Vern-d'Anjou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vern-d’Anjou
Image illustrative de l'article Vern-d'Anjou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Lion-d'Angers
Intercommunalité C.C. de la région du Lion-d'Angers
Maire
Mandat
Jean-Noël Béguier
2014-2020
Code postal 49220
Code commune 49367
Démographie
Gentilé Vernois
Population
municipale
2 267 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 04″ N 0° 50′ 04″ O / 47.601, -0.834547° 36′ 04″ Nord 0° 50′ 04″ Ouest / 47.601, -0.8345  
Altitude Min. 33 m – Max. 87 m
Superficie 36,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Vern-d’Anjou

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Vern-d’Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vern-d’Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vern-d’Anjou
Liens
Site web Site de Vern-d'Anjou

Vern-d'Anjou est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Segréen, Vern-d'Anjou se situe au sud-est de Chazé-sur-Argos, sur les routes D961, Sainte-Gemmes-d'Andigné / La Pouëze, D216, Andigné, D770, Angrie / Le Lion-d'Angers, D73, Chazé-sur-Argos / Brain-sur-Longuenée, et D51, Le Louroux-Béconnais[1].

La commune se situe sur les unités paysagères du plateau du Segréen et des plateaux du Haut Anjou[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paroisse au XIIe siècle. Le nom de la commune vient du latin verna, aulne.

Vern-d'Anjou est située au confluent de deux ruisseaux qui, dans les temps anciens, favorisaient par leurs méandres et leur étalement en étangs, des zones humides et marécageuses.

Le testament de Beaudouin II de Vern en 1120 est conservé au Cartulaire de l'abbaye du Ronceray à Angers. Le domaine de cette grande famille seigneuriale dépassait les limites de la commune vers Gené, Chazé-sur-Argos, La Chapelle-sur-Oudon, Le Louroux-Béconnais.

Cette puissante famille est établie « à la Cour » sur une très importante motte féodale malheureusement rasée par son propriétaire en 1969. Dans le même temps se développe au centre du bourg, auprès de l'ancienne église St Gervais, un Prieuré récemment restauré et de nombreux petits fiefs répartis dans la campagne.

Jusqu'à la Révolution, l'activité est essentiellement agricole. En 1793 et 1794, puis en 1815, Vern est troublé par les combats entre les chouans venus des communes voisines et les bleus, combats d'embuscades liés à la présence d'une garnison républicaine dans le bourg de Vern.

C'est à partir de 1825 que l'activité économique se développe. L'agriculture avec la création de fermes modèles notamment à la Lucière où monsieur de Falloux croise avec succès la race locale avec des taureaux anglais et contribue à créer la race maine-anjou. Le commerce et l'industrie sont actifs avec de nombreux fours à chaux, des briqueteries et des ardoisières. En 1866, on recense 14 moulins dont 10 à vent et 4 à eau. Avec cet essor économique qui entraîne une augmentation de la population (de 1 350 habitants en 1789 à 2 300 en 1866), 140 maisons sont bâties puis une nouvelle et importante église en 1870.

Très rapidement, cette activité florissante n'est plus rentable. C'est la décroissance rapide de la population jusqu'à 1 250 habitants en 1914. L'activité agricole redevient l'activité principale.

En 1970, un nouveau développement économique et culturel se met en place. La commune est jumelée avec Tatsfield dans la région de Londres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(...) 1984 Roger Gillier DVD Directeur d'école
1984 en cours Jean-Noël Béguier[3] UMP Pharmacien
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers[4], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Jumelages[modifier | modifier le code]

(en)Tatsfield dans la région de Londres.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 267 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 432 1 152 1 074 1 459 1 600 1 513 1 634 1 758 2 079
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 110 2 195 2 294 2 234 2 100 2 017 1 969 1 844 1 782
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 706 1 690 1 675 1 462 1 437 1 434 1 402 1 298 1 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 302 1 314 1 291 1 405 1 455 1 560 1 652 1 700 2 219
2011 - - - - - - - -
2 267 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 20,8 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 16,2 %, plus de 60 ans = 24,5 %).
Pyramide des âges à Vern-d'Anjou en 2008 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,2 
8,4 
75 à 89 ans
10,2 
11,9 
60 à 74 ans
13,1 
19,5 
45 à 59 ans
16,2 
21,1 
30 à 44 ans
20,8 
18,0 
15 à 29 ans
18,5 
20,6 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 140 établissements présents sur la commune à fin 2010, 27 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 40 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Vern-d'Anjou (49), consulté le 21 novembre 2012
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 158 et 98- Données consultables sur WikiAnjou.
  3. Ouest-France, Jean-Noël Béguier s'entoure de cinq nouveaux adjoints, article du 31 mars 2014
  4. Insee, Composition de l'EPCI de la Région du Lion d'Angers (244900585), consulté le 14 décembre 2013
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Vern-d'Anjou en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  8. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  9. Insee, Statistiques locales du territoire de Vern-d'Anjou (49), consultées le 16 juin 2013
  10. Voir Guérisons de Lourdes#4 reconnues en 1910.
  11. Article du Haut-Anjou

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]