Vampirologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vampirologie est l'étude des vampires. Elle s'effectue sur le plan historique à travers des personnages associés à ce mythe comme Vlad Tepes et Élisabeth Báthory, sur le plan fictif avec les personnages de Dracula et Nosferatu ainsi que les auteurs de ces histoires comme Bram Stoker, et par l'analyse de faits de société comme l'affaire du Chupacabra. Un historique des vampires est mis en exergue, permettant d'en distinguer différents types ou encore différents moyens de les éliminer.

Étymologie et origine du terme[modifier | modifier le code]

L'origine exacte de ce mot reste peu connue, ce néologisme est peut-être inventé dans le De masticatione mortuorum in tumulis, l'un des premiers ouvrages de vampirologie, daté des années 1700. De nombreux autres ouvrages sur les vampires existent.

Vampirologues célèbres[modifier | modifier le code]

  • Sean Manchester, occultiste et chasseur de vampire
  • David Farrant
  • Katerine Quenot, écrivain et vampirologue
  • Jacques Sirgent, vampirologue et propriétaire du musée des vampires et auteur d'une dizaine de livres sur les vampires et leurs liens avec la sorcellerie et la religion catholique
  • Édouard Brasey, auteur de dizaines d'ouvrages par an sur les thèmes du fantastique (fées, loups-garous, dragons, etc) et qui a « réadapté » un traité de vampirologie prétendument écrit par Abraham Van Helsing (un personnage de fiction).

Il en existe bien d'autres, plus ou moins connus.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Abraham Van Helsing, Traité de vampirologie
  • Constantine Gregory, Manuel du chasseur de vampire
  • Katerine Quenot, Le livre secret des vampires[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]