Verrières-de-Joux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verrières.
Verrières-de-Joux
Verrières-de-Joux, vue générale
Verrières-de-Joux, vue générale
Blason de Verrières-de-Joux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Pontarlier
Intercommunalité Communauté de communes du Larmont
Maire
Mandat
Jean-François Jodon
2014-2020
Code postal 25300
Code commune 25609
Démographie
Population
municipale
422 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 51″ N 6° 26′ 59″ E / 46.8975, 6.4497222222246° 53′ 51″ Nord 6° 26′ 59″ Est / 46.8975, 6.44972222222  
Altitude Min. 890 m – Max. 1 204 m
Superficie 10,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verrières-de-Joux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verrières-de-Joux
Liens
Site web www.verrieresdejoux.fr

Verrières-de-Joux est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Verrières de Joux est une commune frontalière de la Suisse sur l'axe routier et ferroviaire qui relie Pontarlier à Neuchâtel par le Val-de-Travers.

Les habitants des Verrières-de-Joux sont appelés Varisiens alors que les habitants des Verrières (partie du village située en Suisse et administrée par un conseil communal) sont appelés Verrisans.

Les Verrières célèbrent deux fêtes nationales : le 14-Juillet (fête nationale française) et le 1er août (fête nationale suisse).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Vers 1900, existaient encore environ 15 fermes et granges en dehors du village, parmi lesquelles :

  • les Granges d'Agneau
  • les Granges Michel
  • les Granges de Sur-le-Mont
  • les Granges Mathey, Corne, Griffon
  • le hameau des Prises ou Despierre
  • la Grange Bouthyeau
  • la Grange de Largillat
  • les maisons des Boîtes et du Péage.

Un titre de 1679 mentionne une Grange Lambelet, dont il ne reste rien.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pontarlier Rose des vents
La Cluse-et-Mijoux N Les Verrières (CH, NE)
O    Verrières-de-Joux    E
S
Les Fourgs La Côte-aux-Fées (CH, NE)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Verrières-de-Joux fait partie de la communauté de communes du Larmont dont Pontarlier est la principale commune.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Serge Vallet    
mars 2008 2014 Jean-François Jodon[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 422 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
535 605 644 617 645 676 652 743 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
941 922 772 751 766 707 677 703 698
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
632 618 594 467 519 466 446 431 443
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
440 417 389 375 396 355 420 429 422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population de l'agglomération des Verrières, comme celle de beaucoup de villages, décroît sensiblement. De 922 habitants en 1861, elle a baissé aujourd'hui à 429. Au phénomène bien connu de l'exode rural, s'ajoute plus récemment le départ des jeunes vers les villes, et le dépeuplement ou l'abandon de toutes les « granges » et tous les hameaux entourant les Verrières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Verrières est mentionné pour la première fois en 1153 dans un document, lors de la délimitation du comté de Bourgogne et de l'Empire par Frédéric Barberousse.

En 1789, lors de la Révolution, dans leur cahier des doléances, les habitants des Verrières souhaitent :

  • être traités moins défavorablement dans la répartition générale des impôts,
  • la suppression :
    • des droits d'ensaisinement qui grevaient lourdement la propriété foncière (droits de succession),
    • des droits curiaux payés aux curés de Pontarlier et de toute contribution pour l'entretien des églises ou des presbytères de cette ville.
    • de deux sous par livre en faveur du souverain exigés en plus de tous les frais de justice pour tous les habitants de la seigneurie de Joux.

25 décembre 1814 : les occupants autrichiens obligent les habitants des Verrières à monter leurs canons sur le Larmont pour attaquer le fort de Joux. Le siège commence le 27 décembre et, le 17 janvier 1815, la garnison capitule faute de vivres.

L'histoire des Verrières-de-Joux a été marquée par la reddition de l'armée de Bourbaki en 1870. L'armée de l'Est, acculée à la frontière, passe en Suisse, dans le cadre de la convention des Verrières. À Lucerne, il est possible de voir un panorama restituant le passage de cette armée défaite en Suisse.

C'est peut-être là que l'écrivain Stendhal situa le village où demeure Julien Sorel, le héros d'une de ses œuvres, Le Rouge et le Noir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Verrières-de-Joux.
  • Église paroissiale Saint-Sébastien, datant du XVIIIe siècle, avec un beau clocher comtois caractéristique.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • Petit texte de Camille Chabod, écrit en 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]