 11 km au sud-est d'Aigre et 23 km au sud de Ruffec[1].

La route nationale 10 entre Angoulême et Poitiers passe 5 km à l'est de la commune. La D 18 entre Mansle et Saint-Amant borde la commune à l'est. Le bourg est desservi par la D 116 entre Maine-de-Boixe et Coulonges[2].

La ligne Paris-Bordeaux passe à 200 m au sud-ouest du bourg, mais la gare la plus proche est celle de Luxé, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

La future LGV Sud Europe Atlantique traversera la commune en 2015[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas de hameau et tout l'habitat est groupé au bourg[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vervant
Villognon Cellettes
Xambes Vervant
Saint-Amant-de-Boixe

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune, de nature karstique, est constitué de calcaire datant du Jurassique supérieur (Kimméridgien). Il constitue le plateau de la Boixe[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 118 m, situé au nord dans la forêt près du tumulus. Le point le plus bas est à 66 m, situé sur la limite occidentale. Le bourg est à 90 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La nature karstique du sol empêche la circulation de tout cours d'eau en surface.

Seul un ruisseau intermittent passe sur la bordure sud-ouest de la commune. Il s'appelle ruisseau de la Brangerie sur la commune de Villognon où il se jette dans la Charente.

On trouve une fontaine au bourg[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'un dolmen, le dolmen de la Boixe, et d'une nécropole attestent que Vervant a été habité depuis des temps très anciens.

La paroisse dépendait de l'abbaye de Saint-Amant-de-Boixe[7].

Selon Martin-Buchey, un souvenir est attaché à la commune, celui de la bataille qui eut lieu en 575 en Angoumois entre le duc Gontran Boson, à la tête des troupes de Sigebert, roi d'Austrasie, et celles de Chilpéric, roi de Neustrie, qui furent battues. Thibert fut tué dans l'action et son corps fut transporté à l'abbaye de Saint-Cybard[7],[8].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001 en cours Sylviane Buton SE Assistante maternelle
Les données manquantes sont à compléter.

En 2008 les élus de Vervant se sont fédérés à l'initiative des élus du Pays Ruffécois avec 17 communes du Nord Charente et 5 des Deux-Sèvres en une fédération qui demande des compensations aux nuisances que va leur apporter la LGV Sud Europe Atlantique[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 144 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
308 274 372 363 348 391 363 352 329
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
341 338 341 321 306 246 244 226 214
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
189 178 166 147 154 165 179 162 152
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
138 152 140 152 142 135 134 144 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Vervant en 2007 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
9,5 
75 à 89 ans
14,1 
19,0 
60 à 74 ans
15,5 
17,5 
45 à 59 ans
18,3 
27,0 
30 à 44 ans
22,5 
7,9 
15 à 29 ans
9,9 
19,0 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département de la 'Charente en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Vervant a vu sa population diminuer de moitié entre 1851 et 1921 mais depuis elle reste relativement stable.

Économie[modifier | modifier le code]

  • commune essentiellement agricole (céréales), forestière et résidentielle
  • exploitation de calcaire

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Vivre à Vervant[modifier | modifier le code]

  • L'association Vervant Environnement s'était constituée en 2007 à l'occasion d'un projet de carrière de calcaire sur 46,4 ha en 2005[14],[Note 3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts

Son église romane a été mutilée par la chute du clocher et reconstruite au XIXe siècle.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La nécropole de la Boixe, appelée aussi dolmen de la Boixe, est un cimetière préhistorique du Néolithique situé au lieu-dit la Combe-du-Rut, au cœur de la forêt de Boixe, non loin de la Pierre à sacrifice, autre dolmen situé sur la commune de Cellettes. Cette nécropole est composée d'un ensemble de dolmens, et forme un tumulus qui a été restauré récemment. Les grosses pierres sont restées en place, mais les parois des couloirs et le plafond en briquettes calcaires ont été reconstitués. Ce tumulus est le seul restant d'une quinzaine de nécropoles alentour, détruites au XIXe siècle. Il comporte des gravures, une crosse nouvellement observée sur la paroi intérieure qui est authentiques alors que la hache et la calotte sphérique à l'entrée de la petite chambre, à l'extérieur, sont récentes[15]. L'ensemble est inscrit monument historique en date du 22 avril 1991[16].

Le dolmen de la Boixe
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Vervant possède aussi un logis du XVIIIe siècle[réf. nécessaire].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La forêt de la Boixe est une ZNIEFF.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Le site de cette association n'a pas été mis à jour depuis 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. La future ligne TGV entre Tours et Angoulême
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre,‎ 1984 (consulté le 13 novembre 2011)
  7. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 400
  8. Ferdinand Lot, Naissance de la France, Librairie Arthème Fayard,‎ 1948, 864 p. (lire en ligne)
  9. journal Sud-Ouest du 26 juillet 2008
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  12. « Evolution et structure de la population à Vervant en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  14. « Association Vervant Environnement »,‎ 2008 (consulté le 29 mai 2011)
  15. Marchive, revue Art rupestre, 1988, n°31v, (ISSN 0766-3161), pages 113-115
  16. « Nécropole de la Boixe », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]