Vandeléville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vandeléville
Blason de Vandeléville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Colombey-les-Belles
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey-les-Belles et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Claude Deloffre
2008 - 2014
Code postal 54115
Code commune 54545
Démographie
Population
municipale
211 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 41″ N 5° 59′ 41″ E / 48.428, 5.994748° 25′ 41″ Nord 5° 59′ 41″ Est / 48.428, 5.9947  
Altitude Min. 293 m – Max. 485 m
Superficie 9,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vandeléville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vandeléville

Vandeléville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vandeléville se situe à 30 km au sud de Nancy, tout près du département des vosges et seulement à 15 km de la ville de Vézelize

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence gallo-romaine.
  • Existence d'une église antérieure au XIe siècle.
  • Fondation en 1097 d'un prieuré du chapitre de Saint-Léon de Toul.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2005 Gérard Schneider DVD  
2005 en cours
(au 16 avril 2014)
Claude Deloffre UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 211 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494 537 607 566 710 598 615 580 561
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
551 517 514 519 580 494 463 428 422
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
447 419 350 339 324 283 269 225 212
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
215 198 165 189 202 198 211 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Village-rue
  • Château du XVIIIe et sa ferme attenante, possédant un colombier rond du XVIIIe siècle.
  • Prieuré-cure du XVIIIe construit par la congrégation de Notre-Sauveur comprenant notamment un escalier monumental et une cheminée surmontée d'une fresquet (propriété privée).

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIe siècle renfermant dans sa crypte le tombeau seigneurial (1620), surmonté de l' arbre généalogique armorié des Cardon de Vidampierre, mutilé pendant la Révolution française[3],[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vandeléville appartenait aux seigneurs de La Mothe.
  • Daniel de Cardon, homme très estimé et considéré par Charles IV. Il signa sur le testament du Duc Henry de Lorraine avec la première noblesse du pays. Il fut enterré dans la chapelle seigneuriale du château de Vandeléville en 1638.
  • Philippe Cardon de Vidampierre, natif de Vandeléville, chambellan de son Altesse Royale; décède à Lunéville le 23 avril 1732 à l'âge de vingt ans[5].
  • Guy Gardeux, résistant; sa plaque commémorative se trouve au monument aux morts. Membre du réseau Ajax. Arrêté et interné à la prison Montluc de Lyon, il en sera soustrait avec 120 détenus le 20 août 1944, pour être fusillé au Fort de Lorette à Saint-Genis-Laval, sur ordre de Klaus Barbie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Le département de La Meurthe, statistique, historique et administrative,page 486: D'Henri Lepage
  4. Répertoire archéologique du département de la Meurthe ; page 83 ,de Louis Benoit, Étienne Olry. Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain
  5. source UCGL