Vers (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vers (homonymie).
Vers
Moulin sur la rivière Vers et cascade
Moulin sur la rivière Vers et cascade
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Cahors
Canton Canton de Saint-Géry
Intercommunalité Communauté de communes Lot-Célé
Maire
Mandat
Gérard Hée
2014-2020
Code postal 46090
Code commune 46331
Démographie
Population
municipale
420 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 12″ N 1° 33′ 15″ E / 44.4866666667, 1.55416666667 ()44° 29′ 12″ Nord 1° 33′ 15″ Est / 44.4866666667, 1.55416666667 ()  
Altitude 129 m (min. : 110 m) (max. : 351 m)
Superficie 17,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Vers

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Vers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vers

Vers est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La situation exceptionnelle de la commune, à l’embouchure de la vallée du Vers et sur la rive droite de la vallée du Lot, offre des paysages contrastés qui constituent son attrait majeur.

Ce territoire, aux portes du Parc naturel régional des Causses du Quercy, est marqué par le caractère très préservé de son environnement. La richesse de son patrimoine naturel, de sa faune et de sa flore, contribue à son attractivité et à la qualité de son cadre de vie. Des espaces importants sont d’ailleurs identifiés au titre des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique et Faunistique, d’autres sont reconnus au travers de la directive européenne des Zones Natura 2000. Ces mesures d’inventaires et de protections concernent principalement la vallée du ruisseau de Nouaillac, la vallée du Vers et celle de la rivière du Lot. Les vallées entaillent profondément les plateaux ouverts des Causses calcaires. Elles sont encadrées par des versants rocheux (les cévennes), avec d’impressionnantes falaises du haut desquelles se découvre un panorama exceptionnel. La vallée du Lot offre un étagement qui se répète de boucle en boucle, avec une large plaine fertile et des terrasses sur lesquelles s’implante le bâti. Le cours sinueux du Vers, plus intime, est ponctué de petites cascades et d’un chapelet de moulins à eau, comme le moulin de Raffy ou l’ancienne papeterie de la Carderie.

La fraîcheur verdoyante des fonds de vallées s’oppose aux étendues plus sèches et rocailleuses de deux plateaux caussenards, le Causse de Trégantou et le Causse de Vers. Occupés autrefois par la vigne, ces espaces sont entretenus par une agriculture d’élevage ovin et bovin. Ils conservent quelques mas traditionnels avec une architecture rurale remarquable. Reliés par un réseau de chemins et un maillage de murets, ils sont ponctués de nombreuses cabanes de pierres sèches (cazelles ou gariottes) de formes variées. Ce contexte favorise aujourd’hui le développement du tourisme et des activités de nature avec la randonnée pédestre ou le cyclotourisme et permet de pratiquer de nombreux loisirs liés à la présence de l’eau, comme la navigation, la baignade, le canoë ou la pêche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg est implanté au pied de hautes falaises calcaires, sur une petite terrasse située au point de confluence de deux cours d’eau, le Lot et le ruisseau du Vers. Il se constitua au Moyen Âge autour d’un château, un castrum sans doute essentiellement défensif qui dépendait des comtes de Toulouse. Il occupait une position stratégique dans la vallée et fut désarmé à la fin du XIVe siècle.

Du village ancien, se distinguent encore les différents quartiers :

- l’îlot du castrum, installé au rebord d’une terrasse en surplomb sur la rivière, dont certains bâtiments ont été récemment aménagés en équipement communal ;
- le cœur du village ancien, accessible par le vieux pont et la place de la Planquette, qui se prolonge par un faubourg, le long de la rue du mas de Lucet parallèle à la rive gauche du Vers ;
- et à l’entrée, sur la rive droite, un noyau circulaire délimité par un barry qui entoure une tour médiévale dite des Chartreux.

L’histoire plus récente apporta des bouleversements importants dont le village conserve des traces significatives. L’organisation actuelle est héritée des travaux d’infrastructure réalisés au cours du XIXe siècle pour la modernisation des transports.
Avec l’essor de la batellerie en aval de Cahors, les bords du Lot ont été réaménagés et plus de 1000 bateaux passaient à Vers. L’écluse construite en 1836 est aujourd’hui remise en service pour la navigation de plaisance. Pour la création d’une route le long de la vallée du Lot, un nouvel axe a été percé dans le village ancien, avec un nouveau pont construit en 1862 par l’ingénieur Montois, dont la rue principale actuelle porte encore le nom. Dans la poursuite de ces travaux, l’ancienne église, jugée « insalubre », a été démolie vers 1860 et remplacée par l’église actuelle reconstruite en 1874 suivant un nouvel axe ouvert sur la voie.
À l’arrivée du chemin de fer en 1886, l’édification d’un talus et d’un pont a coupé le village de la rivière. De nouveaux espaces se sont développés autour de la gare, actuellement reconvertie en logement et mise en valeur par une peinture murale originale.

Le bourg a hérité de toutes ces mutations une organisation complexe, avec des ambiances pittoresques et variées. La découverte des quartiers bas, des rives du Vers avec la cascade et les moulins, du vaste espace ombragé du communal, réserve souvent des surprises au visiteur attentif.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juin 2012 démission[1] Michel Marsanne    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 420 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
765 887 896 941 1 232 1 001 930 943 908
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
903 890 870 822 819 810 806 703 646
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
639 593 556 514 506 460 432 368 382
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
367 380 357 337 390 398 410 413 420
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Au début du XXe siècle, Vers comptait 593 habitants[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-Velles.
Le Lot à Vers (46).

La commune de Vers peut se réclamer d’un long passé qui se lit dans son patrimoine bâti. Quelques maisons du village conservent des vestiges médiévaux encore identifiables.

  • La tour des Chartreux située sur le versant du Vers opposé au castrum, est un élément d’un logis du XIVe siècle, avec deux tours qui conservent des archères cruciformes à double croisillon (actuellement occupé par l’hôtel de la Truite dorée).
  • Le château des Anglais, niché dans les falaises qui dominent le village, est une construction qui ferme un refuge aménagé en avant d’une grotte. De nombreuses fortifications de ce type, issues de la nécessité de se protéger dans les périodes de troubles qui ont marqué l’histoire du Quercy, jalonnent la vallée du Lot.
  • L’Église Notre-Dame-de-Velles ou Notre-Dame-de-Vêles[5], isolée au bord du Lot et bordée d’un petit cimetière, a été construite au XIIIe siècle. Avec sa coupole, son clocher de croisée massif, son court transept et son abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four, elle offre une architecture représentative des églises romanes du Quercy à cette époque. Elle a été classée en 1913 au titre des Monuments historiques[6] et ses abords sont protégés par un site inscrit depuis 1976. La tradition locale la dédie aux mariniers et attribue son nom aux voiles (vela en occitan) des gabares qui naviguaient sur le Lot ou à celles d’un moulin-bateau ancré à proximité. Un pèlerinage important a lieu au 15 août, tous les ans.
  • La Préhistoire a laissé de nombreuses traces dans la région, dont la grotte ornée de Pech Merle, située sur la commune limitrophe de Cabrerets, est l’exemple le plus remarquable. Des sites dispersés sur la commune ont été inventoriés par les archéologues, comme le dolmen de Trégantou et l’abri du Cuzouls. L’époque gauloise est aussi présente avec l’éperon barré du Roc de Colonjac et l’oppidum de Saint-Crépin. Ils témoignent de cette longue histoire de l’occupation humaine et restent encore à étudier.
  • L’Aqueduc de Vers, aqueduc gallo-romain, qui alimentait en eau la ville de Cahors du Ier au Ve siècle, trouve sa source dans la vallée du Vers et serpente, en conduites souterraines ou à flanc de falaise, en surplomb des vallées sur une trentaine de kilomètres. Les vestiges remarquables qui subsistent sur la commune, dominant le Lot et le Vers, sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1953[7]. Les recherches archéologiques conduites depuis 1997, sous la direction de Didier Rigal, ont permis de mettre au jour de nouveaux éléments, de repérer les captages, et de mieux comprendre ainsi l’importance de cet ouvrage exceptionnel Pour en savoir un peu plus sur cet aqueduc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ces paysages remarquables ont depuis longtemps attiré les visiteurs, comme en témoigne la renommée de l’auberge de la Truite dorée au début du siècle dernier. Ils ont ainsi inspiré des artistes, depuis André Derain dont des tableaux peints à Vers en 1912 sont au musée de l'Ermitage ou au MoMA, jusqu’à Sally et Jeffery Stride qui habitent et travaillent aujourd'hui dans la commune et leur fille Éleanor Stride, sculptrice à New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Histoire du pèlerinagehttp://www.cahors.catholique.fr/ecrire/?exec=article&id_article=331