Transdev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Veolia Transdev)
Aller à : navigation, rechercher

Transdev

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Transdev

Création décembre 1954
Dates clés 3 mars 2011 : fusion avec Veolia Transport
2013 : restructuration
Forme juridique SE, société anonyme à conseil d'administration
Slogan « Inventons votre mobilité »
Siège social Drapeau de France Issy-les-Moulineaux (France)
Direction Jean-Marc Janaillac (PDG)
Actionnaires Caisse des dépôts et consignations 50 %, Veolia Environnement 50 %
Activité transport en commun
Effectif 102 000 (2011)[1]
Site web http://www.transdev.com/fr/
Chiffre d’affaires 7,8 milliards d'euros (2011)[1]

Transdev est une société française multinationale, un des principaux opérateurs de transport public au monde. En 2011, la branche transport de Veolia et Transdev fusionnent, pour former le groupe Veolia-Transdev. En 2013, Veolia-Transdev devient Transdev.

Historique[modifier | modifier le code]

1989-2011 : de Transcet et Progecar à Transdev[modifier | modifier le code]

Au sein de la Société centrale pour l'équipement du territoire (SCET), filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le service d'appui aux sociétés d’économie mixte de transport public urbain est filialisé à la demande d'élus d’Orléans, Grenoble, Nantes, Montpellier... et devient Transcet. En 1989, la branche transport de la CDC, dirigée par Philippe Segretain, achète Progecar, groupe régional de sociétés de transport par autocar (Rapides de Bourgogne, Courriers de l'Aube, Rapides du Val-de-Loire, Stam, ...). Puis en 1992, intervient la fusion de Progecar et Transcet sous le nom de Transdev (Société européenne pour le développement du transport public) qui devient le partenaire des sociétés d'économie mixte (SEM) de Strasbourg, Mulhouse, Metz, Limoges, ... et acquière de nombreuses entreprises locales de transport : les Cars Crollard, la régie Transavoie, etc.

En 1997, Transdev achète London United qui exploite 8 % des bus de Londres, et gagne les appels d'offre de Nothingham (tramway), Porto (métro) et, en deux temps, le réseau de transport de Melbourne qui fera de l'entreprise le premier exploitant mondial de tramways, et l'un des premiers opérateur européen de transport.

En 2002, la RATP prend 25 %, indirectement, du capital de l'entreprise.

En 2006, Transdev prend le contrôle du premier opérateur Néerlandais, Connexxion.

En 2008, Philippe Segretain, à son départ en retraite, est remplacé comme PDG par Joël Lebreton.

En 2009, la CDC et Veolia annoncent leur intention de fusionner Transdev et Veolia transport. En février 2011, Joël Lebreton, président pressenti, est remercié.

2011-2013 : Veolia Transport-Transdev[modifier | modifier le code]

Le 3 mars 2011, le groupe Transdev est fusionné avec Veolia Transport, alors filiale de Veolia Environnement pour donner naissance à « Veolia Transdev »[2].

Une introduction en bourse de la nouvelle entreprise, qui pourrait changer de nom, est alors prévue dans les 12 mois qui suivent la fusion[3].

Cependant, le 6 décembre 2011, Veolia Environnement en difficulté financière annonce son intention de céder ses activités dans les transports publics. Le même jour, la Caisse des dépôts et consignations, actionnaire paritaire de Veolia Transdev, annonce par voie de communiqué de presse[4] qu'elle confirme son engagement auprès de Veolia Transdev.

2013, le « nouveau » Transdev[modifier | modifier le code]

En mars 2013, deux ans après la fusion de Transdev et de Veolia Transport, l'entreprise adopte le nom Transdev[5].

Parallèlement, afin de réduire son fort endettement qui s'élève à 1,9 milliard d'euros fin 2012, l'entreprise décide de procéder à un grand nombre de ventes d'actifs en Europe, correspondant à un quart de ses activités[6]. Transdev prévoit de se retirer de 10 des 27 pays dans lesquels le groupe est présent[5]. Dans un premier temps, sa participation dans la SNCM ainsi que les activités des pays d'Europe de l'Est seront vendues (concernant ces dernières probablement à la Deutsche Bahn)[5]. Par la suite, Transdev souhaite, entre autres, abandonner d'ici 2015 ses activités en Allemagne, en Suède, en Belgique et en Finlande. Toutefois, les activités Veolia aux Pays-Bas regroupées au sein de Connexxion sont conservées[5]. Le « nouveau » Transdev vise un chiffre d’affaires annuel de 6 milliards d’euros (contre 8,2 milliards en 2012), dont 60 % en dehors de la France, avec quatre grandes zones  : France, Pays-Bas, Amérique du Nord/Grande-Bretagne et Asie-Pacifique-Europe du Sud[6]

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

  • 1989-2008 : Philippe Segretain
  • Octobre 2008-mars 2011 : Joël Lebreton
  • mars 2011-2012 : Jérôme Gallot (ancien directeur de caisse des dépôts-entreprises de 2006 à 2011.)[7]
  • depuis décembre 2012 : Jean-Marc Janaillac (ancien directeur général de la branche internationale de la RATP, RATP Dev)[8]

Données financières[modifier | modifier le code]

Le groupe est détenu à 50 % par Veolia Environnement et à 50 % par la caisse des dépôts. Son chiffre d’affaires consolidé 2010 est de 8 milliards d’euros[9].

Le 6 décembre 2011, à l'occasion d'une conférence de presse pour présenter son plan stratégique et ses perspectives, Veolia Environnement annonce au regard de résultats financiers décevants et d'une dette d'environ 15 milliards d'euros[10] le recentrage de ses activités sur trois de ses métiers  : l'eau, la propreté et les services à l'énergie, ce qui le conduira à céder cinq milliards d'actifs au cours des deux prochaines années, et à effectuer en concertation avec la Caisse des dépôts et consignations une recomposition de l'actionnariat de Veolia Transdev[11], aboutissant à terme à une cession par Veolia Environnement de ses activités dans les transports publics. En juin 2012, une proposition de rachat dévalorise Veolia Transdev de 1,5 G€ (un milliard et demi d'euros)[12].

Principales filiales et activités[modifier | modifier le code]

Un bus double étage à Londres

Le groupe exploite 60 000 véhicules. Il assure 3,3 milliards de voyages par le biais de 13 modes de transport et de 27 réseaux de tramway[9].

Voyageurs seulement. Pour le fret, voir l'article détaillé Veolia Cargo

Anciennes activités par secteur[modifier | modifier le code]

Une rame de la ligne 1 du Tramway de Montpellier
Une rame de la ligne 1 du Tramway de Nice traversant la Place Garibaldi
Un autobus Transdev à Bournemouth

Au moment de la fusion avec Veolia Transport, le groupe Transdev employait 47 000 personnes à travers le monde et réalisait un chiffre d'affaires (CA) de 2,5 milliards d'euros (2010)[9]. Le groupe était présent en France (39 % du CA, 18 200 salariés), aux Pays-Bas (33 % du CA, 14 700 salariés), le Royaume-Uni (11 %), l'Italie (6 %), le Portugal (5 %) mais également en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne et au Maroc[9]. Le parc comprenait, selon ses propres chiffres, au total 15 624 bus et navettes fluviales, 542 métros, tramways et trains et 4 581 véhicules de transport à la demande[9].

Nota bene : Cette liste correspond au portefeuille de Transdev au moment de la fusion avec Veolia Transport. Dans le cadre de la fusion, les autorités de la concurrence ont toutefois imposé que les deux entreprises renoncent à une partie de leurs réseaux afin d'éviter la constitution de positions dominantes sur le marché[18]. Dans le cadre de cette même transaction, une partie des actifs de Transdev a été par ailleurs transférée au groupe RATP en contrepartie de sa sortie du capital de Transdev. L'opérateur parisien avait auparavant détenu 25,6 % des actions[19]. En outre, les exploitants des réseaux mentionnés ci-dessous peuvent avoir changé entretemps.

Tramways, métros et BHNS[modifier | modifier le code]

Liste à jour le 18 août 2013[20]

Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Maroc Maroc

Transport interurbain en France[modifier | modifier le code]

Liste à jour fin 2010[20]

  • Autocars Brémond
  • Amv
  • Autocars Martin
  • Bièvre Bus Mobilités
  • Cars d'Orsay
  • Citram Pyrénées
  • Compagnie Armoricaine de Transport (CAT + CFTA + Aulne Autocars + Douguet Autocars)
  • Compagnie d'exploitation automobile et de transports (CEAT)
  • Compagnie de Transport du Morbihan (CTM)
  • Compagnie des Autocars de Provence
  • Compagnie des Autocars de L'Anjou (CAA)
  • Connex Ligeria
  • Courriers de l'Aube
  • Darche Gros
  • Interval
  • Les Cars de Château Thierry
  • Les Cars Mariette
  • Les Cars du Pays de Valois
  • Mont-Blanc Bus
  • N'4 Mobilités
  • Pays d'Oc Mobilités
  • Rapides de Bourgogne
  • Rapides de Saône-et-Loire
  • Rapides du Val de Loire
  • Sud-Est Mobilités
  • STAO (Société des Transports Automobiles de l'Ouest)
  • Tga
  • Trans'L
  • Transdev Alsace
  • Transdev Dauphiné
  • Transdev Marne et Morin
  • Transdev Pays d'Or
  • Transdev Poitou-Charentes
  • Transdev Sud-Est
  • Transdev Sud Ouest ATCRB
  • Transavoie
  • Transports Bérard
  • Transports Frossard ???
  • Transports d'Ille et Vilaine et extensions (TIV)
  • Tourisme Verney (TV)
  • Vea
  • Voyages Crolard
  • Voyages Dunand
  • Voyages Guichard
  • Voyages et Transports de Normandie (VTNI)

Réseaux de bus urbains en France[modifier | modifier le code]

Liste des réseaux[16]

Fondation Transdev[modifier | modifier le code]

La fondation Transdev a été créée en 2002 sous l'égide de la Fondation de France. Elle soutient des projets d'intérêt général qui promeuvent une approche citoyenne de la mobilité et qui développent le lien social[22] : renforcement du lien entre les territoires et entre les générations, éducation à la paix, sensibilisation des jeunes à la citoyenneté et développement de l'emploi dans les activités liées aux transports publics[23].

La Fondation a ainsi soutenu, parmi d'autres projets, une tournée de sensibilisation au quotidien des personnes handicapées dans 35 villes françaises[24], ainsi que le développement d'un véhicule spécifique, assisté électriquement, permettant aux personnes âgées de se déplacer et de rompre ainsi l'isolement social[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chiffres clés 2011
  2. « Naissance de Veolia Transdev », veoliatransdev.com (consulté le 14 avril 2011)
  3. Archive wikiwix de « Veolia-Transdev nouveau leader du transport », article du 5 octobre 2010 sur « marches.lefigaro.fr ». Archive consultée le 26 janvier 2012.
  4. [PDF]Caisse des Dépôts - La Caisse des Dépôts confirme son engagement auprès de Veolia Transdev, communiqué de presse du 6 décembre 2011, consulté le 14 décembre 2011.
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées usine.
  6. a et b « Transdev vend le quart de son activité pour résorber sa dette », sur mobilicites.com,‎ 27 mars 2013 (consulté le 27 mars 2013)
  7. Veolia-Transdev, le jour de la fusion est arrivé, article du 3 mars 2011, sur le site ville-rail-transports.com. Consulté le 3 janvier 2012.
  8. Jean-Marc Janaillac, nouveau Président-Directeur Général de Veolia Transdev, communiqué de presse du 13 décembre 2012, sur veoliatransdev.com, consulté le 10 janvier 2013.
  9. a, b, c, d et e Veolia Transdev - Chiffres clés sur le site veoliatransdev.com. Consulté le 3 janvier 2012.
  10. Pourquoi Veolia dit adieu aux transports, article de challenges.fr, du 6 décembre 2011, consulté le 8 décembre 2011.
  11. Veolia Environnement - Présentation du plan stratégique et des perspectives du Groupe, communiqué de presse du 6 décembre 2011, consulté le 14 décembre 2011.
  12. Laurent Mauduit, Veolia Transdev: les secrets d'un méga-sinistre financier, mediapart.fr, 22 juin 2012
  13. « Caisse Commune - Qui sommes-nous ? », caisse-commune.com (consulté le 19 avril 2011)
  14. « Eurailco - notre société », eurailco.com (consulté le 19 avril 2011)
  15. « Transamo - la société », transamo.fr (consulté le 19 avril 2011)
  16. a et b « Transdev : Nos implantations en France », sur implantations-transdev.eu (consulté le 4 août 2011).
  17. « Visual Tourisme - Le groupe Transdev », visual-tourisme.com (consulté le 11 mai 2011)
  18. « L'Autorité de la concurrence autorise la fusion Transdev-Veolia Transports », lemonde.fr (consulté le 16 avril 2011)
  19. « La fusion Veolia-Transdev va gonfler le chiffre d'affaires de la RATP », wk-transport-logistique.fr (consulté le 16 avril 2011)
  20. a et b « Transdev : L'essentiel 2010 », http://wdemo.fr/transdev/appli.htm (consulté le 9 juin 2011)
  21. a, b, c, d et e « Veolia-Transdev : naissance d'un géant du transport public », mobilicites.com (consulté le 15 avril 2011)
  22. Transdev, mieux se déplacer ensemble, sur fondationdefrance.org. Consulté le 22 janvier 2013
  23. Fondation Transdev – Qui sommes-nous ?, sur fondation-transdev.org. Consulté le 22 janvier 2013.
  24. La fondation Transdev s’engage avec handinamic : « Pour que la vie ne soit plus un handicap », sur press-et-vous.fr. Consulté le 22 janvier 2013.
  25. Trandev – Les Courriers de l'Aube – La Fondation Transdev, sur courriersdelaube.fr. Consulté le 22 janvier 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]