VentureStar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
VentureStar
Vue d'artiste du VentureStar en orbite terrestre basse
Vue d'artiste du VentureStar en orbite terrestre basse
Caractéristiques
Fonction Avion spatial habité réutilisable
Constructeur Lockheed Martin
Pays d'origine États-Unis
Taille
Hauteur 38.7 m[1]
Masse 1 000 000 kg[1]
Étages 1
Capacité
Charge utile en LEO 20 412 kg[1]
Premier étage - VentureStar
Moteurs 7 RS2200 Linear Aerospikes[1]
Poussée 3 010 000 lb[1] (13.39 MN)
Carburant: LOX/LH2[1]

VentureStar est un projet de système de lancement réutilisable monoétage (single-stage-to-orbit) proposé par Lockheed Martin. Cet avion spatial automatique, sans pilote entièrement réutilisable devait permettre le lancement de satellites en orbite à une fraction du coût des autres systèmes de lancement notamment de la navette spatiale américaine. Bien que le cahier des charges portait sur un avion destiné à transporter du fret en orbite, il aurait pu éventuellement transporter des passagers à la place du fret.

VentureStar devait décoller verticalement et atterrir comme un avion. Contrairement à la navette spatiale américaine, VentureStar était dépourvue de propulseurs d'appoint et de réservoir externe. La difficulté principale du concept était de parvenir à réduire suffisamment la masse à vide de l'engin pour atteindre les performances souhaitées. Un prototype à l'échelle 1/2, le X-33, financé essentiellement par la NASA, fut développé pour mettre au point les techniques nécessaires mais le projet fut abandonné en 2001 sans avoir permis de surmonter les problèmes techniques rencontrés, en particulier à mettre au point des réservoirs de carburant en matériaux composites tout à la fois suffisamment légers et solides.

Avantages sur la Navette Spatiale[modifier | modifier le code]

Le VentureStar aurait eu environ 17 mètres de moins que la Navette Spatiale.

L'ingénierie et la conception du VentureStar offrent de nombreux avantages sur la Navette Spatiale, ce qui représente des économies considérables en temps et en matériel, ainsi qu'une sécurité accrue[2]. VentureStar pourrait lancer des satellites en orbite à environ 1/10 du coût de la navette.

La préparation pour un vol du VentureStar serait radicalement différente de celle de la navette spatiale. Contrairement à la navette spatiale, qui doit être levée et assemblée avec plusieurs autres composants lourds (un grand réservoir externe, et deux propulseurs à poudre), le VentureStar serait tout simplement inspecté dans un hangar, comme un avion[2].

Aussi, contrairement à la navette spatiale, le VentureStar ne possèderait pas des propulseurs à poudre qui doivent être sortis de l'océan puis remis à neuf après chaque lancement[2]. En outre, les spécifications de conception font appel à l'utilisation des moteurs aerospike à tuyères linéaires, qui maintiennent leur poussée efficace à toutes les altitudes. La navette se fonde sur la tuyère conventionnelle qui réalise le maximum d'efficacité à une seule altitude spécifique[2].

VentureStar utilise également un nouveau système de protection thermique, métallique, qui serait plus sûr et moins coûteux à entretenir que celui en céramique de la navette spatiale. Le bouclier thermique métallique du VentureStar éliminerait 17 000 heures de maintenance entre les vols actuellement requises pour vérifier (et remplacer si besoin) chacune des milliers de tuiles de céramique résistantes à la chaleur qui forment actuellement l'extérieur de la navette[2].

VentureStar était prévu pour être plus sûr que les fusées modernes[2]. Considérant que de fusées d'aujourd'hui ne connaissent des accidents uniquement en cas de panne de moteur pendant le vol, VentureStar aurait une réserve de poussée dans chaque moteur pour les cas d'urgence pendant le vol[2]. Par exemple, si un moteur sur le VentureStar tombe en panne durant une ascension en orbite, un autre moteur face au moteur en panne serait coupé pour contrebalancer la poussée défaillante, et on augmenterait alors la poussée de chacun des autres moteurs de manière à poursuivre la mission en toute sécurité[2].

VentureStar serait également moins polluant[2]. Contrairement à la Navette spatiale, dont les deux propulseurs à poudre éjectent des déchets chimiques au cours du lancement, les rejets du VentureStar seraient composés uniquement de vapeur d'eau, puisque les principaux ergols du VentureStar ne seraient que de l'hydrogène liquide et de l'oxygène liquide[2]. Une conception plus simple du VentureStar exclurait également les propergols hypergoliques et même l'hydraulique, remplacée par l'énergie électrique pour les commandes de vol, les portes et le train d'atterrissage[2].

En raison de son design plus léger, VentureStar serait capable d'atterrir à n'importe quel grand aéroport en cas d'urgence[2], alors que la navette spatiale nécessite des pistes beaucoup plus longues.

Annulation et poursuite des travaux[modifier | modifier le code]

Les défaillances du démonstrateur technologique du VentureStar, le Lockheed Martin X-33, en particulier avec le réservoir composite d'hydrogène liquide, ont conduit à l'annulation du programme comme une entreprise fédérale le 1er mars 2001.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « AeroSpace Online:X-33 Advanced Technology Demonstrator » (consulté le 2007-04-23)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « SP-4220 Wingless Flight: The Lifting Body Story (Chapter 9) », R. Dale Reed (NASA Dryden Flight Research Center, Aerospace and Contract Engineer), NASA,‎ août 1997 (consulté le 21 January 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :