Validation des billets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Validation (homonymie).

La validation des billets est une procédure prévue dans les transports en commun visant à vérifier à l'entrée du réseau que l'usager est bien en possession du titre de transport adéquat. Si le billet correspond à un nombre d'usage prédéterminé (peut-être unique), le titre de transport est modifié à chaque passage pour mettre à jour ses droits. Si le titre de transport correspond à un forfait pour une durée déterminée, la date de première utilisation est ajoutée sur le titre au premier passage ; les procédures de validation suivantes consisteront à vérifier cette date.

Parfois manuelle, la technologie permet de largement automatiser cette tâche en prenant en compte des formules tarifaires aux paramétrages possibles de plus en plus complexes.

Types[modifier | modifier le code]

Poinçonneur[modifier | modifier le code]

Un poinçonneur était, dans les transports en commun (métro, tramway ou bus), l'employé qui compostait le titre de transport des voyageurs avec un poinçon[1], avant que ne soient mis en place des composteurs automatiques[2].

Composteur[modifier | modifier le code]

Le composteur de billets est une machine destinée à valider les titres de transport des passagers d'un moyen de transport en commun. Le composteur modifie le billet : perçage d'un trou ou d'une encoche, écriture d'un code à l'encre, ou encore modification d'une piste magnétique. Dans ce dernier cas, on parle alors plutôt de valideur.

Selon les modèles, les composteurs peuvent être liés à des tourniquets ou des portes, de façon à n'admettre dans les stations que les voyageurs munis de titres de transport valides.

Les composteurs SNCF mis en service dans les années 1980 étaient de couleur orange. Ils réalisaient une encoche dans les billets, et imprimaient deux informations : le numéro du jour dans l'année, ainsi qu'un code identifiant la gare. Une fois l'encoche réalisée dans un billet, un second compostage était impossible.

À partir de 2004, une nouvelle génération de composteurs fait son apparition : ces nouveaux appareils impriment en clair le nom de la gare, ainsi que la date et l'heure. Ils ne perforent pas les billets, mais y dessinent un triangle en relief.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur la plupart des réseau de transport en commun urbains, les valideurs lisent la piste magnétique des tickets, de façon à déterminer s'ils sont valides. Ils modifient également cette piste, de façon à indiquer que le ticket a été utilisé. Ils impriment également l'heure et la date de début d'utilisation. Ce type de technologie est peu à peu remplacé par la carte à puce, les valideurs procèdent également à la lecture et à l'écriture de données sur des cartes communiquant en mode sans contact.

Valideur[modifier | modifier le code]

À gauche : valideur sans contact du système OùRA (Rhône-Alpes).
À droite : composteur SNCF.

Un valideur est un appareil stationnaire (implanté sur quai de gare, station de tramway ou métro, etc.) ou embarqué dans un véhicule (bus, tramway, etc.) permettant de contrôler automatiquement un titre de transport sur support magnétique ou sur support sans contact (carte à puce, billet sans contact, téléphone via NFC). Le valideur de titres de transport permet ainsi d'assurer un contrôle social sur les réseaux de transport en imposant un même geste à tous les clients. Le valideur enregistre toutes les transactions réalisées et permet aux transporteurs l'élaboration de statistiques de fréquentation précises permettant d'adapter l'offre de transport aux usages des passagers.

La plupart des réseaux de transport des villes françaises est dotée de valideurs (Bordeaux, Marseille, Caen, Grenoble, Lens, Lyon, Metz, Nancy, Paris, Reims, Rouen, Strasbourg,etc.) intégrés dans des systèmes billettiques (mot composé de "billetterie" et "informatique") sophistiqués.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Le métier de poinçonneur a inspiré :

  • Action Discrète fait référence au métier de poinçonneur dans leur caméra cachée au sein de la RATP alors que les membres du collectif chantent une chanson satirique sur les agents de la RATP (métro boulot facho,le poinçonneur de Dachau)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une poinçonneuse dans les années 1960
  2. dans le métro parisien, les poinçonneurs ont été progressivement remplacés entre 1969 et 1973

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]