Variolisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La variolisation est l'inoculation volontaire de la variole, prélevée sur un sujet faiblement malade, ou lui-même variolisé. Cette technique, qui remonterait à la Chine ancienne, protège les sujets d'une variole grave. Son manque de fiabilité (rien ne prouve que le sujet variolisé ne fera pas une variole grave) et le risque de dissémination de variole ont conduit à son abandon après la découverte de la vaccination.

Cette pratique consistait à inoculer une forme qu'on espérait peu virulente de la variole en mettant en contact la personne à immuniser avec le contenu de la substance suppurant des vésicules d'un malade. Le résultat restait cependant aléatoire et risqué, le taux de mortalité pouvant atteindre 1 ou 2 %. En 1760, Daniel Bernoulli démontra que, malgré les risques, la généralisation de cette pratique permettrait de gagner un peu plus de trois ans d'espérance de vie à la naissance.

Historique[modifier | modifier le code]

On dit que la variolisation était une pratique de la médecine ayurvédique et qu'elle est mentionnée dans le Sactaya Grantham de Dhanwantari[1] mais selon certains auteurs cette affirmation serait une rumeur lancée en 1819 par le quotidien The Madras Courier qui aurait pris un tract de propagande vaccinale, rédigé en sanscrit par l'administration coloniale, pour la copie d'un texte ancien[2]. On a dit également que dès le XIe siècle, les Chinois pratiquaient la variolisation. C'est le premier ministre Wang Dan qui, après la perte d'un de ses fils de la variole, avait convoqué divers praticiens de toute la Chine pour mettre au point une prophylaxie. Un moine taoïste apporta la technique d'inoculation qui se diffusa progressivement dans toute la Chine. Il apparaît cependant que la plus ancienne trace connue de ce récit ne remonte qu'à 1808 dans le Zhongdou xinfa (種痘心法) écrit par Zhu Yiliang[3]. La pratique de la variolisation en Chine n'est documentée de manière incontestable qu'à partir du XVIe siècle. Elle a été introduite à la cour le siècle suivant, après le décès de l'empereur Shunzhi qui avait été infecté par la maladie[4].

La pratique s'est progressivement propagée le long de la route de la soie. En 1701, Giacomo Pylarini (en) réalise la première inoculation à Constantinople. La technique est importée en Occident au début du XVIIIe siècle, par Lady Mary Wortley Montagu la femme de l'ambassadeur d'Angleterre en Turquie, qui la fait pratiquer sur ses propres enfants[4].

En 1721, Zabdiel Boylston inocule près de cent quatre-vingts personnes à Boston. Il s'installe en Angleterre en 1724 où il publiera ses résultats.

En 1762, le britannique Daniel Sutton met au point une méthode qui lui permet de traiter plus de 13 000 personnes en réduisant le nombre de décès. Il ouvre des centres d'inoculation jusqu'à la Nouvelle-Angleterre et à la Jamaïque et amasse une fortune considérable[5].

La variolisation est introduite en France par le docteur Théodore Tronchin qui inocule son fils puis, en 1756, les enfants de Louis Philippe d'Orléans[6]. Charles Marie de La Condamine passe la fin de sa vie à faire campagne pour la variolisation contre la petite vérole, maladie qui l'avait contaminé étant enfant. La pratique est d'abord contestée, mais un certain nombre de grands personnages suivent l'exemple du duc d'Orléans: le duc de Chartres la fait subir à ses fils, le duc de Valois et le duc de Montpensier, le 6 avril 1779. Louis XVI a été inoculé en 1774[4]. Mais ce phénomène restera limité à une élite royale et ne se répandra pas parmi le peuple, malgré une tentative, en 1786 de faire inoculer les enfants abandonnés et orphelins des Provinces[7]. Jean François Coste l'introduit au sein des armées napoléoniennes[8]. Entre 1765 et 1787, le docteur Jean-François-Xavier Girod (1735-1783) fait inoculer 33 619 personnes en Franche-Comté soit plus de 10 % de la population de la province[9].

La méthode reste largement controversée en raison de ses risques et elle est accusée de provoquer des épidémies, les personnes inoculées étant contagieuses. Le 8 juin 1763, un arrêt du parlement de Paris interdit de pratiquer la variolisation dans les villes et interdit l'accès des villes aux inoculés avant la sixième semaine. La Faculté de médecine, sollicitée par le parlement, est partagée entre pro et anti variolisation[10].

Applications vétérinaires[modifier | modifier le code]

La clavelée, aussi appelée variole ovine du fait de sa similitude avec la maladie humaine, a connu un traitement préventif par inoculation de matières contenant le virus pur. Connu depuis probablement fort longtemps en Orient, ce traitement a été appliqué dès le XVIIIe siècle dans le midi de la France. Cette pratique nommée en 1820 par Odier « clavelisation »[11],[12] - mais qui est aussi connue en anglais sous l'appellation d'« ovination » - a donné matière à législation dans la majorité des pays d’Europe continentale de 1880 à 1890[11]. Elle a connu un nouvel essor à partir de 1906, associée à l'administration de sérums d'animaux convalescents[13].

À partir de 1852 Louis Willems (en) promeut pour sa part un procédé similaire pour la péripneumonie contagieuse (pleuropneumonie), mais semble-t-il avec moins de bonheur[13].

L'aphtisation, qui avait semblablement cours à l'occasion d'épisodes de fièvre aphteuse, fut une pratique à laquelle MM. Vallée et Carré étaient prêts à se résoudre — en association avec le sérum — avant de mettre au point finalement le premier vaccin en 1936[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Darmon, « Vaccins et vaccinations avant Jenner : Une querelle d'antériorité », dans Santé et politique de santé au XIXe siècle, coll. « Histoire, économie et société »,‎ 1984 (lire en ligne), p. 583-592.
  2. Jan Van Alphen, Anthony Aris, Fernand Meyer, Mark de Fraeye, Florène Cramant, Médecines orientales : Guide illustré des médecines d'Asie [« Oriental Medicine »], Genève, Éditions Olizane,‎ 1998, 23 x 31 cm relié, 271 p. (ISBN 978-2-88086-195-7, lire en ligne).
  3. Joseph Needham, Science and Civilization in China, vol. 6 : Biology and Biological Technology, chap. 6 : « Medicine », Cambridge University Press, Cambridge, 1999, p. 154.
  4. a, b et c Patrick Berche, Une histoire des microbes, Montrouge, John Libbey Eurotext, coll. « Sélection médecine sciences »,‎ 2007, 17 x 24,5 cm broché, 308 p. (ISBN 978-2-7420-0674-8), p. 206.
  5. Nadine Fenouillat, Médecins et charlatans en Angleterre (1760-1815), 1991, p. 99(ISBN 2-86781-089-2).
  6. Claude Petitfrère, Le scandale du "Mariage de Figaro," 1784 : prélude à la Révolution française ?, Bruxelles, Editions Complexe, coll. « Mémoire des siècles » (no 209),‎ 1989 (ISBN 978-2-870-27268-8), p. 105.
  7. Lettre de Charles Alexandre de Calonne aux Intendants du 4 septembre 1786 : Archive.
  8. D. Vodal et R. Deloince, « Trois siècles de recherche et de découvertes au sein du Service de santé des armées », dans Médecine et armées, vol. 36, no 5, décembre 2008, p. 445-454. (Lire en ligne.)
  9. Jean-Louis Clade, Médecines et superstitions en Franche-Comté autrefois et dans le Pays de Montbéliard, Yens sur Morges etc, Editions Cabédita,‎ 2003 (ISBN 2-882-95397-6, lire en ligne), p. 84.
  10. Pierre Darmon, La variole, les nobles et les princes la petite vérole mortelle de Louis XV : 1774, Bruxelles Paris, Éd. Complexe Diff. Presses universitaires de France, coll. « Mémoire des siècles » (no 216),‎ 1989, 171 p. (ISBN 978-2-870-27301-2, OCLC 708309164, lire en ligne), p. 64.
  11. a et b http://musee.vet-alfort.fr/Site_Fr/SFHMSV/SFHMSV_files/Textes/Activites/Bulletin/Txts_Bull/B1/JB_B1.pdf
  12. http://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2001-1-page-67.htm
  13. a et b Hervé Bazin, L'histoire des vaccinations, Montrouge, J. Libbey Eurotext,‎ décembre 2008 (ISBN 2-742-00705-9, lire en ligne)
  14. http://www.archive.org/stream/journaldagricult86pari/journaldagricult86pari_djvu.txt

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Genevière Miller, The Adoption of Inoculation for Smallpox in England and France, 1957.
  • Pierre Darmon, La Longue Traque de la variole : Les Pionniers de la médecine préventive, Perrin, Paris, 1986.
  • Jean-Baptiste Fressoz, Petite Histoire philosophique du risque et de l'expertise à propos de l'inoculation et de la vaccine, 1750-1850, (Lire en ligne. [PDF])