Vaudricourt (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaudricourt
Une des croix de tuf typiques du Vimeu.
Une des croix de tuf typiques du Vimeu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement d'Abbeville
Canton Canton de Friville-Escarbotin
Intercommunalité Communauté de communes Baie de Somme Sud
Maire
Mandat
Dominique Hénocque
2014-2020
Code postal 80230
Code commune 80780
Démographie
Gentilé Vaudricourtois
Population
municipale
403 hab. (2011)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 17″ N 1° 33′ 01″ E / 50.1214, 1.5503 ()50° 07′ 17″ Nord 1° 33′ 01″ Est / 50.1214, 1.5503 ()  
Altitude Min. 37 m – Max. 68 m
Superficie 2,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaudricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaudricourt

Vaudricourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Brutelles Saint-Blimont Saint-Blimont Rose des vents
Bourseville N Saint-Blimont
O    Vaudricourt    E
S
Bourseville Friville-Escarbotin Saint-Blimont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lors de l'arrivée de saint Valery dans le Vimeu, au VIIe siècle, le village est mentionné[a 1] (sous quelle forme ???).

Dans une charte de Simon, comte de Ponthieu, le village se trouve déjà nommé Vaudricourt en 1239[1],.
Vaudricourt, Woincourt, Ochancourt : ces noms de villages se terminent par -court.
Ce sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages. -court (> français cour) est issu du gallo-roman CŌRTE (on rencontre également cet étymon donné sous les formes cortem ou curtis dans les sources, le tout issu du latin classique cohors, cohortis), qui signifie « cour de ferme, ferme » ou encore « établissement agricole entouré d'un mur d'enceinte ». Il est précédé du nom de personne germanique Walderic(us).
Exemple : Pierrecourt signifie « domaine de Pierre ». De même : Ochancourt « domaine d’Occing ». Cette façon de nommer les lieux serait un apport germanique du VIe siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, les Célestins d'Amiens reçoivent en donation des bois de Vaudricourt[a 2].

La démolition du temple protestant de Poireauville est demandée en 1664 par l'évêque d'Amiens, François Faure, par application de l'édit de Nantes et du traité fait par Henri IV avec les villes picardes[a 3].

En 1667, réclamation de l'évêque d'Amiens contre le protestantisme pratiqué dans son moulin de Vaudricourt par le sire de Rambures[a 4].

Membre du consistoire de l'église de Vaudricourt, Gaston de Beaurains de Saint-Valery a été trainé en 1686 sur une claie dans les rues de Saint-Valery et son corps a ensuite été mis en morceaux[a 5].


La seigneurie de Vaudricourt est vendue, avec le fief de Sendricourt qui y est joint, par la marquise de Feuquières à Claude de Rambures et son épouse, en 1713[a 6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules au lambel de quatre pendants d'argent, à l'orle du même.

En 1680, François ainsi que Jean de Vaudricourt, écuyers, portaient : « de gueules, à un orle d'argent, surmonté d'un lambel de même »[a 7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
M. Dominique Hénocque UMP Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 403 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
381 394 373 400 576 605 615 583 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
555 543 558 540 520 490 438 437 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412 395 384 327 336 345 328 317 381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
409 404 384 457 465 451 436 439 402
2011 - - - - - - - -
403 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église est dédiée à saint Martin. Elle est formée d'un corps de bâtiment unique.
  • Pèlerinage signalé à Notre-Dame de Foy[a 8]. La statue a été donnée par Isabeau de Beaurains, aïeule de Gaston de Beaurains, en 1629[a 9].


  • Vaudricourt dispose d'une salle communale, entre l'école et l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre Blondin (1688-1713), naturaliste, membre de l'Académie des sciences, découvrit en Picardie 120 plantes inconnues jusque dans les jardins du roi, né à Vaudricourt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dom Grenier, paquet 9
  2. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3)
  3. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 avril 2009 (consulté le 18 avril 2009)
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  1. p. 81
  2. p. 81
  3. p. 8
  4. p. 84
  5. p. 84
  6. p. 84
  7. p. 84
  8. p. 88
  9. p. 98

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :