Valmont (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valmont.
Valmont
L'abbaye de Valmont.
L'abbaye de Valmont.
Blason de Valmont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Valmont
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Valmont
Maire
Mandat
Gérard Lesueur
2008-2014
Code postal 76540
Code commune 76719
Démographie
Population
municipale
1 025 hab. (2011)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 38″ N 0° 30′ 52″ E / 49.7438888889, 0.514444444444 ()49° 44′ 38″ Nord 0° 30′ 52″ Est / 49.7438888889, 0.514444444444 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 123 m
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Valmont

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Valmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valmont
Liens
Site web http://www.valmont76.com

Valmont est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie, située à 15 km de Fécamp.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière de la Valmont s'écoule sur 13 km avant de se jeter dans la Manche. Commune du pays de Caux

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Walmund.
  • Walemunt & Galemunt (XIIe siècle)[1], Valmont (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune actuelle est née de la fusion de :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thérouldeville

Les armes de la commune de Valmont se blasonnent ainsi :
burelé d'argent et de gueules au lion de sable brochant sur le tout. [2]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1994 2001 Étienne Mollet    
mars 2001 en cours Gérard Lesueur DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 025 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
311 347 336 362 1 026 1 080 1 112 1 036 1 110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 070 1 024 1 011 950 911 862 859 858 835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
809 808 828 810 761 776 731 770 843
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
835 818 868 860 875 1 010 993 975 1 017
2011 - - - - - - - -
1 025 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Petite ville marquée par l'histoire, elle dispose de nombreux monuments, dont :

  • Le château de la famille d'Estouteville, comportant un donjon XIe siècle et une aile Renaissance. Ce château imposant a connu de nombreuses transformations et de nombreux propriétaires dont les Grimaldi de Monaco et les Barbet de Rouen. Grand parc ouvert au public.
  • L'abbaye Notre-Dame du Pré : elle fut fondée par Nicolas d'Estouteville en 1169. De l'église abbatiale en ruines, reste en état la superbe chapelle axiale dite de Six-Heures, où se trouvent des gisants finement sculptés des d'Estouteville, des vitraux datés de 1552, ainsi qu'un groupe sculpté attribué à Germain Pilon. Eugène Delacroix séjourna à plusieurs reprises à l'abbaye de Valmont, chez ses cousins, entre 1813 et 1840, et y a peint le tableau Ruines de l'abbaye de Valmont, aujourd'hui au musée du Louvre. C'est dans le cadre de cette abbaye que se déroule le premier chapitre de L'Aiguille creuse de Maurice Leblanc.
  • L'église Saint-Nicolas [5]
  • Le Vivier : lieu de promenade aux sources de la Valmont

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Cuvier fut le secrétaire au Bec-aux-Cauchois au début de la Révolution.
  • Le peintre Eugène Delacroix a passé quelque temps à Valmont.
  • Le professeur Odilon Marc Lannelongue, médecin de Léon Gambetta, et sa femme Marie, née Cibiel, fondatrice de l'hôpital portant son nom à Paris, furent propriétaires du château de 1877 à 1911.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. GASO - Banque du blason - 76719
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Les églises de l'arrondissement d'Yvetot, de Jean Benoît Désiré Cochet, page 258

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]