Variole aviaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Variole aviaire cutanée chez un Albatros de Laysan.

La variole aviaire est une infection virale qui semble toucher tous les oiseaux. Elle est causée par un groupe de virus de la famille des Poxviridae et du genre Avipoxvirus. Cette maladie elle est répandue dans le monde entier, mais plus fréquente dans les pays tropicaux. Elle présente deux formes différentes, dites « sèche » et « humide ».

Au début des années 2000, divers auteurs ont proposé d'utiliser ce virus comme vecteurs vaccinaux transgéniques (pour les humains, des animaux domestiques ou sauvages) non-oiseaux[1], ce qui suscite une controverse en raison des risques de recombinaison virale en cas de co-infection (situation fréquente).

Le virus de la variole aviaire peut pénétrer les cellules de l'humain ou d'autres mammifères, mais il n'est pas réputé pouvoir y établir son cycle complet de reproduction.

le virus[modifier | modifier le code]

Il existe dans le monde plusieurs espèces de virus connus pour être responsables de la variole aviaire. Les formes de la maladie qu'ils provoquent sont antigéniquement analogues:

L'une des caractéristiques de ces virus est d'être d'une taille inhabituellement grande et d'avoir un génome également plutôt de grande taille. Ils ont une forme de brique et mesurent environ 200 nanomètres, soit environ 3,3 fois plus grand qu'un virus moyen (de 60 nanomètres).
Une autre particularité est sa résistance à la déshydratation et à la chaleur (températures ambiantes tropicales). Les avipoxvirus peuvent ainsi rester actifs tout en étant dispersé sur les aérosols et particules de poussière. Ils infectent ensuite facilement les membranes et muqueuses des « voies sèches » des voies respiratoires supérieures.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette virose est connue des virologues depuis plusieurs décennies. Elle a longtemps été réputée plutôt bénigne, hormis dans les élevages.

La plupart des virus de ce groupe ne préoccupent les vétérinaires que pour les problèmes qu'il peuvent poser aux élevages (Colombidés, Gallinacés dont dinde en particulier...) et les ornithologues que depuis les années 2000 où il a été classé comme forme émergente[2].

Cependant au début des années 1970, un variant du virus, causant des symptômes et une importance épidémiologique très inhabituels, a été repéré chez la mésange charbonnière en Europe du nord (Norvège en 1973).

Les mêmes symptômes sont à nouveau signalés dans les années 2000 en Europe centrale, au Royaume-Uni (alors que des symptômes évidents de Variole aviaire n'avaient antérieurement été observés dans ces régions que sur quelques espèces dont moineau domestique et Pigeon ramier (Columba palumbus), depuis quelques années) puis en France ;

  • Quatre mésanges victimes de ce virus ont d'abord été détectées en Autriche (publication 2007) [3])
  • 15 autres mésanges infectées sont détectées étudiées en Hongrie (publication 2008) (15 individus malades parmi 1819 mésanges charbonnières, capturées pour être baguées (en 2007) dans les montagnes de Pilis[4]L'analyse génétique des isolats hongrois laisse penser qu'ils sont proches ou identiques à ceux isolés en Norvège en 1973 et en Autriche en 2007[4].
  • D'autres cas sont ensuite identifiés en France ; autour de l'estuaire de la Gironde, puis en Sarthe et plus récemment en région parisienne.
  • En 2012, des chercheurs anglais et français[5] cherchent à comprendre l'écoépidémiologie de cette nouvelle maladie qui est potentiellement menaçante pour l'espèce, et qui peut être transmise à d'autres espèces via des lésions de type abrasion de la peau[6]. Certains oiseaux guérissent, mais le taux de mortalité est important, et la survie des juvéniles fortement diminuée. Avec l'aide du public, les scientifiques de la RSPB et ZSL ont mis en évidence une rapide extension la maladie (en cinq ans) du sud-est du pays vers le centre et le Pays de Galles, avec un pic saisonnier annuel en début d'automne. L'étude génétique du virus 'anglais" laisse penser qu'il s'agit de la souche déjà observée en Scandinavie, et plus récemment en Europe centrale et peu probablement d'un virus apparu en Grande-Bretagne.
    Les données du BTO montrent cependant que les Mésanges charbonnières migrent rarement à l'extérieur du pays, le virus pourrait être propagé par un vecteur infecté (un moustique piqueur est soupçonné).
    Le public anglais et français sont invités à signaler les signes de la maladie chez les oiseaux des jardins.

Hôtes cibles[modifier | modifier le code]

La variole aviaire touche notamment les volailles d'élevage (qui peuvent être vaccinées)
Exemple de symptôme possible chez la dinde d'élevage (espèce particulièrement sensible à ce virus)
Poulet infecté par le « Fowl pox » )

Les virus de ce groupe semblent incapables d'effectuer un cycle complet de réplication chez des espèces qui ne sont pas des oiseaux.

Un grand nombre d'oiseaux sauvages peuvent être infectés par ces virus[7] (la Mésange charbonnière semblant particulièrement sensible a un variant récemment apparu), ainsi que la plupart des oiseaux domestiqués, notamment les poulets, les dindes, les cailles, les canaris, les pigeons, les autruches d'élevage (Struthio camelus)[8] et de nombreuses autres espèces d'oiseaux (résumé)[9].

Prévalence[modifier | modifier le code]

Ces virus semblent nettement plus fréquent en zone tropicale.

Symptômes[modifier | modifier le code]

  • Pour la forme "humide" de la maladie : les symptômes peuvent en partie évoquer ceux d'une diphtérie qui évoluerait très lentement ; Les symptômes dipithériques sont l'apparition de membranes nécrotiques qui tapissent la bouche et des voies respiratoires supérieures.
  • Pour la forme sèche de la maladie : le symptôme le plus visible est l'apparition de pustules (pleines de pus),excroissance ou nodule croissant sur la peau des oiseaux malades, et dans quelques cas récents de grosses tumeurs (rem : le phénomène des tumeurs chez les oiseaux est encore en partie mal compris[10]). Ces tumeurs sont surtout présentes sur la tête (autour des yeux et du bec notamment) ou sur les pattes ou en bout d'ailes les rendent aussi plus vulnérables à la prédation.

Transmission à l'Homme[modifier | modifier le code]

La transmission de virus à l'homme est possible par des contacts étroits avec des oiseaux infectés ou à la suite de la consommation de liquides ou de solides qui ont été en contact très étroit avec un oiseau infecté.
Comme d'autres virus aviaires, il peut être mécaniquement transmis par des vecteurs biologiques tels que des moustiques piqueurs. Même si les oiseaux (migrateurs notamment) sont supposés jouer un rôle dans la circulation (l'oiseau est vecteur) ou dans l'évolution de virus (l'oiseau est l'un des nombreux organisme où des recombinaisons virales rendant un virus mutant plus pathogène peuvent se faire)[11], et même si un certain nombre de maladies (grippes dites aviaires) peuvent passer de l'oiseau à l'Homme[12], ce virus n'est pas supposé être dangereux pour les humains.

Morbidité, pouvoir pathogène[modifier | modifier le code]

Ces caractéristiques semble beaucoup varier selon les souches[7].

Comme son homologue humain chez l'Homme, ce virus cause un taux de mortalité élevé chez les oiseaux infectés. Les effets de l'infection pourraient significativement augmenter la difficulté de respirer, de manger, de boire des oiseaux infectés.

Les lésions extérieures sont souvent limitées aux parties du corps non recouvertes de plumes, et plutôt sur la tête et les pattes ;
Elles prennent la forme d'une dermatite proliférative et nécrosante[13] ;
On observe aussi des sortes de sacs de sang, ou des cloques emplies d'un fluide sanglant qui se vident si on les pique avec une aiguille[14].
Ce virus a le taux de mortalité parmi les plus élevés connus chez des espèces d'oiseaux chassés comme le faisan, la caille et la Perdrix choukar, ainsi que chez de nombreux oiseaux chanteurs, des oiseaux marins (tels que les mouettes) les perroquets, ou encore chez certains rapaces tels que le faucon pèlerin.

  • Des co-infections sont possibles, par exemple observées chez le poulet ou la dinde avec des staphylocoques [15]. Elles peuvent compliquer le diagnostic (symptomatologie plus complexe et aggraver la pathogénicité du virus) ;
  • En Norvège, une souche trouvée chez le Pigeon ramier (Columba palumbus),s'est avérée beaucoup plus pathogène pour le poulet que celles trouvées chez les oiseaux sauvages[16].

Génétique[modifier | modifier le code]

Symptômes[modifier | modifier le code]

Il existe deux grandes formes, très différentes, de la maladie :

Forme cutanée ou sèche[modifier | modifier le code]

Cette forme semble propagée le plus souvent par des insectes piqueurs (moustiques surtout).
Elle se traduit par des lésions vésiculeuses puis nodulaires sur les parties déplumées : la crête, les barbillons, la base du bec, le tour des yeux et les pattes.
Les oiseaux touchés par cette forme guérissent habituellement en quelques semaines, mais les nodules périoculaires peuvent rendre l'animal aveugle, l'empêcher de se nourrir et en faire une proie facile pour les prédateurs[17]. Cette forme survient plutôt en été.

Forme diphtérique ou humide[modifier | modifier le code]

Elle se transmet par inhalation du virus, qui provoque l'apparition d'une « membrane diphtérique » au niveau de la bouche, du pharynx, du larynx et parfois de la trachée.
Morbidité : Le pronostic de cette forme est péjoratif (mortalité proche de 50 %) en raison du risque élevé de mort par asphyxie[18].
Cette forme est plus fréquemment observée en automne.

Avipoxvirus, virologie, génie moléculaire et transgénèse[modifier | modifier le code]

Les poxvirus ont joué un rôle très important dans le développement de la virologie, de l'immunologie et de la vaccinologie à partir du moment où en 1796 le Dr Edward Jenner a prouvé que l'inoculation délibérée du virus de la vaccine (un autre poxvirus) par l'homme pouvait le protéger contre le virus de la variole antigénique associée[19]. C'était le début de l'immunologie vaccinale, qui a conduit à l'éradication de la variole sur la planète (en 1980), suite à une campagne mondiale de vaccination basée sur des virus de la vaccine ;
Des poxvirus utilisés comme vaccins contre des maladies infectieuses mais aussi contre le cancer sont actuellement en cours de développement[20].

Le Génie génétique et la biologie moléculaire s'y sont ensuite fortement intéressé (à partir des années 1980 surtout), car un virus de la vaccine recombinant leur semblait intéressant pour insérer et faire s'exprimer des gènes étrangers (transgènes) dans une cellule [19].

  • Le virus s'est montré être un vecteur effectivement efficace, mais cette méthode a suscité des inquiétudes en termes de biosécurité[19].
  • Des années 1980 à 2000, de nombreux travaux de biologie moléculaire ont cherché à améliorer la sécurité des vecteurs viraux dérivés de poxvirus, d'abord via la production de souches à virulence génétiquement atténuée, ensuite avec des « vecteurs poxviraux alternatifs », dont avipoxvirus réputés ne pouvoir assurer leur cycle total de reproduction que chez l'oiseau, et donc susceptible d'être utilisé comme transporteur de gènes vers les noyaux cellulaires, sans développer d'infection chez les organismes non-aviaires[19].
  • Une autre crainte est celle d'une recombinaison virale produisant un virus hybride ayant de nouvelles propriétés et éventuellement pathogène : un poxvirus même atténué, pourrait en effet - en cas de « co-infection » avec un autre poxvirus naturel, éventuellement pathogène produire un nouveau virus, recombiné pathogène[20].
    En cas de large utilisation, il y aura inévitablement de telles co-infections, avec alors de possibles recombinaison génétiques entre le matériel génétique du virus vaccinal et celui de poxvirus naturels, ce qui produira « des virus hybrides présentant des caractéristiques imprévisibles »[20] ; On a ainsi créé en laboratoire (in vitro, sur des cultures cellulaires) une co-infection de ce type. Dans ce cas, il s'agissait d'une co-infection par un virus naturel de vaccine (CPXV-NOH1), et par une souche utilisé par un vaccin antigrippal vectorisé (dite Ankara, ou MVA, souche d'un virus de la vaccine, génétiquement modifiée pour exprimer l'hémagglutinine (HA) du virus de la grippe et les gènes d'une nucléoprotéine (NP). Cette co-infection s'est effectivement traduite par la production par les cellules de virus recombinants[21] (H Hansen, MI Okeke, Ø Nilssen, T Traavik, Vaccine 23: 499-506, 2004)[22].
  • Une autre étude (publiée en 2009) a testé l'hypothèse de la « recombinaison homologue » et a analysé les propriétés biologiques des virus hybrides parentales et de la descendance[20].

Vaccination vétérinaire (contre la variole aviaire)[modifier | modifier le code]

Les éleveurs ont accès à des vaccins vivants ciblant la variole aviaire (code ATCvet: QI01AD12): Nobilis ovo - Diphterin (Intervet) et Poulvac chick-n-pox TC (Fort Dodge A. H.). Les poulets sont habituellement vaccinés par le pigeonpox virus.

Les dindes d'élevage sont systématiquement vaccinées[23].

Il est déconseillé de vacciner les animaux en cours de ponte et il faut éviter le contact des humains avec le vaccin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Okeke MI, Nilssen Ø, Moens U, Tryland M, Traavik T (2009), In vitro host range, multiplication and virion forms of recombinant viruses obtained from co-infection in vitro with a vaccinia-vectored influenza vaccine and a naturally occurring cowpox virus isolate ; Virol J. 2009 May 12; 6:55. Epub 2009 May 12 (résumé).
  • (en) Adams, C. J., Feldman, S. H. and Sleeman, J. M. (2005):Phylogenetic analysis of avian poxviruses among free-ranging birds of Virginia. Avian Dis. 49 , 601–605 (résumé).
  • (en) Afonso, C. L., Tulman, E. R., Lu, Z., Zsak, L., Kutish, G. F. L. and Rock, D. L. (2000): The genome of fowlpox virus. J. Virol. 74 , 3815–3831.
  • (en) Akey, B. L., Nayar, J. K. and Forrester, D. J. (1981)Avian pox in Florida wild turkeys: Culex nigripalpus and Wyeomyia vanduzeei as experimental vectors. J. Wildl. Dis. 17 , 597–599.
  • (en) Bolte, A. L., Meurer, J. and Kaleta, E. F. (1999) Avian host spectrum of avipox viruses. Avian Path. 28 , 415–432.
  • (en) Buller, R. M., Arif, B. M., Black, D. N., Dumbell, K. R., Esposito, J. J., Lefkowitz, E. J., McFadden, G., Moss, B., Mercer, A. A., Moyer, R. W., Skinner, M. A. and Tripathy, D. N. (2005), Family Poxviridae, In: Fauquet, C. M., Mayo, M. A., Maniloff, J., Desselberger, U. and Ball, L. A. (eds) Virus Taxonomy, Classification and Nomenclature of Viruses. The Eighth Report of the International Committee on Taxonomy of Viruses. Elsevier/Academic Press, London. pp. 117–133.
  • (en) Coupar, B. E. H., Teo, T. and Boyle, D. B. (1990), Restriction endonucleases mapping of the fowlpox virus genome. Virology 179 , 159–167.
  • (en) Felsenstein, J. (1989), PHYLIP — Phylogeny Inference Package (Version 3.2). Cladistics 5 , 164–166.
  • (en) Gruber, A., Grabensteiner, E., Kolodziejek, J., Nowotny, N. and Loupal, G. (2007), Poxvirus infection in a great tit ( Parus major ). Avian Dis. 51 , 623–625.
  • (en) Holt, G. and Krogsrud, J. (1973), Pox in wild birds. Acta Vet. Scand. 14 , 201–203.
  • (en) Kimura, M. (1980), A simple method for estimating evolutionary rate of base substitution through comparative studies of nucleotide sequences. J. Mol. Evol. 16 , 111–120.
  • (en) Manarolla G, Pisoni G, Sironi G, Rampin T. (2009), Molecular biological characterization of avian poxvirus strains isolated from different avian species ; Vet Microbiol. 2010 Jan 6; 140(1-2):1-8. Epub 2009 Jul 9.
  • (en) Mete, A., Borst, G. H. A. and Dorrestein, G. M. (2001), Atypical poxvirus lesions in two Galapagos doves ( Nesopelia g. galapagoensis). Avian Path. 30 , 159–162.
  • (en) Mockett, B., Binns, M. M., Boursnell, M. E. G. and Skinner, M. A. (1992), Comparison of the locations of homologous fowlpox and vaccinia virus genes reveals major genome reorganization. J. Gen. Virol. 73 , 2661–2668.
  • (en) Moss, B. (1990)Poxviridae and their replication. In: Fields, B. N. and Knipe, D. M. (eds) Virology. Raven Press, New York. pp. 2079–2112.
  • (en) Muller, H. K., Wittek, R., Schaffner, W., Schümperli, D., Menna, A. and Wyler, R. (1978), Comparison of five poxvirus genomes by analysis with restriction endonucleases Hin dIII, Bam HI and Eco RI. J. Gen. Virol. 38 , 135–147.
  • (en) Saito K, Kodama A, Yamaguchi T, Gotoh Y, Sakai H, Fukushi H, Masegi T, Yanai T (2009), Avian poxvirus infection in a white-tailed sea eagle (Haliaeetus albicilla) in Japan ; Avian Pathol. 2009 Dec; 38(6):485-9 (résumé).
  • (en) Thiel T, Whiteman NK, Tirapé A, Baquero MI, Cedeño V, Walsh T, Uzcátegui GJ, Parker PG (2005), Characterization of canarypox-like viruses infecting endemic birds in the Galápagos Islands ; J Wildl Dis. 2005 Apr; 41(2):342-53 (résumé)
  • (en) Tripathy, N. and Reed, M. (2003), Pox. In: Saif, Y. M., Barnes, H. J., Fadly, A. M., Glisson, J. R, McDougald, L. R. and Swayne, D. E. (eds) Diseases of Poultry. 11th edition. Iowa State University Press, Ames. pp. 253–265.
  • (en) Tulman, E. R., Alfonso, C. L., Lu, Z., Zsak, L., Kutish, G. F. and Rock, D. L. (2004), The genome of canarypox virus. J. Virol. 78 , 353–366.
  • (en) Weli, S. C., Traavik, T., Tryland, M., Coucheron, D. H. and Nilssen, Ø. (2004), Analysis and comparison of the 4b core protein gene of avipoxviruses from wild birds: Evidence for interspecies spatial phylogenetic variation. Arch. Virol. 149 , 2035–2046.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pastoret PP, Vanderplasschen A. Poxviruses as vaccine vectors ; Comp Immunol Microbiol Infect Dis. 2003 Oct; 26(5-6):343-55.
  2. Literak, Ivan (2010) Avipoxvirus in great tits (Parus major). European Journal of Wildlife Research 56(4)
  3. Andrea Gruber, Elvira Grabensteiner, Jolanta Kolodziejek, Norbert Nowotny, and Gerhard Loupal (2007) Poxvirus Infection in a Great Tit (Parus major) ; Avian Diseases : June 2007, Vol. 51, No. 2, pp. 623-625 (résumé)
  4. a et b Elena Alina Palade & al.; Poxvirus infection in Hungarian great tits (Parus major) : Case report ; Acta Veterinaria Hungarica Ed : Akadémiai Kiadó ; Vol. 56, n°4/Decembre 2008, pp 539-546 ; DOI:10.1556/AVet.56.2008.4.11 ; ISSN:0236-6290 (Print), 1588-2705 (Online) (Résumé)
  5. Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage et des Ecosystèmes des Pays de la Loire ; Wildlife Veterinary and Ecosystems Center, en lien avec l’École nationale vétérinaire de Nantes
  6. BTO ; birdguides, New strain of bird virus sweeps across Britain, avec illustrations ; Cf poxvirose émergente, chez la mésange charbonnière] ; 2012-11-22
  7. a et b Hilde Hansen, Malachy Ifeanyi Okeke, Oivind Nilssen, Terje Traavik, Recombinant viruses obtained from co-infection in vitro with a live vaccinia-vectored influenza vaccine and a naturally occurring cowpox virus display different plaque phenotypes and loss of the transgene ; Vaccine Dec 2004
  8. B Perelman, A Gur‐Lavie, Y Samberg (1988), Pox in ostriches ; Avian Pathology, Taylor & Francis (résumé en français, anglais et allemand)
  9. Vanderplasschen, A.; Pastoret, P.- P. (2003) The Uses of Poxviruses as Vectors. Current Gene Therapy, Volume 3, Number 6, December 2003, pp. 583-595(13) (résumé)
  10. Reavill DR, Tumors of pet birds ; Vet Clin North Am Exot Anim Pract. 2004 Sep; 7(3):537-60, v. (résumé)
  11. Bengis RG, Leighton FA, Fischer JR, Artois M, Mörner T, Tate CM (2004), The role of wildlife in emerging and re-emerging zoonoses. Rev Sci Tech. 2004 Aug; 23(2):497-511.
  12. Tsiodras S, Kelesidis T, Kelesidis I, Bauchinger U, Falagas ME (2008), Human infections associated with wild birds ; J Infect. 2008 Feb; 56(2):83-98. Epub 2007 Dec 21 ([résumé])
  13. John R. Fischer, « Diseases of Wildlife : AFIP Review of gross morbid anatomy of anomals » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-13 ; Ed : by C.L. Davis, DVM Foundation, 1999-03-22, consulté 2007-07-10
  14. Harold Michener, and Josephine R. Michener, « Abnormalities in birds with four illustrations » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-13 Division of Zoology, University of California, Davis, California, January 23, 1936. Accessed July 10, 2007
  15. LA Devriese, E Uyttebroek, P Dom, P De Herdt, R. Ducatelle & F. Haesebrouck (1992), Staphylococcus hyicus associated with pox in chickens and in turkeys- Avian …, 1992 - Taylor & Francis ; Volume 21, Issue 3, DOI:10.1080/03079459208418873, (Résumé)
  16. Simon Chioma Weli, Malachy Ifeanyi Okeke, Morten Tryland, Oivind Nilssen, Terje Traavik (2004), Characterization of avipoxviruses from wild birds in Norway ; Can. J. Vet. Res. Apr 2004,
  17. http://www.birds.cornell.edu/hofi/recognizing.html
  18. (en) Fenner, Frank J.; Gibbs, E. Paul J.; Murphy, Frederick A.; Rott, Rudolph; Studdert, Michael J.; White, David O., Veterinary Virology (2nd ed.), San Diego, Academic Press, Inc,‎ 1993, 2e éd. (ISBN 978-0-12-253056-2, lien LCCN?)
  19. a, b, c et d Vanderplasschen A, Pastoret PP., The uses of poxviruses as vectors ; Curr Gene Ther. 2003 Dec;3(6):583-95 (résumé)
  20. a, b, c et d Okeke MI, Nilssen Ø, Moens U, Tryland M, Traavik T (2009), In vitro host range, multiplication and virion forms of recombinant viruses obtained from co-infection in vitro with a vaccinia-vectored influenza vaccine and a naturally occurring cowpox virus isolate ; Virol J. 2009 May 12; 6:55. Epub 2009 May 12 (résumé)
  21. Hilde Hansen, Malachy Ifeanyi Okeke, Oivind Nilssen, Terje Traavik, Recombinant viruses obtained from co-infection in vitro with a live vaccinia-vectored influenza vaccine and a naturally occurring cowpox virus display different plaque phenotypes and loss of the transgene ; Vaccine Dec 2004
  22. Okeke MI, Nilssen O and Traavik T (2006), Modified Vaccinia virus Ankara multiplies in rat IEC-6 cells and limited production of mature virus occurs in other mammalian cell lines. J Gen Virol 87:21-27,2006.
  23. (en) Carter, G.R.; Wise, D.J., « Poxviridae »,‎ 2006 (consulté le 13 06 2006)