Veronica Gambara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veronica Gambara par Le Corrège (1518–1520).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gambara.

Veronica Gambara (née le 29 novembre 1485 à Pralboino, en Lombardie et morte le 13 juin 1550 (à 64 ans) à Correggio) était une poétesse, femme d'État et dirigeante politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Pralboino, en Lombardie, Veronica Gambara est issue d'une famille distinguée, l'une des 7 enfants du comte Gianfrancesco da Gambara and Alda Pio da Carpi[1]. Plusieurs intellectuels font partie de sa famille, dont sa grand-mère Ginevra, sa tante Emila Pia[2], et sa grande-tante Isotta Nogarola[3]

Elle étudie très tôt la philosophie, la littérature, et les langues. Elle apprend à lire et composer des poésie en latin, et correspond à l'âge de 17 ans avec le poète Pietro Bembo[4], qui devient plus tard son mentor.

Elle est fiancée en 1508 à un cousin, comte de Correggio[1], un homme veuf de 50 ans, et se marie en 1509. Malgré le mariage arrangé, elle développe de réels sentiments envers son mari et écrit à ce titre des poèmes de leur amour. Ils ont deux fils, Ippolito (né en 1510) et Girolamo (né en 1511)[1]. Après la mort de son mari, elle exprime sa peine à travers la poésie. Elle s'occupe de l'éducation de ses enfants et prend les charges de son mari[3].

Elle joue un rôle actif dans la défense militaire de la province de Correggio lors de la guerre entre Charles Quint et François Ier. Elle adresse à cette occasion des poèmes aux dirigeants des nations en guerre sur la nécessité de la paix.

Elle meurt en 1550 à Correggio.

Environ 80 de ses 150 lettres existent encore[1]. La plupart de ses poèmes sont des sonnets, des madrigaux, ballades, et composés de strophes en huit vers. Elle écrit des poèmes politiques, d'amour, religieux, et des louanges[4] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Biographie de Veronica Gambara
  2. Robin, Diana Maury, Larsen, Anne R. and Levin, Carole, Encyclopedia of women in the Renaissance: Italy, France, and England, ABC-CLIO, Inc,‎ 2007, p. 203.
  3. a et b Biographie de Veronica Gambara, sur le site du Brooklyn Museum
  4. a et b Women's Voices

Sources[modifier | modifier le code]