Vampire dans les jeux de rôle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Vampire.

Archétype du monstre à visage humain, le vampire apparaît dans nombre de jeux de plateau, de jeux vidéo et de jeux de rôle comme l'archi-ennemi à affronter dans le dernier épisode.

Le vampire comme ennemi[modifier | modifier le code]

Ainsi, le jeu de rôle Donjons et Dragons centre les scénarios de plusieurs modules sur les activités maléfiques d'un Vampire. L'un de ses mondes, Ravenloft, introduit le personnage de Strad Von Zarovitch. Le succès de Ravenloft est grandement dû à la profondeur du personnage, un concept nouveau pour les joueurs habitués à affronter des monstres anonymes et sans consistance. Bientôt, toute une gamme de scénarios est créée autour du monde de Ravenloft et de son maître.

Warhammer connaît aussi ses vampires composés en lignées : les aristocrates von Carstein, les séduisantes Lamhianes, les chevaliers Dragons de Sang, les sorciers Nécrarques et les féroces Stryges. Tous ont une vision différente du monde et n'ont qu'une envie : marcher sur les vivants...

Dans le monde de Glorantha, les vampires sont des gens qui ont refusé la mort - partie normale du cycle de l'existence - au point de chercher les secrets du dieu fou Vivamort.

D'autres jeux de rôle se contentent de réinterpréter l'origine des vampires en fonction de leur vision du monde. Ainsi, L'appel de Cthulhu fait de ses (très rares) vampires des agents plus ou moins conscients des Grands Anciens décrits par H.P. Lovecraft.

Le vampire comme personnage-joueur[modifier | modifier le code]

Le virage « ricien » se produit en 1990 quand deux jeux de rôle proposent d'interpréter le vampire plutôt que son chasseur :

  • Prédateur : un jeu français édité par Flamberge dont le succès fut soufflé par la publication de...
  • Vampire : la Mascarade : jeu américain édité par White Wolf Publishing dont la qualité des illustrations, le contexte particulièrement fouillé, le système de simulation des émotions 'sombres' et ... les pouvoirs de super-héros assurèrent un succès foudroyant.

Vampire : la mascarade, sa version médiévale Vampire : l'Âge des Ténèbres, sa déclinaison en Vampires d'Orient, et sa nouvelle mouture Vampire : le Requiem, privilégient les intrigues politiques, dans une ambiance malsaine où la paranoïa est recommandée. Un vampire y est caractérisé, moins par l'humain qu'il fut, que par des données spécifiques à sa nouvelle vie, comme son appartenance à un Clan, "famille" vampirique transmettant un profil psychologique et des pouvoirs particuliers, ou encore par son adhésion à une ligue ou coterie, les choix possibles dépendant de la variante du jeu : Sabbat ou Camarilla dans la Mascarade, et pas moins de cinq ligues dans Requiem, où ces groupes sont caractérisés par une orientation politique ou spirituelle et déterminent le domaine d'activité privilégié du personnage.

Vampire : la Mascarade est le fer de lance de la série du Monde des ténèbres. Son apport culturel touche le grand public au travers de romans, jeux vidéo, feuilletons télévisés, bandes dessinées, films, etc. Malheureusement, il a aussi eu tendance à rameuter beaucoup de personnes en mal de sensations fortes sur les listes de « vrais vampires ».

  • Dans "P.A.G.O.N", jeu de rôle préapocalyptique en ligne, il est possible d'incarner un Vampire.

Romans dérivés[modifier | modifier le code]

Jeu de plateau[modifier | modifier le code]