Vassy (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vassy.
Vassy
L'église Saint-Martin-Notre-Dame-et-Saint-André
L'église Saint-Martin-Notre-Dame-et-Saint-André
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Vassy (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Vassy
Maire
Mandat
Michel Roca
2014-2020
Code postal 14410
Code commune 14726
Démographie
Gentilé Vasséens
Population
municipale
1 798 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 09″ N 0° 40′ 34″ O / 48.8525, -0.67611148° 51′ 09″ Nord 0° 40′ 34″ Ouest / 48.8525, -0.676111  
Altitude Min. 103 m – Max. 260 m
Superficie 31,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Vassy

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Vassy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vassy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vassy
Liens
Site web www.vassycalvados.fr

Vassy est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 1 798 habitants[Note 1] (les Vasséens).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est du Bocage virois. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place à l'est de l'unité du bassin de Vire caractérisée par « un moutonnement de basses collines schisteuses […] ordonnées en bandes alignées à l’est »[1]. Son bourg est à 10 km à l'ouest de Condé-sur-Noireau, à 13 km au nord-est de Tinchebray, à 16 km au nord-ouest de Flers et à 16 km à l'est de Vire[2].

La voie principale desservant Vassy est la route départementale 512 (ancienne RN812) menant de Vire (à l'ouest) à Condé-sur-Noireau (à l'est, par le bourg de Saint-Germain-du-Crioult). Le territoire étendu (3 101 hectares) est sillonné de nombreuses autres départementales dont la plupart passent par le bourg. La 26 part vers le nord en direction d'Aunay-sur-Odon par Danvou-la-Ferrière, de même que la 106, mais par Lassy et Saint-Jean-le-Blanc, cette dernière se prolongeant au sud vers Flers par Saint-Pierre-d'Entremont. Les D108, 310 et 310a mènent vers le nord-est respectivement vers les bourgs de Saint-Vigor-des-Mézerets, Pontécoulant et La Chapelle-Engerbold. La D309a, après un kilomètre sur le territoire de Vassy, prend le nom de D54 pour rejoindre Moncy au sud-ouest dans le département limitrophe de l'Orne. Caen est accessible par Condé-sur-Noireau ou par Aunay-sur-Odon et l'autoroute A84.

Vassy est entièrement situé dans le bassin de la Druance et donc du fleuve l'Orne. La commune se partage en deux principaux vallons qui sillonnent la commune d'ouest en est. Le bourg est dans le vallon le plus au sud, celui parcouru par l'un des deux principaux affluents de la Druance, le Tortillon. Le nord du territoire est arrosé par un affluent du Tortillon, la Rocque. La Ségande, autre affluent du Tortillon, fait fonction de limite avec La Chapelle-Engerbold au nord-est, tandis qu'un autre affluent, le Gourguesson est mitoyen avec Saint-Germain-du-Crioult à l'est (limite prolongée par le Tortillon).

Le point culminant (260 m) est situé sur une colline à proximité du château de Vassy et de la limite avec Le Theil-Bocage et Pierres. Le relief, tout en étant assez vallonné, n'est pas aussi marqué que d'autres parties du Bocage virois et les points de vues sont assez étendus. Le point le plus bas (103 m) est à la sortie du Tortillon du territoire communal, à l'extrême est, à la limite avec La Chapelle-Engerbold et Saint-Germain-du-Crioult.

La pluviométrie annuelle avoisine les 950 mm[3].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest dans le sens horaire, la Tirardière, la Pigeonnerie, la Croix Verte, la Tirelière, la Herbelière, les Masures, la Torcherie, la Calbasserie, le Vautirel, le Châtel, la Rivière, les Chevrettes, le Moulin à Huile, le Buisson, la Mare, la Planche d'Aunay, les Haies, la Rue, l'Épine, la Hamelet, la Poulinière, la Faltière, la Bertinière, les Chennières, la Haute Bosnière (nord), le Hamel Angot, la Costarderie, Glatigny, la Trillerie, les Hauts Vents, l'Angotière, Romilly, la Couarde, la Bosnière, la Mare, le Besnier, Aligny, l'Hôpital, la Haize, la Motte, le Vivier, la Haillerie, l'Aunay, la Mahière, la Bretonnière, Canresort, les Aulnayes, le Val, la Michelière, la Sauvagère, la Quesnelière, la Lorinière, la Chaise, la Cosnerie, la Grellerie, la Faverie, la Gueslière, Grémesnil, la Biotière, la Poulardière, la Bardellière, la Tallière, la Painière, Courval, la Bas Cagny (est), le Haut Cagny, le Petit Cagny, la Mansardière, la Baille, la Fosse, Brémesnil, le Hamel aux Durands, la Gannetière, le Chesnay, Rouvel, Gourgesson, Cabot, les Valaisières, la Poterie, la Fossardière, la Grésilière, le Bois Rouvel (sud), les Vanets, le Bourg, le Chêne Creux, les Landes, la Basse Moissonnière, l'Abbaye, la Cancerie, les Pestils, la Picaudière, la Barbairie, la Parenterie, le Bas Crouen (ouest), la Fouquerie, le Château de Vassy, Lasserie et les Logettes[4].

Communes limitrophes de Vassy[5]
Le Theil-Bocage La Rocque, Saint-Vigor-des-Mézerets La Chapelle-Engerbold
Pierres Vassy[5] Saint-Germain-du-Crioult
Rully Moncy (Orne) Saint-Germain-du-Crioult

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous les formes : Vadeium en 1107[6], Vadceium en 1107[7], [Sires de] Waacie 1160 - 1170[8], Vaceium en 1187, Vaacey en 1303[7].

Le nom de Vassy serait d'origine celtique. Il serait formé des termes was ou waes, composé lui-même de deux mots primitifs wa « voie, passage » et ez ou aes « eau » et désignerait un « terrain, pré, marais que l'eau recouvre et abandonne successivement ». La finale ce ou cy signifierait « lieu, emplacement »[9]. Ce type d'explication est généralement emprunté à des ouvrages antérieurs au développement de la linguistique et aux travaux sur la phonétique historique. Tout d'abord, ses conclusions ne sont pas basées sur une analyse rigoureuse des formes anciennes, ensuite elles ne tiennent pas compte des règles de la phonétique historique, inconnues à l'époque, qui engendrent, dans ce cas, des évolutions phonétiques comparables à celles constatées dans la langue d'oïl à partir du bas latin, enfin, elles reposent sur des mots « celtiques » mal analysés ou encore complètement inconnus des dictionnaires du celtique ancien comme celui de Georges Dottin[10] ou de Xavier Delamarre[11].

Les toponymistes s'accordent sur la nature du second élément, c'est-à dire le suffixe gallo-roman *-ACU désignant la propriété, issu du gaulois *-āko(n), suffixe locatif à l'origine. En effet, les formes médiévales font état de la lénition du [k] et la désinence est fréquemment latinisée en -eium dans les documents mentionnant également les mêmes toponymes sous la forme -acum, voire -acus. Ainsi, un texte évoque Vaciacum en 1247 à propos de Vassy à Taingy dans l'Yonne.

En ce qui concerne l'étymologie du premier élément :

  • Albert Dauzat et Charles Rostaing[11] proposent le nom de personne gallo-roman Vassius ou Vaccius et l'associent également aux noms de lieux Vaissac (Tarn-et-Garonne), Vassé (Sarthe, de Vaceio), Vassy (Yonne, Vaixi 1466). En outre, ils voient dans Gacé, une formation identique avec le nom de personne Vassius.
  • Ernest Nègre[11] reprend l'hypothèse des précédents (sans toutefois relier Vassy à Vassé ni à Gacé).
  • René Lepelley, quant à lui, se contente du nom de personne Vassius[12].

Remarques : la 1re mention de 1107 est probablement une cacographie, à moins qu'il ne s'agisse d'un hypothétique nom de personne *Vadacius, proposé par Ernest Nègre, uniquement pour Vassé[13]. Quant à la forme utilisée par Wace[13], elle relève vraisemblablement d'une confusion liée au passage de [w] à [v] dans la prononciation en normand septentrional au XIIe, mais elle n'est pas étymologique, puisque les toponymes présentant un [w] étymologique sont encore notés avec le graphe W- parfois jusqu'au XIVe siècle (parfois alternativement avec la forme présentant un G- initial, ce qui correspond à une évolution « francienne » de [w]). Wassy (Haute-Marne, Finis Vuaseacinsis, 662, Vuasciacus, 1066-80, Waseium, 1171, Waissi) peut difficilement contenir le même anthroponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle est édifiée une motte castrale suite à l'abandon d'une autre établie auparavant à Moncy. C'est de cette place défensive, siège d'une baronnie, que Hugues, seigneur de Waacie, part rejoindre les compagnons de Guillaume le Conquérant à Dives pour la conquête. Suite à la victoire, ses deux fils, Robert et Yves reçurent des seigneuries anglaises, Yves et sa descendance s'y établissant. De cette branche sont issues plusieurs personnalités de l'histoire anglaise puis écossaise comme Eustache de Vescy (en) qui épouse Marguerite, fille illégitime de Guillaume Ier d'Écosse et son petit-fils Guillaume de Vesci (en) qui sera prétendant à la couronne d'Écosse (en)[14].

Épargné par les bombardements stratégiques alliés à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Vassy est libéré de l'occupation allemande le 15 août 1944 par les soldats de la 11e division blindée britannique (4th battalion King's Shropshire Light Infantry (en) et Inns of Court Regiment (en))[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vassy Blason D’argent à trois tourteaux de sable.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant optenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1930 V. Haye    
1930 1935 Élie Marie    
1935 1950 Gustave Heude    
1950 ? Pierre Benoist d'Azy    
1971[19] mars 2008 Pierre Geoffroy DVD Vétérinaire
mars 2008[20] en cours Michel Roca[21] DVD Médecin Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres, dont le maire et trois adjoints[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 798 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Vassy[22]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Vassy a compté jusqu'à 3 276 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 150 3 144 3 028 3 135 3 243 3 270 3 276 3 196 3 250
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 137 3 080 2 947 2 822 2 681 2 635 2 507 2 365 2 212
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 120 2 142 2 038 1 699 1 622 1 610 1 638 1 704 1 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 521 1 410 1 450 1 601 1 611 1 649 1 718 1 798 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2004[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune de Vassy est située dans le Bocage normand à proximité de la Suisse normande et de la ville de Vire : randonnée pédestre, fermes pédagogiques, piscine.

La commune a abrité la publication de deux titres de presse sous la Troisième République : le Journal de Vassy en 1897, puis Le Courrier de Vassy de 1897 à 1914[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commanderie de Courval : manoir du commandeur et chapelle.

Activité, label, manifestations[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est un village fleuri (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[27].

Sports[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 4.4.1 : Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » (consulté le 4 avril 2013)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Vassy sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979, p. 694. Article Vaissac
  7. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 593.
  8. Wace, Roman de Rou.
  9. Camille Cautru, Histoire de Vassy (14), la Presse du Bocage Normand, 1961, p. 7.
  10. La Langue Gauloise : Grammaire, Textes et Glossaire, préface de François Falc'hun, C. Klincksieck, Paris, 1920 ; rééd. Genève, 1985.
  11. a, b et c Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance (2003), (2008, 2e édition revue et augmentée)
  12. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Charles Corlet éditions / Presses universitaires de Caen 1994.
  13. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 524.
  14. Camille Cautru, Histoire de Vassy, La presse du Bocage normand,‎ 1961, 160 p., p. 11-14
  15. Jean Brisset, La Charge du taureau, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ janvier 2012 (ISBN 978-2-84706-411-7), p. 186-187
  16. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 août 2014)
  17. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 août 2014)
  18. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 août 2014)
  19. « L’ancien maire et conseiller général de Vassy, Pierre Geoffroy, est décédé ce matin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 30 août 2014)
  20. « Le médecin Michel Roca élu nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 30 août 2014)
  21. a et b Réélection 2014 : « Michel Roca, réélu maire, travaillera avec trois adjoints », sur Ouest-france.fr (consulté le 6 avril 2014)
  22. Date du prochain recensement à Vassy, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  25. Jean Quellien et Christophe Mauboussin, Journaux de 1786 à 1944, l'aventure de la presse écrite en Basse-Normandie, Cahiers du Temps, 1998. ISBN 2911855132
  26. « Commanderie de Courval », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 21 octobre 2013)
  28. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – FC Intercommunal du Bocage » (consulté le 30 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :