Vautour chaugoun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vautour chaugoun

Description de cette image, également commentée ci-après

Gyps bengalensis

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Gyps

Nom binominal

Gyps bengalensis
(J.F.Gmelin, 1788)

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2ce+3ce :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 28/06/79

Répartition géographique

Description de l'image  GypsBengalensisMap.svg.

Le Vautour chaugoun (Gyps bengalensis) est un vautour asiatique gravement menacé en raison d'un déclin très rapide de ses populations depuis les années 1980. Encore relativement commune en Birmanie, cette espèce a presque disparu d'Inde et du Pakistan suite à une contamination des cadavres qu'ils mangent par des produits chimiques et de médicaments vétérinaires (anti-inflamatoires) qui les tuent.

Facteurs d'extinction[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, comme pour d'autres espèces de vautours eurasiatiques, des populations entières de vautour chaugoun ont disparu du fait d'insuffisances rénales chroniques. Ces problèmes rénaux se sont avérés dus à l'ingestion de chair d'animaux morts après avoir été traités par certains médicaments vétérinaires (Diclofénac et/ou Kétoprofène) présents résiduellement dans les chairs des carcasses d'animaux domestiques abandonnés[1],[2].

Environ 999 vautours sur 1000 ont disparu en 25 ans, alors que ces espèces jouaient un rôle sanitaire important en éliminant les charognes de l'environnement [2].
Les ornithologues recommandent l'utilisation du Meloxicam qui serait le seul médicament anti-inflammatoire que les vautours semblent supporter[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R Cuthbert, RE Green, S Ranade, S Saravanan, DJ Pain, V Prakash, AA Cunningham, « Rapid population declines of Egyptian vulture (Neophron percnopterus) and red-headed vulture (Sarcogyps calvus) in India », Animal Conservation, vol. 9, no 3,‎ 2006, p. 349–354 (lien DOI?, résumé)
  2. a, b et c (en) Gerry E Swan, Richard Cuthbert, Miguel Quevedo, Rhys E Green, Deborah J Pain, Paul Bartels, Andrew A Cunningham, Neil Duncan, Andrew A Meharg, J Lindsay Oaks, Jemima Parry-Jones, Susanne Shultz, Mark A Taggart, Gerhard Verdoorn, and Kerri Wolter, R Cuthbert, M Quevedo, RE Green, DJ Pain, P Bartels, AA Cunningham, N Duncan et AA Meharg, « Toxicity of diclofenac to Gyps vultures. », Biol. Lett., vol. 2, no 2,‎ juin 2006, p. 279–282 (ISSN 1744-9561 ; liens PubMed?, PubMed Central? et DOI? ; lire en ligne [Free full text])

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ahmad, S. 2004. Time activity budget of Oriental White-backed Vulture (Gyps bengalensis) in Punjab, Pakistan. M. Phil. thesis, Bahauddin Zakariya University, Multan, Pakistan.
  • Grubh, R. B. 1974. The ecology and behaviour of vultures in Gir Forest. Ph.D. dissertation, University of Bombay, Bombay, India.
  • Grubh, R. B. 1988. A comparative study of the ecology and distribution of the Indian White-backed Vulture (Gyps bengalensis) and the Long-billed Vulture (G. indicus) in the Indian region. Pages 2763-2767 in Acta 19 Congressus Internationalis Ornithologici. Volume 2. Ottawa, Canada 22-29 June 1986 (H. Ouellet, Ed.). University of Ottawa Press, Ottawa, Ontario.
  • Eck, S. 1981. [Thanatose beim Bengalgeier (Gyps bengalensis)]. Ornithologische Jahresberichte des Museums Heineanum 5-6:71-73.
  • Naidoo, Vinasan 2008. Diclofenac in Gyps vultures : a molecular mechanism of toxicity. Ph.D. Thesis, University of Pretoria. Fulltext