Velles (Indre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Velles
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Velles (Haute-Marne).
Velles
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre
Arrondissement Châteauroux
Canton Ardentes
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Argenton-sur-Creuse
Maire
Mandat
Paul Foulatier
2014-2020
Code postal 36330
Code commune 36231
Démographie
Gentilé Vellois
Population
municipale
952 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Population
aire urbaine
85 674 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 20″ N 1° 39′ 01″ E / 46.689, 1.650446° 41′ 20″ Nord 1° 39′ 01″ Est / 46.689, 1.6504  
Altitude Min. 117 m – Max. 184 m
Superficie 63,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Velles

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de Indre
City locator 14.svg
Velles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Velles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Velles
Liens
Site web velles.fr

Velles est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le centre[1] du département, dans la région naturelle de la Brenne. Elle appartient à l'aire urbaine de Châteauroux.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Arthon (4 km), Mosnay (8 km), Luant (8 km), Tendu (8 km), Bouesse (9 km), Le Poinçonnet (10 km), Saint-Maur (13 km), Châteauroux (14 km), Ardentes (15 km), La Châtre (29 km), Issoudun (39 km) et Le Blanc (45 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : les Gabettes, les Maisons Neuves, le Petit Plessis et Vauzelles.

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Bouzanne[2]. On y trouve également quelques étangs importants comme l'étang de Madagascar, l'étang l'Ajonc et l'étang de la Bataillerie.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A20[3] (L’Occitane) passe par le territoire communal, ainsi que les routes départementales[3] : 14, 21, 40, 40B, 45G et 115.

Les gares ferroviaires les plus proches sont les gares de Châteauroux[3] (15 km) et Argenton-sur-Creuse[3] (17 km).

La commune est desservie par les lignes I et N du réseau L'Aile Bleue[4].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[3], à 21 km.

La place de la Bascule.
La place de la Bascule.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Vellois[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mémorial du Souvenir français.
Le mémorial du Souvenir français.

Quarante-quatre habitants de Velles mobilisés meurent pendant la Première Guerre mondiale[6]. La Seconde Guerre mondiale en tue sept[7].

Le maquis fait sauter trois ponts de la commune dans les nuits des 4 et 5 juillet 1944 : les ponts de Beauregard, Blézais et de Forges. Celui de Beauregard est reconstruit de 1949 à 1950[8].

En 1974, des fouilles sur le domaine du Plessis permettent de découvrir un petit cimetière patricien du IIe siècle[9].

En 1984, la commune a accueilli l’Eurojam, un grand rassemblement des scouts d'Europe avec environ 5 000 campeurs[10],[11].

Durant la saison 1997-1998, le club de football « FR Velles » atteint le 7e tour de la Coupe de France, mais ils perdent 9-0 contre les Chamois niortais[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de Châteauroux, du canton d'Ardentes, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes du pays d'Argenton-sur-Creuse.

Elle dispose d'un bureau de poste[13].

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1955 Pierre Laval  ?  ?
1955 mars 1959 Clément Mercier  ?  ?
mars 1959 1972 Charles-Henri Balsan[14]  ?  ?
1972 1993 Michel de Montalembert[15]  ?  ?
1993 mars 2001 François Legrand  ?  ?
mars 2001 en cours Paul Foulatier[16],[17],[18]  ? Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 952 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
584 466 581 656 705 745 712 761 761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
764 782 757 800 859 972 1 002 1 057 1 122
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 150 1 153 1 114 999 995 931 900 893 900
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
770 668 716 771 835 827 842 952 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004[20].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le bar L'Irokoa.
Le bar « L'Irokoa ».

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[21].

La plupart des commerces de proximité sont présents dans le bourg. Le territoire communal héberge également un camping[22] et un centre équestre[23]. Depuis avril 2006, un jardin de Cocagne est présent sur la commune[24].

Une zone artisanale située au lieu-dit des Maisons Neuves accueille plusieurs petites et moyennes entreprises.

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieu d'enseignement[25] une école primaire publique. Le collège public (Touvent) de secteur[26] se trouve à Châteauroux. Les lycées publics de secteur[26] se trouvent à Châteauroux (lycée polyvalent Pierre-et-Marie-Curie et lycée polyvalent Blaise-Pascal).

Au niveau sportif, elle possède un stade de football (Maurice-Raes) et un court de tennis. Plusieurs associations et clubs sportif proposent des activités variées[27]. Il y a un club de football, de pêche, de randonnées moto, de randonnées équestres et deux clubs de pétanque. Le foyer rural de Velles propose également diverses activités.

Durant l'année, plusieurs festivités ont lieu dans la commune comme en février où se déroule la marche union française des œuvres laïques d'éducation physique, qui rassemble chaque année plusieurs centaines de marcheurs (2e dimanche de février). Le 8 mai, se tient la brocante vide-grenier. Depuis 2005, un spectacle son et lumière se produit durant la 1re quinzaine du mois de juillet. En décembre, a lieu le marché de Noël.

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château du Plessis.
Le château du Plessis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxime Rousseau, Le passé d’une localité rurale : Velles en Bas-Berry, Mairie de Velles et Archives départementales de l’Indre,‎ 1996 (ISBN 286036000X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b et c Site du Géoportail : Velles, consulté le 15 décembre 2013.
  3. a, b, c, d et e Site de ViaMichelin : Velles, consulté le 14 décembre 2013.
  4. Site du conseil général de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 14 décembre 2013.
  5. « Nom des habitants des communes françaises, Velles », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 24 mars 2012).
  6. Rousseau 1996, p. 113-114.
  7. Rousseau 1996, p. 116.
  8. Rousseau 1996, p. 122.
  9. Paul Vauthey, Revue archéologique du Centre de la France, t. 14,‎ 1975 (lire en ligne), p. 170.
  10. Site des scouts d'Europe, consulté le 2 septembre 2010.
  11. Site Catholique.org : Présentation générale des scouts d'Europe, consulté le 2 septembre 2010.
  12. Site de la Fédération française de football : Historique Coupe de France des Chamois Niortais, consulté le 2 septembre 2010.
  13. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  14. Registre des délibérations de la commune.
  15. Rousseau 1996, p. 6.
  16. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  17. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  18. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  21. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  22. Site du camping des Grands Pins, consulté le 28 novembre 2012.
  23. Site du centre équestre de la Croix Diamant, consulté le 28 novembre 2012.
  24. Site des Paniers bios du Val de Loire : Les Potagers de Velles, consulté le 9 juin 2012.
  25. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  26. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  27. Site de la commune de Velles : Associations sportives et natures, consulté le 10 septembre 2010.
  28. « Notice no PA00097479 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. Châteaux Manoirs & Logis - L'Indre, Patrimoines & Médias,‎ 1999 (ISBN 2910137325), p. 288.
  30. Châteaux Manoirs & Logis - L'Indre, Patrimoines & Médias,‎ 1999 (ISBN 2910137325), p. 291.
  31. Rousseau 1996, p. 110.
  32. Rousseau 1996, p. 123-124.