Vangueria madagascariensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vangueria madagascariensis est une espèce végétale de la famille des Rubiacées. Elle est originaire de l'île de Madagascar, d'où son nom scientifique Vangueria madagascariensis, dont le nom étymologique est « Voa - Vanguer ». C'est un arbre qui produit une fruit comestible, la vavangue.

Description[modifier | modifier le code]

Vavangue verte
Vavangues mûres, dont une est ouverte afin d'en montrer l'intérieur

Petit arbre d'une hauteur d'environ 3 à 4 mètres, on pourrait identifier cet arbre comme ayant une écorce gris clair et un feuillage vert foncé. Le fruit, que donne cet arbre, est de forme ronde ayant une couleur vert clair, quelques mois après la formation du fruit, qui vire au brun à maturité. Pendant, que les fruits mûris, les feuilles se dessèchent comme si la nature voulait que l'on voit bien les fruits que l'on doit cueillir. De plus, la pulpe de ce fruit de couleur brunâtre, a un goût acidulé et contenant généralement jusqu'à 5 graines dures.

Origine et distribution[modifier | modifier le code]

Très commun dans les Mascareignes et en Afrique de l'Est, ce fruit a été introduit au XVIIIe siècle aux Antilles françaises, cultivé surtout en Guadeloupe où il est présent dans les jardins créoles ou en bordures de route. La vavangue est aussi acclimatée à la Réunion depuis très longtemps. Son exploitation se fait principalement sur les pentes des "bas" de l'île, se plaisant ainsi aux expositions chaudes et ensoleillées ; notamment au - dessus de Saint - Denis.

Écologie[modifier | modifier le code]

La vavangue peut être cultivée aussi bien dans des climats tropicaux secs qu'humides. À la Réunion, on peut retrouver cet arbre de 0 à 600 mètres d'altitude, le plus souvent sur les éboulis des versants de ravine. En Guadeloupe, on peut le cultiver jusqu'au pied de la Soufrière, où la pluviométrie est supérieure à 3000 mm d'eau par an. Cette espèce s'adapte donc à plusieurs types de sol.

Culture[modifier | modifier le code]

Peu cultivée donnant comme conséquence une ignorance en terme agronomique, entre chaque arbre il doit y avoir une distance de 4 à 5 m, mais aucune taille n'est à envisager. La culture de ce fruit permet ainsi de mettre en valeur des terrains pauvres, puisqu'il s'agit d'une espèce frugale. Dans des périodes de sécheresse (supérieur à 2 mois), les fruits peuvent se dessécher sur le pied, la pulpe est alors molle ; donc, il faut mettre en place une irrigation d'appoint afin de garantir une meilleure qualité de la récolte. Les arbres débutent leur production 3 à 4 ans suivant la plantation. Les fruits récoltés seront alors de couleur marron et de consistance souple. Feuillages attaqués et mangés par une chenille défoliatrice, une maladie cryptogamique : la rouille, peut se développer. Sa fructification varie selon les pays : à la Réunion, elle se situe entre septembre et décembre, tandis qu'aux Antilles entre mars et juillet.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Fruit acidulé, la vavangue se mange bien mûre. Elle fait partie des traditions réunionnaises : ayant pour synonyme d'école buissonnière, car autrefois les enfants se nourrissaient de ce fruit en parcourant les ravines. Rarement sur les marchés, la vavangue est très populaire chez les vieilles personnes de la Réunion : il s'agit presque d'un symbole de pauvreté et de liberté.

Autres appellations[modifier | modifier le code]

Ce fruit a différentes appellations selon les pays :

  • Tamarin de l'Inde aux Antilles (même si le véritable Tamarin de l'Inde est une espèce totalement différente.)
  • Spanish tamarinds en anglais
  • Tamarindo forastero en espagnol
  • Vavandrika en malgache.

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (18 nov. 2010)[1] :

  • Vangueria madagascariensis var. abyssinica (A.Rich.) Puff (1989)
  • Vangueria madagascariensis var. madagascariensis J.F.Gmel. (1791)

Sources[modifier | modifier le code]

LEBELLEC Fabrice et Valérie, Le verger tropical Cultiver les arbres fruitiers, aux éditions Orphie, décembre 2007.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :