Verts australiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Verts australiens
Image illustrative de l'article Verts australiens
Logo officiel
Présentation
Chef Christine Milne
Fondation 1992
Siège Hobart Place à Canberra
Deputy Leader Adam Bandt
Chambre des représentants
1 / 150
Sénat
10 / 76
Idéologie Politique écologique
Affiliation internationale Global Greens
Réseau vert Asie-Pacifique
Couleurs Vert
Site web www.greens.org.au/

Les Verts australiens (Australian Greens en anglais ou simplement The Greens) est un parti politique écologiste australien de gauche. Il s'est créé en 1992 et forme aujourd'hui une confédération de huit partis d'états et de territoires. En dehors de l'environnement, les quatre valeurs principales du mouvement sont : la durabilité, la justice sociale, la démocratie participative et le pacifisme[1].

Les sections locales du parti ont diverses origines – notamment les premiers mouvements environnementalistes australiens et la formation de l'United Tasmania Group (UTG), un des premiers partis écologistes au monde[2], mais aussi le mouvement pour le Désarmement nucléaire et les sections de la gauche industrielle de la Nouvelle-Galles du Sud. L'UTG a le premier présenté des candidats aux élections tasmaniennes de 1972. La coordination entre les groupes environnementalistes s'est réalisée dans les années 1980 suite à plusieurs manifestations, en particulier lors d'une des campagnes écologiques les plus importantes d'Australie, qui s'opposait à la construction d'un barrage sur la Gordon River qui aurait entraîné la submersion du lac Pedder. Parmi les personnages clés de ces campagnes, on peut citer l'ancien chef du parti, Bob Brown, et la dirigeante actuelle, Christine Milne, qui est allée disputer et gagner des sièges au Parlement de Tasmanie, et qui a ensuite formé les Tasmanian Greens.

Les Greens Western Australia d'Australie-Occidentale gagnèrent leur premier siège au Sénat grâce à la militante antinucléaire Jo Vallentine en 1990. Bob Brown entra au Sénat en 1996, et les sénateurs verts se sont maintenus depuis à la chambre haute. Le parti obtint brièvement un siège à la Chambre des représentants aux élections partielles de 2002, mais il n'a pu gagner de siège à une élection générale depuis lors. Le nombre de ses représentants élus au parlement fédéral s'est accru. Actuellement le parti des verts compte neuf sénateurs, un député à la chambre basse du Parlement d'Australie, vingt-quatre représentants élus aux parlements des états et des territoires, plus de cent conseillers locaux[3], et selon Bob Brown près de 10 000 adhérents[4].

À l'élection fédérale de 2010, les Verts progressent au Sénat en obtenant 13% des suffrages (plus de 1,6 million de voix), une première pour un parti australien minoritaire. Ils obtiennent un siège supplémentaire de sénateur dans chacun des six États, ce qui leur fait un total de neuf sièges sénatoriaux, leur permettant d'être les seuls à pouvoir agir sur l'équilibre des forces au Parlement[5]. Ils gagnent aussi leur premier siège à la Chambre des représentants grâce à l'élection d'Adam Bandt, qui est un des crossbenchers à apporter son soutien au gouvernement travailliste minoritaire de Julia Gillard[6]. Cependant, le 19 février 2013, le parti a annoncé la fin de cette alliance au niveau fédéral[7]. Les Verts soutiennent toujours le gouvernement minoritaire à l'assemblée législative de l'ACT et au gouvernement de Tasmanie.

Philosophie politique[modifier | modifier le code]

Parti écologiste de gauche, le parti est aujourd'hui connu aussi bien pour ses positions contre les guerres en Irak et Afghanistan que pour sa demande de justice sociale[8].

Il est opposé l'à l'alliance militaire entre l'Australie et les États-Unis; et le déréglementation des lois sur le travail. Le parti est opposé à l'utilisation de l'énergie nucléaire et des combustibles fossiles; il soutient le développement de l'énergie renouvelable (exceptée la construction de barrage pour l'énergie hydroélectrique) et propose des taxes sur le carbone. Le parti demande le dépénalisation de l'utilisation de drogues, l'autorisation de l'euthanasie, et du mariage homosexuel.

Alors qu'il critique généralement les interventions militaires américaines, le parti a encouragé l'intervention militaire au Timor oriental en 1999. Le parti critique également le gouvernement de la Chine à propos des droits de l'homme - particulièrement au Tibet[9].

Le parti soutient des politiques socialiste: il est anti-privatisation des entreprises publiques et propose l'augmentation du taxe sur les profits des groupes miniers, et le rate de l'Impôt sur le revenu maximum[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parti est fondé après une campagne contre la construction de barrages hydroélectriques en Tasmanie dans les années 1980. Le déclin du Parti démocrate australien (un parti social-libéral de la classe moyenne) coïncide avec la croissance des Verts australiens entre 2001 et 2007. Aux élections sénatoriales de 2007, le parti compte cinq sénateurs au Parlement d'Australie et obtient environ 9 % des voix. En avril 2010, les Verts en Tasmanie ont conclu un accord de quasi-coalition avec le parti travailliste australien de Tasmanie. Des Verts ont ainsi obtenu des ministères dans un gouvernement pour la première fois dans l'histoire de l'australie[11].

Le chef du parti fédéral est le sénateur Bob Brown, Sénateur de Tasmanie depuis 1996[12].

Représentation au Parlement fédéral[modifier | modifier le code]

Senateur Bob Brown au rassemblement au sujet du Changement climatique à Melbourne, le 5 juillet 2008.

Ancien[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.themonthly.com.au/australian-greens-party-divided-we-fall-sally-neighbour-4524
  2. « About Us », Global Greens (consulté le 19 décembre 2011)
  3. « Greens celebrate 40 years of movement », ABC News, Australian Broadcasting Corporation,‎ 24 mars 2012 (lire en ligne)
  4. Ashley Hall, « Bob Brown outlines Greens plans for Senate power », PM, Australian Broadcasting Corporation,‎ 29 juin 2011 (lire en ligne)
  5. « 2010 election Senate seats », ABC,‎ 29 juillet 2010 (consulté le 1 février 2011)
  6. Matthew Liddy, « Australia's hung Parliament explained: ABC 23 August 2010 », Abc.net.au,‎ 23 août 2010 (consulté le 1 février 2011)
  7. « Milne blasts Labor on miners, environment », Sydney Morning Herald,‎ 19 février 2013 (lire en ligne)
  8. http://greens.org.au/policies/snappies
  9. http://bob-brown.greensmps.org.au/taxonomy/term/223/all
  10. http://www.smh.com.au/opinion/politics/the-greens-are-actually-more-like-tomatoes--red-all-over-20100818-12f89.html
  11. http://www.abc.net.au/news/stories/2010/04/21/2879111.htm
  12. http://www.aph.gov.au/senate/senators/homepages/senators.asp?id=QD4