Vay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vay (jeu vidéo)
Vay
Image illustrative de l'article Vay
Blason de Vay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Nozay
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Nozay
Maire
Mandat
Marie-Chantal Gautier
2014-2020
Code postal 44170
Code commune 44214
Démographie
Gentilé Vayens
Population
municipale
1 977 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 20″ N 1° 42′ 00″ O / 47.5555555556, -1.747° 33′ 20″ Nord 1° 42′ 00″ Ouest / 47.5555555556, -1.7  
Altitude Min. 21 m – Max. 96 m
Superficie 36,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vay

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vay
Liens
Site web http://www.vay.fr/

Vay est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Vay dans le département de la Loire-Atlantique.

Vay est située au nord de la Loire-Atlantique, à 8 km au nord-est de Blain, à 31 km au sud-ouest de Châteaubriant, à 38 km au nord de Nantes et à 62 km au sud de Rennes[1]. La commune est bordée à l'ouest par la forêt domaniale du Gâvre. Les communes limitrophes sont Marsac-sur-Don, Le Gâvre, Blain, La Grigonnais et Nozay.

Communes limitrophes de Vay
Marsac-sur-Don
Le Gâvre Vay Nozay
Blain La Grigonnais

Accès et transport[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans le sens est-ouest par la route départementale 2 ; dans le sens nord-sud, c'est la D44[2]. La ligne de bus 10 (Nantes-Nozay-Derval) du réseau Lila (réseau du Conseil général de la Loire-Atlantique) passe à Vay[3].

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'étang de Clégreuc, sur le territoire de la commune, a une superficie de 20 hectares. Il abrite une faune et flore variée. On y trouve notamment le Butor étoilé, une espece rare et menacée d'oiseau et le flûteau nageant, une plante vivace, submergée et flottante qui bénéficie d'une protection européenne[4]. L'étang est déclaré Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique depuis 1979[5].

L'altitude de la commune oscille entre 21 et 96 mètres. Le sous-sol de la partie sud de la commune à des formations datant du Pliocène.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Vay est soumise à un climat de type océanique[6]. Les données concernant le climat de Vay qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[7], ce qui correspond à la position de l'aéroport Nantes Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, distant de 41 kilomètres.

Climatologie de Vay d'après la station de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[7]


Ensoleillement, humidité, précipitations
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[7]


Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom de la commune viendrait du mot latin via qui signifie voie. Il pourrait avoir pour signification la situation de la commune, carrefour des voies de Rennes à Nantes et Châteaubriant à la côte Atlantique[8].

Vay possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Vaè (écriture ELG, prononcé [və ])[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est habité dès la période du Néolitique. Il est pendant l'Antiquité traversé par la voie romaine allant de Nantes à Rennes. Comme toute la région, Vay est dans une zone de peuplement celte, puis gallo-romaine. À partir du IXe siècle, le territoire est intégrée au royaume puis duché de Bretagne, avant l'union de celui-ci au royaume de France en 1532.

La paroisse de Vay est créée suite à la fondation du prieuré Saint-Germain par l'Abbaye bénédictine de Saint-Gildas-des-Bois en 1026. Celui-ci anime la vie de la paroisse. On y trouve une léproserie[10]. La seigneurie de Vay appartient à une branche de la famille d'Avaugour au XVe siècle[11]. Après alliances et héritages la propriété de Vay revient à Jean de Bellouan qui en fait une juveigneurie de la châtellenie de Nozay. Le territoire passe ensuite aux mains des Avaugour. Ceux-ci, convertis aux protestantisme parviennent à gérer cette paroisse très catholique sans soucis[10].

Pendant la Révolution française, Vay est détruit lors de combats entre Royalistes et Républicains. Pendant le XIXe siècle, la commune garde une tendance légitimiste forte. En 1959, une partie du territoire se sépare de la commune et devient la commune de La Grigonnais[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vay est située dans le canton de Nozay, arrondissement de Châteaubriant, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 19 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[13].

Le Conseil municipal est composé du Maire, de 5 adjoints et de 13 conseillers. La mairie se situe au no 5 de la rue Principale.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean Blandin[Note 1]    
mars 2014 en cours Marie-Chantal Gautier MoDem professeur des écoles
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vay est membre de la communauté de communes de la Région de Nozay, qui est constituée de sept communes regroupées autour de Nozay[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Vay était une commune rurale non polarisée[15].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est démembrée partiellement en 1958 pour permettre la création de La Grigonnais.

En 2011, la commune comptait 1 977 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 998 2 018 2 006 2 070 2 285 2 203 2 294 2 515 2 681
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 793 2 922 3 104 3 039 3 162 3 302 3 370 3 334 3 298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 338 3 296 3 283 2 839 2 840 2 685 2 611 2 430 2 277
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 293 1 219 1 099 1 119 1 122 1 227 1 725 1 871 1 977
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[18])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,2 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Vay en 2009 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,1 
4,6 
75 à 89 ans
6,2 
7,9 
60 à 74 ans
9,3 
17,1 
45 à 59 ans
15,8 
24,8 
30 à 44 ans
23,6 
17,5 
15 à 29 ans
19,8 
27,8 
0 à 14 ans
25,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Vay est essentiellement tournée vers l'agriculture. On compte 39 exploitations agricoles en 2008. L'élevage laitier est la principale activité agricole. On trouve ensuite l'artisanat et les services de proximité.

Population Actifs (15/64 ans) Actifs occupés chômeurs Taux d'activité (%) Taux de chômage (%)
1119 924 874 49 70,0 5,3
Source : Données statistique sur l'emploi (Insee)[21]'

Vie locale[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ni d'infirmier installé à Vay. Le médecin le plus proche est basé à Marsac-sur-Don, l'infirmière la plus proche est à Nozay[22]. L'hôpital et les cliniques les plus proches se situent à Châteaubriant[23].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'académie de Nantes. Pour l'enseignement élémentaire, la commune dispose d'une école privée, l'école St Yves, et de l'école publique du Bois Viaud[8].

Vie associative[modifier | modifier le code]

On trouve quelques associations dans la commune. On peut citer le club de football, l'US Vay ainsi que l'association « les Tréteaux de Vay ».

Médias[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est principalement dominée par le Groupe SIPA - Ouest-France et ses éditions de Ouest-France et Presse-Océan.

Deux chaînes de télévision locales se partageant un canal émettent sur la région nantaise[24] : TéléNantes et Nantes 7. Pour les informations locales, la chaîne France 3 émet un décrochage local avec France 3 Ouest Estuaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre est construite à la fin du XIXe siècle par l'architecte Bougoin. Elle est inspirée par l'architecture gothique du XIIIe siècle. L'église devait à l'origine recevoir un clocher, mais au cours de la construction, l'idée est abandonnée et ce n'est qu'un clocheton qui surplombe la façade de l'édifice[25].
  • La chapelle Saint-Germain datant du XIIIe ‑ XVe siècles av. J.-C. est de style gothique, bien que son chœur soit de style roman. Elle dépendait autrefois de l'abbaye de Saint-Gildas-des-Bois. Elle dispose d'un reliquaire contenant des ossements de Saint-Germain. La fontaine de la chapelle était l'objet de pèlerinages en raison des supposées vertus de guérison de celle-ci. La chapelle est vendue comme bien national Pendant la Révolution française[26]. Un bâtiment jouxte la chapelle, il s'agit de l'ancien prieuré Saint-Germain qui dépendait aussi de l'abbaye. Il est aussi vendu pendant la Révolution[10].

En 2003, l'artiste peintre et restaurateur d'art: Alain Plesse, reçoit la commande d'une fresque : « Les Compagnons de Saint-Germain » qu'il réalise la même année.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le menhir de la Drouetterie, aussi appelé « menhir de la pierre qui tourne » datant du Néolithique est un monument historique classé depuis le 5 novembre 1928[27]. Il est situé dans un bosquet au sud de la commune sur la route de La Grigonnais. Il était autrefois nommé « le grain de sable de Gargantua »[11].

Le manoir de La Cineraye construit du XIVe au XVIIe siècles était le siège de la seigneurie de Vay. On trouve encore un donjon datant du XIVe siècle. Demeure des Avaugour du XIVe au XVIIIe siècles, le château passe ensuite aux mains de plusieurs familles jusqu'au marquis de Montluc, dernier seigneur de Vay.

Le bâtiment de la mairie, construit en 1760, faisait office de presbytère. pendant la Révolution française, il est vendu comme bien national.

Personnnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vay

De gueules au croissant d'hermine surmonté d'une croisette d'or.

Ce blason est une brisure des armes de la famille de Vay, d'extraction noble depuis 1377 (mais la croisette de leur blason était d'argent et non d'or). Le croissant d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason (délibération municipale du 9 avril 1967) enregistré le 13 mai 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vay », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 24 avril 2011)
  2. Carte IGN de Vay sur Géoportail.
  3. Carte du Reseau Lila
  4. « Visitez l’Étang de Clégreuc », sur Conseil général de la Loire-Atlantique (consulté le 12 mars 2011)
  5. « ZNIEFF520006660 - ETANG DE CLEGREUC », sur Inventaire National du Patrimoine Naturel (consulté le 12 mars 2011)
  6. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 1er mars 2011)
  7. a, b et c Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 21 mars 2010)
  8. a et b Présentation, sur le site de la mairie, consulté le 8 mars 2011.
  9. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  10. a, b et c Collectif 1999, p. 841
  11. a, b et c Collectif 1999, p. 839
  12. « Fiche de la commune de Vay », sur insee.fr (consulté le 24 avril 2011)
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  14. « Vay », sur Communauté de communes de la région de Nozay (consulté le 1er avril 2011)
  15. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 24 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  18. « Vay 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  19. « Résultats du recensement de la population - Vay - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  20. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  21. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 27 juillet 2010)
  22. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 24 avril 2011)
  23. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 24 avril 2011)
  24. Télénantes - La chaîne sur www.telenantes.com Consulté le 25 janvier 2010
  25. Collectif 1999, p. 842
  26. Collectif 1999, p. 840
  27. « Notice no PA00108839 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Eriau, Vay et son histoire religieuse: centenaire de l'église, 1890-1990, Culture et traditions de Vay, 1990, (ISBN 9782950483324)
  • Collectif, Le Patrimoine des Communes de la Loire-Atlantique, Flohic,‎ 1999 (ISBN 978-2842340407) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]