Vaux-sur-Somme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.
Vaux-sur-Somme
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement d'Amiens
Canton Canton de Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Philippe Gosselin
2014-2020
Code postal 80800
Code commune 80784
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 20″ N 2° 33′ 04″ E / 49.9222, 2.5511 ()49° 55′ 20″ Nord 2° 33′ 04″ Est / 49.9222, 2.5511 ()  
Altitude Min. 27 m – Max. 111 m
Superficie 5,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Somme

Vaux-sur-Somme est une commune française située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vaux-sur-Somme est un village picard de la vallée de la Somme, situé à 21 km à l'est d'Amiens et à 4 km de Corbie

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

La formation du sol et du sous-sol de la commune remontre au Crétacé. Il se compose de terres franches et humifères dans la vallée, de terrain calcaire sur les coteaux, de terrains argileux sur le plateau. Les terrains calcaires recouvrent environ la moitié du territoire communal[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

La vallée de la Somme se resserre en un vallon très profond et resserré appelé vallée de Sailly-le-Sec. L'altitude culmine à 102 m sur le plateau à proximité de la route de Corbie à Bray-sur-Somme. De ce plateau, on a un point de vue remarquable sur les alentours[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé d'est en ouest par la Somme et le canal de la Somme. La nappe phréatique est peu profonde.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Le village de Vaux est groupé le long de la vallée de la Somme. Il a été partiellement détruit au cours de la Première Guerre mondiale et reconstruit. Des lotissements de maisons individuelles ont été réalisés depuis les années 1970.

Activités économiques et de services[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vaux-sur-Somme
Méricourt-l'Abbé
Corbie Vaux-sur-Somme Sailly-le-Sec
Vaire-sous-Corbie

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 301 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
298 308 332 362 374 385 390 400 427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
433 424 375 342 341 324 305 312 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 250 253 220 239 212 217 200 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
219 229 208 224 320 339 329 301 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes dans les textes anciens pour désigner Vaux: Vallis, Vals, Vaus en 1226 et 1284, Veaulx puis Vaux dont la signification serait val, vallée[1],[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    M. Fossé Germer   Était en fonction en 1933 et 1936[5], [6]
    Gaston Driencourt   Était en fonction en 1945[7]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Alain Geraut[8]    
2014[9] en cours
(au 6 mai 2014)
Philippe Gosselin    

Histoire[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de trace écrite témoignant de l'existence d'un lieu appelé Vaux avant le Moyen Age.

  • En 1079, Enguerrand de Boves associa l'Abbaye de Corbie à la justice qu'il avait à Vaux, en qualité de vicomte[10].

On trouve la trace des seigneurs de Vaux suivants:

  • 1427, Olivier Wériffroy, sergent du roi
  • 1445, Hue Wériffroy qui légua Vaux à son neveu
  • 1450, Ancel Lenglacé
  • 1532-1565, Marguerite Lenglacé, épouse de Mathieu de Bommy, écuyer
  • 1565-1598, Hector de Bommy, écuyer
  • 1598-1649, François de Bommy, écuyer

A l'époque moderne, une querelle opposa les habitants de la paroisse de Vaux à l'abbaye de Corbie à propos de la possession des marais.

  • En 1827, le village fut victime d'un incendie et dut être en grande partie reconstruit.
  • Au XIXe siècle, on extrayait la tourbe dans la commune et des ouvriers à domicile y fabriquaient des gilets de chasse[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint Gildard[modifier | modifier le code]

Construite en calcaire en 1836, est un des seuls monuments à ne pas avoir été victime des destructions de la Première Guerre mondiale.

Pont de Vaux[modifier | modifier le code]

Construit sur la Somme, il relie le village à Vaire-sous-Corbie et a été initialement construit en 1928. Il fut détruit par les alliés en mai 1940 pendant la Bataille de France. Reconstruit à l'identique en 1946 et 1947, il a été récemment restauré.

Etangs de La Barette[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Étangs de La Barette.

Larris communaux[modifier | modifier le code]

Coteaux calcaires de la vallée d'Ornival, appelés localement des larris.

Vallée de la Somme[modifier | modifier le code]

Paradis de nombreux pécheurs.

« Le Marais »[modifier | modifier le code]

prairie humide et tourbeuse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manfred von Richthofen (1917)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Biblioraphie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 1865, réédition partielle Bray-sur-Somme et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, Res Universis, p. 122 à 123 (ISBN 2 - 87 760 - 446 - 2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liensexterne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice géographique et historique sur la commune de Vaux-sur-Somme, rédigée par M. Leroy, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 1865, réédition partielle Bray-sur-Somme et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, Res Universis, p. 122 à 123 (ISBN 2 - 87 760 - 446 - 2)
  5. Annuaire administratif de la Somme, 1933 (France), pages 422-423 : organisation communale - File:Annuaire 1933, organisation communal p422-423.jpg.
  6. Annuaire administratif de la Somme, 1936 (France), pages 422-423 (organisation communale) - File:Annuaire 1936, organisation communale, p422-423 001.jpg
  7. Annuaire administratif de la Somme, 1945 (France), pages 398-399 : Organisation communale - File:Annuaire 1945, Organisation communale, p398-399.jpg.
  8. Réélu pour le mandat 2008-2014 : [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 avril 2009 (consulté le 25 avril 2009)
  9. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  10. Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 1865, réédition partielle Bray-sur-Somme et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, Res Universis, p. 143 à 149 (ISBN 2 - 87 760 - 446 - 2)