Valines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Valine.
Valines
Le monument aux morts pour la Patrie.
Le monument aux morts pour la Patrie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Friville-Escarbotin
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu Industriel
Maire
Mandat
Jacquy Manier
2014-2020
Code postal 80210
Code commune 80775
Démographie
Population
municipale
643 hab. (2011)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 36″ N 1° 37′ 24″ E / 50.0767, 1.623350° 04′ 36″ Nord 1° 37′ 24″ Est / 50.0767, 1.6233  
Altitude Min. 65 m – Max. 98 m
Superficie 5,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valines

Valines est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nibas Ochancourt Franleu Rose des vents
Nibas N Franleu et Chepy
O    Valines    E
S
Feuquières-en-Vimeu Feuquières-en-Vimeu et Chepy Chepy

Histoire[modifier | modifier le code]

Jacques Le Roy achète le village à Pierre de Melun, prince d'Épinoy, en 1585. Il devient alors écuyer, seigneur de Valines. La famille y reste jusqu'en 1764[1].

En 1764, Charles François Joseph de Valines, dix-sept ans, écuyer, seigneur du lieu, est supplicié et brûlé à Abbeville pour avoir empoisonné à l'arsenic ses parents, le sieur de Riencourt et tenté la même chose avec ses tante et oncle maternels, Madame et Monsieur de Vieulaines et sept autres personnes[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Valines Blason D'azur à trois écussons d'or chargés chacun d'une croix pattée de gueules.
Ornements extérieurs 
Le blason est orné et couronné de lambrequins d'azur et d'argent 
Détails Inspiré du blason de la famille Le Roy, seigneurs du lieu. Il a été fondu sur la plus grosse cloche de l'église. Les couleurs : la gueule (rouge), symbolise la loyauté, la passion et la vaillance ; l'azur est synonyme de loyauté, d'autorité.
Le conseil municipal a adopté le blason le 30 janvier 2013[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean-Marc Daboval    
mars 2001 2008 Michel Deguerville    
mars 2008 en cours
(au 6 mai 2014)
Jaquy Manier   Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 643 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
503 459 483 545 551 600 581 649 621
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
691 684 672 610 591 580 561 563 550
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
548 525 530 520 499 499 521 553 556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
606 605 600 614 673 663 642 637 643
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Valines.
  • Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
  • Anciens bâtiments industriels de la Serrurerie Forestier Frères[6], dont le bâtiment, édifié vers 1880, est un réemploi d'éléments de l'ancien château de Valines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles François Joseph de Valines (1746-1764), seigneur de la localité, empoisonne trois personnes à l'arsenic (dont ses parents) et tente d'en empoisonner neuf autres, supplicié et brûlé à Abbeville[2].


Gilbert Hecquet dit Gilbert Richard, producteur-animateur de télévision, a passé (avant la seconde Guerre mondiale), une partie de son enfance à Valines[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b <Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 24 mars 2013, p. 14
  2. a et b <François-César Louandre, Histoire d'Abbeville et du comté du Ponthieu jusqu'en 1789, tome II, Le Livre d'histoire Lorisse, Paris, Monographies des villes et villages de France, reprise de l'édition de 1883, p. 141 ISBN 2-84435-014-3
  3. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 2 avril 2014, p. 17.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Usine de Serrurerie (Usine de Coffres Forts) dite Usine de Serrurerie Forestier Frères à Valines (80) », sur le site "Patrimoine de France",‎ 1988 (consulté le 19 avril 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :