Variété algébrique projective

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En géométrie algébrique, les variétés projectives forment une classe importante de variétés. Elles vérifient des propriétés de compacité et des propriétés de finitude. C'est l'objet central de la géométrie algébrique globale.

Sur un corps algébriquement clos, les points d'une variété projective sont les points d'un ensemble algébrique projectif.

Définition[modifier | modifier le code]

On fixe un corps (commutatif) k.

  • Algèbre homogène. Soit B le quotient de k[T_0,\ldots, T_n] par un idéal homogène (i.e. idéal engendré par des polynômes homogènes). C'est alors une algèbre graduée
B=\oplus_{d\ge 0} B_d,
B_d est l'ensemble des classes modulo I des polynômes homogènes de degrés d. Les éléments de B_d sont appelés des éléments homogènes de degré d. Un idéal homogène de B est un idéal engendré par des éléments homogènes. Un idéal homogène particulier est B_+, ensemble des éléments homogènes de degré strictement positif. C'est l'idéal maximal engendré par les classes des T_0,\ldots, T_n.
  • Espace topologique. Par définition, l'ensemble Proj B est constitué des idéaux premiers homogènes de B ne contenant pas B_+ (donc strictement contenus dans B_+) et maximaux pour cette propriété. Pour tout idéal homogène I, on note V_+(I) l'ensemble des idéaux premiers q dans Proj B contenant I. Lorsque l'on fait varier les I, les parties V_+(I) de {\rm Proj} B constituent les parties fermées de la topologie de Zariski sur Proj B.
  • Une base de topologie. Si f est un élément homogène, on note D_+(f) le complémentaire de V_+(fB). C'est un ouvert principal. Les ouverts principaux constituent une base de topologie. De plus, l'espace topologique D_+(f) est homéomorphe au spectre maximal {\rm Spm} (B_{(f)}), où B_{(f)} est l'ensemble des éléments de la localisation B_f qui peuvent être représentés par une fraction b/f^m avec b homogène de degré m\deg f. L'algèbre B_{(f)} est de type fini sur k.
  • Définition. Une variété projective sur k est une variété algébrique sur k isomorphe à {\rm Proj} B pour une k-algèbre homogène B.
  • Une variété quasi-projective est une sous-variété ouverte d'une variété projective. Toute variété affine se plonge comme sous-variété ouverte dans une variété projective. Ainsi toute variété quasi-affine est quasi-projective.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • La variété projective {\rm Proj} k[T_0,\ldots, T_n] s'appelle l'espace projectif de dimension n sur k. On note cette variété \mathbb P^n_k ou \mathbb P_n. Elle est réunion des n+1 ouverts D_+(T_i) qui sont isomorphes à l'espace affine Spm k[X_1,\ldots, X_n]. Ses points sur k sont exactement les points de l'espace projectif de dimension n sur k. Sa dimension de Krull est n.
  • Si f est un polynôme homogène à n+1 variables et non-nul. Alors {\rm Proj} (k[T_0,\ldots, T_n]/(f)) est une hypersurface de \mathbb P^n_k, donc de dimension n-1. Pour n=2, on obtient alors une courbe plane projective. C'est notamment le cas des courbes de Fermat (avec f=T_0^p+T_1^p+T_2^p et p>2) et des courbes elliptiques.

Propriétés[modifier | modifier le code]

  • Si B est une algèbre homogène, quotient de \scriptstyle k[T_0,\ldots, T_n]. Alors {\rm Proj} B est une sous-variété fermée de l'espace projectif \scriptstyle\mathbb P^n_k. Inversement, on montre que toute sous-variété fermée d'un espace projectif (ou d'une variété projective) est une variété projective.
  • Le produit de deux variétés projectives est une variété projective. Cela résulte du plongement de Segre qui identifie le produit \scriptstyle\mathbb P^n_k\times_k \mathbb P^m_k à une sous-variété fermée de \scriptstyle\mathbb P^{nm+n+m}_k.
  • Toute variété projective est séparée, et propre (en) sur k.
  • Si \scriptstyle f:X\to Y est un morphisme d'une variété projective dans une variété algébrique séparée, alors f est une application fermée (i.e. l'image de toute partie fermée est fermée).
  • Si k=ℝ ou ℂ, la variété topologique \scriptstyle\mathbb P^n_k est compacte. Pour toute variété projective X sur k, l'ensemble X(k) des k-points de X est alors une partie fermée (pour la topologie de la variété topologique) \scriptstyle\mathbb P^n_k. En particulier, X(k) est compact pour la topologie induite.
  • Pour l'espace projectif \scriptstyle\mathbb P^n_k, on montre aisément que l'algèbre O(\scriptstyle\mathbb P^n_k)des fonctions régulières sur \scriptstyle\mathbb P^n_k est égale à k (i.e. les seules fonctions régulières globales sont les fonctions constantes). Pour une variété projective X en général, la k-algèbre O_X(X) est de dimension vectorielle finie. C'est un cas particulier du théorème de Serre sur la cohomologie des faisceaux cohérents. Les variétés projectives sont ainsi à rapprocher des espaces analytiques (complexes) compacts.
  • Il en résulte qu'une variété projective qui est aussi affine est nécessairement constituée d'un nombre fini de points (i.e. de dimension 0).