Vent d'autan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vent (homonymie).

Le vent d'autan est un vent soufflant dans le sud/sud-ouest de la France, en provenance du sud-est/sud-sud-est, affectant la partie orientale du bassin aquitain et le sud-ouest du Massif central. On dit de lui, dans les régions où il sévit — c'est-à-dire principalement le Languedoc et Midi-Pyrénées — qu'il peut rendre fou.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Autan provenant du latin altanus, altanus ventus signifie "vent qui souffle de la mer"[1]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il souffle depuis le sud-ouest du Massif central et s'étend jusque sur la partie orientale du Bassin Aquitain, entre Garonne et Dordogne. Il souffle depuis le Lauragais jusqu'à la région Toulousaine, et depuis le sud du Massif Central jusque sur l'extrême-Est de la région Aquitaine. Sa zone d'influence couvre 35 000 km²[2]. Les zones où il est le plus fréquent et robuste sont l'ouest de l'Aude, le sud du Tarn, le nord de la Haute-Garonne, mais il souffle également régulièrement dans le reste du Tarn, l'ouest de l'Aveyron, l'est du Tarn-et-Garonne, le Lot, le nord-est du Lot-et-Garonne, le sud-est de la Dordogne, le sud-est de la Corrèze ainsi que le sud-ouest du Cantal. Dans l'ensemble de ces zones précitées, l'autan est présent sur les hauteurs exposées, ainsi que sur les causses et plateaux, et enfin dans les vallées encaissées où il se renforce naturellement et peut se révéler très turbulent.

Il était jadis le vent des moulins à vent dans le sud du Périgord, le Haut-Agenais et le Lauragais.

On entend souvent parler de Toulouse, du Lauragais et de Castres, concernant le vent d'autan, mais cela est très réducteur car la zone d'influence du vent d'autan s'étend bien au-delà de cette zone géographique très restreinte. Il est vrai que c'est dans cette dernière zone, entre Lauragais, Montagne Noire et région Toulousaine qu'il est le plus fréquemment turbulent et le plus régulier (jusqu'à 80-90 jours par an de vent d'autan pour des régions telles que Castres, Mazamet, Villefranche-de-Lauragais). Dans cette zone, il est souvent caractérisé par une turbulence remarquable, à cause des accélérations que le vent subit en s'engouffrant dans le véritable goulet d'étranglement constitué par les Pyrénées (Corbières et premières hauteurs Ariégeoises) et le Massif central (Montagne Noire), goulet s'étendant jusqu'au seuil de Naurouze. Le vent d'autan nait du vent marin ou Marin ainsi appelé du littoral méditerranéen jusqu'à Carcassonne voire Castelnaudary.

Sa vitesse moyenne est comprise entre 30 et 40 km/h mais il peut atteindre les 100 km/h ou plus en rafales (122 km/h mesurés à Toulouse le 14 avril 2003 ainsi que le 19 octobre 2012[3]). Il fut notamment responsable du basculement du train Toulouse-Revel le 4 mai 1916[4]. Il est le plus violent dans le sud du Tarn autour de Castres où il dépasse fréquemment les 100 km/h et atteint 130 km/h à Dourgne le 14 avril 2003.

Ce goulet d'étranglement crée un véritable courant d'air puissant, si bien que le vent marin (vent d'autan = "vent du large") est littéralement propulsé depuis le Lauragais jusqu'à la région Toulousaine. Dans cette zone, l'autan est donc un vent assez humide. En outre, la température de l'autan va dépendre de la température de la Mer Méditerranée. Le vent d'autan dans cette zone va donc être très frais et très désagréable en hiver et au tout début du printemps, frais le reste du printemps et la fin de l'automne, doux une bonne partie de l'automne, et enfin doux à chaud en été. Dans cette zone, l'autan limite fortement les températures maximales, telle que le ferait une brise marine. Par une vue d'esprit, on pourrait dire que l'autan est une brise marine s'étendant jusqu'à l'Ouest Toulousain.

Par contre, dans le reste de la zone d'influence de l'autan (Quercy, Rouergue, Périgord Noir, Haut-Agenais, vallées du Lot et de la Dordogne) l'autan est plus doux et agréable, et ce en toutes saisons. En effet, l'autan n'y est pas propulsé aussi brutalement que dans la première zone, si bien qu'il a le temps de s'assécher plus aisément en s'enfonçant dans les terres, et donc il se réchauffe. Dans ces zones, la hausse des températures maximales est peu limitée, voire est souvent encouragée : en effet, plus l'on se dirige vers le nord-ouest de cette zone, plus le flux d'autan assèche la masse d'air et lui permet de se réchauffer plus rapidement (principe du réchauffement adiabatique de l'air, popularisé par le fameux phénomène de "l'effet de foehn").

C'est ainsi que c'est par flux d'autan qu'on retrouve les plus grosses vagues de chaleur sur l'Aquitaine, et notamment sur la Gironde et les Landes : le flux de sud-est assèche littéralement l'air aquitain, on retrouve des taux d'humidité diurnes comparables à ceux que l'on constate par effet de foehn (30-35%) et les températures maximales s'envolent.

Le vent d'autan se forme sous l'action de deux phénomènes. Le premier est l'apparition d'une dépression le long de la barrière pyrénéenne car le vent du sud se bloquant contre les Pyrénées provoque une zone de basses pressions, favorisant l'arrivée d'air venant de la mer Méditerranée par le couloir du Lauragais entre Corbières et Montagne Noire. Le deuxième phénomène est ce que l'on appelle l'effet de foehn qui se forme le long des Pyrénées. Il renforce la première dépression car l'air froid au nord des Pyrénées est attiré par l'air chaud situé au sud de la chaîne montagneuse. Enfin, cet effet de foehn se retrouve aussi sur le versant nord de la Montagne Noire, augmentant la vitesse du vent à Revel et à Saint-Félix-Lauragais.

Le vent d'autan est alors coincé entre les Pyrénées et la Montagne Noire ce qui accélère l'air venant de la Méditerranée (le vent marin) par effet Venturi. Ce phénomène est renforcé par l'effet de foehn qui provoque une couche d'air frais retombant et bloquant dans les basses altitudes le vent d'autan. Au passage du seuil de Naurouze, le point le plus resserré, le vent subit une dépression déclenchant de nombreuses turbulences violentes avec des tourbillons et des irrégularités dans la vitesse.

Distinction[modifier | modifier le code]

On en distingue plusieurs formes :

  • Tout d'abord la plus usuelle dite l'autan blanc dont la durée de souffle peut aller jusqu'à une semaine ; c'est un vent associé au beau temps ; frais en hiver, chaud en été, il provient de l'association entre une situation anticyclonique sur l'Europe de la Baltique et un front dépressionnaire situé sur le Portugal.
  • L'autre forme, moins fréquente, est l'autan noir, qui opère dans le prolongement d'un vent marin dont le taux d'humidité est très élevé et le flux très marqué, permettant aux entrées maritimes méditerranéennes de s'affranchir des obstacles orographiques et de pénétrer dans la zone d'influence de l'autan : c'est un vent doux qui peut amener des précipitations. Sa durée de souffle n'excède généralement pas les deux jours ; il est lié à un régime dépressionnaire situé dans le golfe de Gascogne et se déplaçant vers le nord-est.

Selon les anciens, le vent d'autan souffle 1, 3 ou 6 jours puis amène la pluie.

Prévision de l'Autan[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée altanus, dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934.
  2. La Haute-Garonne, encyclopédie illustrée, Hervé Martin et Alain Zambeaux, éditions Privat, septembre 2002, (ISBN 2-7089-5811-9), page 120, Le vent d'autan
  3. Bulletin de vigilance Météo-France, 19 octobre 2012
  4. La Dépêche du 5 juin 1916
  5. Vigilance Météo