Valinor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Valmar)
Aller à : navigation, rechercher
Valinor
Description Pays des Valar
Emplacement Aman
Fondateur Valar
Souverains Manwë
Sources Le Silmarillion

Valinor (« pays des Valar » en quenya) est une région fictive qui appartient au légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, décrite dans Le Silmarillion. C'est la demeure des Valar.

Géographie[modifier | modifier le code]

Valinor se trouve au royaume d'Aman. Pour se défendre, les Valar construisirent la chaîne de montagnes des Pelóri, les plus hautes montagnes d'Arda, sur presque toute la côte Est. Au-delà des Pelóri, les Valar créèrent Valinor. Cette région possédait de nombreuses richesses et merveilles. Sur le sommet du Taniquetil, le plus haut mont des Pelóri, Manwë établit son trône avec Varda, son épouse[1].

Les cavernes de Mandos sont le lieu où les Elfes et les Nains vont après leur mort, en attendant d'être jugés face à Nàmo, qui prit ensuite le nom de ces cavernes, tandis que les Hommes y transitent brièvement avant de partir pour une destination inconnue de tous, excepté de Manwë et Mandos.

Nienna, la soeur de Mandos, habitait à l'extrême ouest de Valinor, près de la Mer d'Ekkaia.

Formenos, la cité de l'Elfe Fëanor pendant son exil de Tirion, ordonné par les Valar, était construite dans le Nord.

Les Jardins de Lórien étaient un lieu de repos pour les Valar, les Maiar et les Elfes. Ils étaient gardés par Irmo. Ils abritaient le lac de Lorelin, dont l'île au centre servait de demeure à Estë, femme d'Irmo.

Au centre de Valinor, avait été bâtie la cité de Valmar, avec la colline des deux Arbres de Valinor et le Máhanaxar, où siègent les Valar.

À l'Est de la ville, se trouvait une brèche dans la chaîne des Pelóri : le Calacirya permettait à la Lumière des deux Arbres de s'étendre jusqu'à Tol Eressëa, une île peuplée d'Elfes de la Baie d'Eldamar. C'est dans le Calacirya, sur la colline de Túna que la cité elfique de Tirion fut bâtie. Au centre de cette cité, se dressait la tour de Mindon Eldaliéva.

Quant aux Îles Enchantées, elles formaient un grand archipel qui verrouillait le passage vers Valinor par la Mer de Belegaer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque Melkor détruisit les Lampes des Valar, Almaren, la première demeure des Ainur, fut détruite. Les Valar cherchèrent un nouvel endroit à habiter, et s'établirent en Aman.

L'Appel des Valar[modifier | modifier le code]

Lors que les Eldar s'éveillèrent près des rives du lac Cuiviénen, en l'année 1050 de l'Âge des Arbres, les Valar les invitèrent à les rejoindre à Valinor. Cependant, trois émissaires elfes furent choisis pour représenter les trois tribus des Quendi : Ingwë, Finwë et Elwë. Oromë les conduisit jusqu'en Aman, et les trois Elfes furent très impressionnés par les œuvres des Valar. À leur retour en Terre du Milieu, ils encouragèrent leurs peuples à rejoindre les Valar. Ainsi commença la Marche des Eldar vers Valinor. Mais certains refusèrent l'appel des Valar : les Avari, ceux du refus. Le voyage fut long et difficile, certains abandonnèrent en cours de route (notamment les Nandor et les futurs Sindar) mais au bout du compte, seuls trois peuples constituèrent les Amanyar, ceux qui furent en Aman: les Vanyar, les Noldor et les Teleri d'Aman (ou Falmari).

L'Exil des Noldor[modifier | modifier le code]

Les Vanyar et les Noldor s'installèrent à Tirion. Mais les premiers la désertèrent peu à peu, préférant habiter les pentes du Taniquetil. Les Teleri fondèrent le port d'Alqualondë, au Nord de Tirion, ou vécurent à Tol Eressëa. La forteresse de Formenos fut bâtie lors du banissement de Fëanor de la ville de Tirion, par les Valar.

Valinor fut originellement rattaché à Arda, mais lors de la première rébellion des Grands Elfes, menés par Fëanor, en Terre du Milieu, les Valar décidèrent que ces derniers ne pourraient y revenir que lorsqu'ils feraient pénitence. Ils lancèrent donc des filets enchantés sur la mer et sur les îles alentours afin de protéger Valinor et les autres Terres Immortelles de toute intrusion d'Elfes, d'Hommes, ou de toute autre créature. Mais Eärendil parvint, grâce au Silmaril, à atteindre Aman et à demander de l'aide aux Valar. S'ensuivit la guerre de la Grande Colère, et la création de l'île de Númenor en cadeau aux Edain, les Hommes.

Mais lorsque le dernier roi de Númenor, Ar-Pharazôn le Doré, eut la folie d'attaquer Valinor (sur les conseils maléfiques de Sauron), Manwë fit appel au créateur du monde, Eru Ilúvatar, qui sépara Valinor d'Arda en l'envoyant au royaume des choses cachées et submergea l'île de Númenor (cf. l'Akallabêth).

Par la suite, ce n'est que par la Voie Droite, qui évite la courbure d'Arda, que les Elfes purent aller à Valinor. Quelques non-Elfes purent eux-aussi y aller: Eärendil le Demi-elfe, ainsi que sa femme Elwing. Au Second Âge, Amandil, le père d'Elendil, de la lignée d'Elros Tar-Minyatur, essaya d'atteindre Valinor pour plaider la cause de Númenor devant Manwë. On ne sut jamais s'il y parvint, mais en tout cas, sa famille fut épargnée de la submersion de Númenor.

Au Troisième Âge[modifier | modifier le code]

Au Troisième Âge du Soleil, seuls les navires elfiques pouvaient encore parvenir à Valinor, car les Valar avaient accordé leur pardon aux Noldor et ceux-ci ainsi que tous les autres Elfes pouvaient, s'ils le souhaitaient, venir en Aman. Les Valar envoyèrent les Istari aider la Terre du Milieu à combattre Sauron.

Seuls quelques individus non-elfes ont pu, après la guerre de l'Anneau, venir en Aman : Frodon et Bilbon Sacquet, les porteurs de l'Anneau unique, ainsi que plus tard Sam Gamegie. L'Elfe Legolas et le Nain Gimli prennent également la mer vers l'Ouest au cours du Quatrième Âge.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]