Information nutritionnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Valeur nutritionnelle)
Aller à : navigation, rechercher
Un exemple de tableau de valeurs nutritives aux États-Unis

L'information nutritionnelle est une information concernant les nutriments (glucides, lipides, protéines, vitamines et minéraux) qui figure sur les étiquettes de produits alimentaires préemballés en Amérique du Nord, au Canada, dans les pays de l'Union européenne, et dans d'autres pays.

C'est un des éléments de l'étiquetage en général, son indication n'est pas obligatoire dans tous les pays.

Éléments d'information nutritionnelle[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

Elle est exprimée en kilocalories (kcal) ou kilojoules (kJ), cette dernière unité étant celle du SI (système international). Parfois on utilise encore (surtout dans les pays anglo-saxons) la Calorie dite "grande calorie" ou "calorie diététique", notée "Cal" (avec une majuscule) qui correspond en fait à une kilocalorie.

Macro-nutriments[modifier | modifier le code]

Les macro-nutriments sont ceux dont l'organisme a besoin en grande quantité:

Micro-nutriments[modifier | modifier le code]

Les micro-nutriments sont ceux dont l'organisme a besoin en faible quantité:

Base de calcul des besoins nutritionnels[modifier | modifier le code]

Les besoins nutritionnels de référence sont valables pour un homme adulte et sont issus de travaux scientifiques, mais ils peuvent être différents, entre les États-Unis et l'Union européenne par exemple. Ils ne recouvrent pas exactement la notion d'apports nutritionnels conseillés qui varient suivant l'âge et le sexe. Pour l'étiquetage, on simplifie en ne donnant qu'une seule valeur de référence.

Les repères nutritionnels journaliers sont des valeurs définies pour l'énergie et les principaux nutriments par un consortium de grandes entreprises du secteur agroalimentaire[1],[2].

Les AJR (apports journaliers recommandés) sont utilisés comme valeurs de référence pour les vitamines et les minéraux dans l'Union européenne.

Exactitude relative[modifier | modifier le code]

Les informations nutritionnelles ne sont pas des valeurs exactes et doivent être relativisées, pour les raisons suivantes:

  • la formulation des produits peut varier, certaines matières premières se substituer, la qualité des matières premières peut évoluer selon la saison, certains produits peuvent sécher.
  • la biodisponibilité des vitamines et des minéraux n'est pas de 100 % et varie suivant les sources. D'une manière générale, on pense que les vitamines et minéraux de source naturelle (provenant idéalement des matières premières) sont plus biodisponibles que les vitamines et composés minéraux de synthèse ajoutés[3].
  • enfin certains composés fragiles (vitamines) se dégradent dans le temps, selon les conditions de conservation.

Réglementation dans différents pays[modifier | modifier le code]

Australie et Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

L'Australie et la Nouvelle-Zélande indiquent l'information nutritionnelle de la façon suivante:

Information sur la nutrition
Portions par paquet: x
Portion: y grammes (ou ml)
Quantité par portion Quantité par 100 g (ou 100 ml)
Energie n 1 kJ (n 1 Cal) m 1 kJ (m 1 Cal)
Protéines n 2 g n 2 g
Graisse, total n 3 g n 3 g
- Saturés n 4 g n 4 g
Glucides n 5 g n 5 g
- Sucres n 6 g n 6 g
Sodium n 7 mg n 7 mg

D'autres informations sont données si nécessaire, et les unités peuvent modifiées[4].

Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, un standard d'étiquetage nutritionnel a été présenté dans le cadre de la réglementation adoptée en 2003, et est devenu obligatoire pour la plupart des produits préemballés le 12 décembre 2005[5].

La présentation des informations[6] s'inspire largement de la réglementation en vigueur aux États-Unis. Pour la plupart des denrées alimentaires, les États-Unis exigent un tableau de valeurs nutritives (TVN) pour une portion. Les exigences canadiennes pour le TVN ont été publiées plus de 10 ans après les États-Unis et comme la science de l'alimentation a avancé entretemps, la plupart des apports journaliers recommandés (utilisés pour calculer le pourcentage de la valeur quotidienne recommandée) sont différents au Canada. Cependant, la plupart de ces différences ne touchent que les vitamines et les minéraux.

D'autres différences entre les règlements canadiens et américains ont à voir avec un contrôle renforcé de la manière dont les données du TVN sont présentées, ainsi que la possibilité d'utiliser différents formats de TVN sur un emballage. Au Canada, des critères de choix sont utilisés pour sélectionner parmi les nombreux formats (28 grands formats, et 2-7 pour chaque sous-format).

Il y a beaucoup de détails dans le calcul, les arrondis, et l'affichage des éléments nutritifs.

Actuellement (2014), un projet de modification des règles est à l'étude, il devrait uniformiser les portions pour certains produits, et rendre obligatoire l'indication des sucres et des sucres ajoutés dans le tableau[7].

L'étiquetage des aliments destinés à l'exportation vers les États-Unis doit parfois être modifié à cause des différences de détail entre les juridictions.

Mexique[modifier | modifier le code]

Les produits alimentaires vendus au Mexique utilisent le NOM-051-SCFI-1994. a norme officielle mexicaine, ou NOM (Norma Oficial Mexicana), a été élaboré par le secrétaire mexicain du commerce et de la promotion industrielle (Secretaría de Comercio y Fomento Industrial, ou SCFI), qui est maintenant une partie de la Secrétaire de l'économie (SECOFI). Il est entré en vigueur le 24 janvier 1996, et définit les «Spécifications générales pour l'étiquetage des aliments et de pré-mise en bouteille de boissons non alcoolisées».

Union européenne[modifier | modifier le code]

Ancienne réglementation applicable: Directive 2000/13[modifier | modifier le code]

Dans l'Union européenne, l'information nutritionnelle est facultative, mais deviendra obligatoire à partir de 2016. Pour l'instant la Directive 2000/13[8] sur l'étiquetage s'applique toujours. La Directive 1990/496[9] réglemente dans le détail les éléments fournis, sauf pour l'eau embouteillée et les compléments alimentaires. L'information est obligatoire si l'étiquetage ou la publicité mentionne des critères nutritionnels spécifiques.

L'information figure sous la forme d'un tableau ou d'une liste donnant les informations pour 100 grammes ou 100 ml du produit alimentaire, et également pour une portion (en option). Dans la version simple les informations sont données pour les caractéristiques suivantes :

  • option du groupe 1:
    • énergie (en kcal ou kJ)
    • quantité de protéines (en grammes)
    • quantité de glucides (en grammes)
    • quantité de lipides (en grammes)
  • option du groupe 2:
    • énergie (en kcal ou kJ)
    • quantité de protéines (en grammes)
    • quantité de glucides (en grammes)
    • dont la quantité de sucres (en grammes)
    • quantité de lipides (en grammes)
    • dont la quantité d’acides gras saturés (en grammes)
    • quantité de fibres alimentaires (en grammes)
    • quantité de sodium (en grammes)
  • Informations possibles en sus : un ou plusieurs des éléments suivants :
    • amidon
    • acides gras mono-insaturés
    • acides gras poly-insaturés
    • cholestérol (un taux zéro n’est pas indicable si le produit n’en contient pas naturellement)
    • sels minéraux et vitamines, à condition que 100 g ou 100 ml (ou une portion) apportent plus de 15 % des apports journaliers recommandés. Ils sont exprimés en poids et en pourcentage des AJR (tels que définis par la Directive).
Apports journaliers recommandés de la Directive 1990/496 modifiée
Vitamines AJR Minéraux AJR
Vitamine A (rétinol) 800 µg Potassium 2 000 mg
Vitamine D3 (cholécalciférol) 5 µg Chlorure
Vitamine E (tocophérol) 12 mg Calcium 800 mg
Vitamine K 75 µg Phosphore 700 mg
Vitamine C (acide ascorbique) 80 mg Magnésium 375 mg
Vitamine B1 (thiamine) 1,1 mg Fer 14 mg
Vitamine B2 (riboflavine) 1,4 mg Zinc 10 mg
Vitamine B3 (ou PP, niacine) 16 mg Cuivre 1 mg
Vitamine B6 (pyridoxine) 1,4 mg Manganèse 2 mg
Vitamine B9 (acide folique) 330 µg Fluorure 3,5 mg
Vitamine B12 (cobalamine) 2,5 µg Sélénium 55 µg
Biotine 50 µg Chrome 40 µg
Acide pantothénique 6 mg Molybdène 50 µg
Iode 150 µg

Si un nutriment est mis en avant dans l'étiquetage alors le tableau nutritionnel devient obligatoire.

Les industries alimentaires peuvent aussi, de leur propre initiative, faire apparaître l'apport en énergie et en nutriments en comparaison avec les repères nutritionnels journaliers, une valeur commune développée par de grandes sociétés du secteur agroalimentaire. Cependant cette information peut être moins bien comprise, puisque strictement parlant, les Repères Nutritionnels Journaliers varient en fonction de l'âge et du sexe. Aux fins de simplification, la valeur de comparaison est valable pour les femmes adultes[10]. Les repères nutritionnels journaliers peuvent apparaître comme incomplets et imprécis puisqu'ils omettent fréquemment les proteïnes et les fibres, que l'industriel reste juge du poids de la portion, et que l'on fait parfois appel à des notions obsolètes comme les Calories alimentaires (égales en réalité à 1 kcal).

L' Autorité européenne de sécurité des aliments conduit actuellement des travaux pour déterminer des Valeurs Nutritionnelles de Référence (VNR) pour les macro-nutriments et les micro-nutriments[11], valeurs qui serviront probablement de base pour l'information nutritionnelle, ultérieurement.

Allégations nutritionnelles et de santé[modifier | modifier le code]

Les allégations nutritionnelles et de santé sont encadrées par le Règlement européen 1924/2006[12],[13]. Pour les allégations nutritionnelles, par exemple, les termes « source de protéines », « riche en vitamines », « pauvre en matières grasses » qui peuvent figurer sur l'étiquette (hors du tableau) correspondent à des exigences harmonisées à l'intérieur des pays de l'U.E.

Les allégations de santé qui peuvent lier un nutriment et un effet sur la santé (mais pas un effet curatif) ont été ré-évaluées entre 2010 et 2012 par l’Autorité européenne de sécurité des aliments[14]. Seules les nouvelles allégations de santé autorisées par l'EFSA et figurant sur une base de données européenne[15] peuvent désormais apparaître sur les étiquettes.

D'autres informations figurent également dans l'étiquetage, en particulier la liste d'ingrédients par ordre décroissant d'importance[8]. Si un ingrédient caractéristique est mise en avant dans la dénomination du produit, son pourcentage doit être indiqué dans la liste des ingrédients.

Nouvelle réglementation européenne applicable à partir de décembre 2014 et décembre 2016: Règlement 1169/2011[modifier | modifier le code]

Une nouvelle réglementation européenne[16] sera applicable pour partie à partir du 1er janvier 2014, pour une autre partie à partir du 13 décembre 2014 et finalement le 13 décembre 2016, avec des nouveautés importantes :

  • l'obligation - en 2016 - d'imprimer une « déclaration nutritionnelle », c'est-à-dire un tableau d'information nutritionnel pour tous les aliments (avec quelques exceptions: compléments alimentaires, eaux minérales et naturelles, vins et spiritueux, fruits et légumes frais, etc.)[17]. Le tableau s'il est présent doit être conforme aux nouvelles exigences à partir de décembre 2014.
  • la possibilité de donner quelques informations nutritionnelles sélectionnées sur la face avant du produit, sous une forme fixée.
  • dans la liste d'ingrédients, les allergènes doivent désormais apparaître dans une police de caractère distinctive (en gras ou en italiques)
  • toujours dans cette liste, les matières grasses végétales doivent être explicitement énumérées.
  • les caractères doivent faire au moins 0.9 mm ou 1.2 mm de hauteur, selon les cas
Information minimale[modifier | modifier le code]

Selon la nouvelle réglementation, la déclaration nutritionnelle obligatoire inclut au minimum les 7 éléments suivants:

  • la valeur énergétique; et
  • la quantité de matières grasses, d’acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel.
Information en option[modifier | modifier le code]

En option, la déclaration nutritionnelle peut comprendre également: les teneurs en acides gras mono-insaturés et poly-insaturés, en sucres-alcools, en amidon, en fibre, en minéraux et en vitamines.

Les allégations nutritionnelles confirmées par le Règlement 1924/2006 restent valables.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, l'étiquette nutritionnelle est obligatoire, elle apparaît sous la forme d'un tableau intitulé Nutrition Facts[18].

L'énergie est calculée en pourcentage de la valeur journalière pour un homme (2000 Calories). Les valeurs de l'apport quotidien de référence ont été fondées sur les plus hautes valeurs des Recommended Dietary Allowances (RDA) - c'est-à-dire des AJR - établies en 1968 pour chaque élément nutritif, afin d'assurer les besoins de toutes les classes de population (âge et sexe). Pour la vitamine C, vitamine D, vitamine E, vitamine K, le calcium, le phosphore, le magnésium et le manganèse, la valeur actuelle de la RDA correspond à 50 % de plus que les valeurs quotidiennes utilisées dans l'étiquetage, alors que pour d'autres éléments nutritifs la RDA a diminué.

Eléments nutritifs Référence étiquetage (RDA 1968) Valeur la plus élevée des ANC actuellement
Vitamine A 5000 UI 3000 UI
Vitamine C 60 mg 90 mg
Calcium 1000 mg 1300 mg
Fer 18 mg 18 mg
Vitamine D 400 UI 600 UI
Vitamine E 30 IU 15 mg (33 UI de synthèse)
Vitamine K 80 mg 120 mg
Thiamine B1 1,5 mg 1,2 mg
Riboflavine B2 1,7 mg 1,3 mg
Niacine B3 20 mg 16 mg
Vitamine B6 2 mg 1,7 mg
Acide folique B9 400 mg 400 mg
Vitamine B12 6 mg 2,4 mg
Biotine B8 300 mg 30 mg
Acide pantothénique B5 10 mg 5 mg
Phosphore 1000 mg 1250 mg
Iode 150 µg 150 µg
Magnésium 400 mg 420 mg
Zinc 15 mg 11 mg
Sélénium 70 mg 55 mg
Cuivre 2 mg 900 mg
Manganèse 2 mg 2,3 mg
Chrome 120 μg 35 μg
Molybdène 75 μg 45 μg
Chlorure 3400 mg 2300 mg

Dans certains cas, cette étiquette n'est pas exigée par la réglementation. Dans ce cas, la liste des ingrédients la remplace partiellement.

La loi a rendu l'étiquetage nutritionnel obligatoire en 1994, sauf pour les viandes et produits à base de volaille qui ne sont pas couverts par cette exigence, bien que le ministère américain de l'agriculture ait proposé une réglementation similaire permettant l'étiquetage volontaire des viandes et des volailles. Depuis 1995, les produits portent le tableau nutritionnel.

Le tableau définit premièrement la portion considérée, puis l'énergie en Calories vient ensuite, puis la répartition des éléments constitutifs: total des matières grasses, sodium, glucides et protéines, les autres nutriments peuvent être omis s'ils sont absents. Habituellement, les 15 éléments nutritifs suivants sont indiqués: les Calories, les Calories provenant des matières grasses, les matières grasses, les graisses saturées, les acides gras trans, le cholestérol, le sodium, les glucides, les fibres alimentaires, les sucres, les protéines, les vitamines A, C, le calcium et le fer.

Les valeurs de moins de 0,5 g sont arrondis à 0 g. Par exemple, si un produit contient 0,45 g de gras trans par portion, et le paquet contient 18 portions, l'étiquette indique 0 g de gras trans, même si le produit contient en fait un total de 8,1 g de gras trans.

Les produits qui prétendent être classées comme étant à faible teneur en matières grasses et à haute teneur en fibres doivent d'atteindre des définitions uniformes fixées.

La valeur nutritive sur l'étiquette apparaît actuellement sur plus de 6,5 milliards de paquets de produits alimentaires. Le Président Bill Clinton a remis un prix d'excellence pour la conception de cette étiquette nutritionnelle à Burkey Belser, à Washington, DC, en 1997.

En 2009, une cour d'appel fédérale a rejeté la demande de la New York State Restaurant Association, remettant en cause un règlement municipal de 2007 de règlement exigeant que la plupart des fast-foods et chaînes de restaurants affichent des informations nutritionnelles sur leurs menus. La règle s'applique aux restaurants qui font partie des chaînes comportant au moins 15 établissements qui font des affaires au niveau national.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]