Valentine (char)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valentine.
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Valentine, Mk I - XI
Valentine Mk III en Afrique du Nord, transportant des soldats d'un régiment d'infanterie écossaise.
Valentine Mk III en Afrique du Nord, transportant des soldats d'un régiment d'infanterie écossaise.
Caractéristiques générales
Équipage Mk I, II, IV, VI - XI : 3 (chef de char, tireur, pilote)

Mk III, V : 4 (+ chargeur)

Longueur 5,4 m
Largeur 2,6 m
Hauteur 2,2 m
Masse au combat 16 à 17 tonnes
Armement
Armement principal Mk I-VII : 1 canon Ordnance QF 2 pounder (40 mm)

Mk VIII-X : 1 canon Ordnance QF 6 pounder (57 mm)
Mk XI : 1 canon Ordnance QF 75 mm

Armement secondaire Mk I-VII, X, XI : 1 Mitrailleuse Besa de 7,92 mm
Mobilité
Moteur Mk I : AEC A189 essence

Mk II, III, VI : AEC A190 diesel
Mk IV, V, VII-XI : GMC 6004 diesel

Puissance 131-210 ch
Suspension ressorts hélicoïdaux
Vitesse sur route 24 km/h
Puissance massique
Autonomie 145 km

Le Valentine est le char d'infanterie britannique le plus produit durant la Seconde Guerre mondiale (7300 exemplaires). Conçu en 1938, il fut en service entre 1940 et 1944. Il était réputé pour son bas coût et sa fiabilité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Basé sur le char Cruiser Mk II, le Valentine fut conçu par la compagnie Vickers-Armstrong et proposé au Ministère de la guerre en février 1938. Ses concepteurs avaient essayé de combiner le poids d'un char Cruiser (de manière à pouvoir en réutiliser les suspensions et des éléments de la transmission) avec le blindage d'un char d'infanterie, ce qui produisit un petit véhicule avec un intérieur exigu et une tourelle servie par deux hommes. Bien que son moteur soit plus faible que celui du char Matilda, du fait de son blindage plus léger il avait la même vitesse de pointe et était beaucoup plus facile et moins cher à produire.

Le Ministère de la guerre se montra d'abord réservé en raison de la petite taille de la tourelle et du compartiment de l'équipage. Cependant, soucieux de la situation en Europe, il finit par donner son accord en avril 1939. Le Valentine fit ses premiers essais en mai 1940, ce qui coïncidait avec la perte de presque tout le matériel britannique durant l'évacuation de Dunkerque. Ces essais furent réussis et le char fut aussitôt mis en production sous le nom d‘Infantry Tank III Valentine.

Il existe plusieurs versions de l'origine du nom Valentine. Selon la plus courante, le char aurait été proposé au Ministère de la guerre le jour de la Saint-Valentin (14 février). Certaines sources affirment cependant que cette présentation a eu lieu le 10. Selon une autre version, le nom Valentine honorait Sir John Valentine Carden, le responsable du développement du char Cruiser et de nombreux autres véhicules Vickers. Une troisième version affirme que Valentine est un acronyme de Vickers-Armstrong Ltd, Elswick (quartier de Newcastle) & Newcastle upon Tyne.

Le char Valentine fut produit jusqu'en avril 1944 ; il fut le char britannique le plus produit durant la Seconde Guerre mondiale avec 6855 exemplaires au Royaume-Uni (par les sociétés Vickers, Metropolitan-Cammell Carriage and Wagon et Birmingham Railway Carriage and Wagon Company), plus 1420 autres au Canada. Ils furent le principal envoi du Commonwealth à l'Union soviétique dans le cadre du programme Lend-Lease, avec 2394 des exemplaires du royaume-Uni et 1388 de ceux du Canada (les 30 restants servant à l'entraînement).

Histoire au combat[modifier | modifier le code]

Chars Valentine à Tripoli (Libye) après la prise de la ville, janvier 1943.
Char Valentine "Staline" produit pour l'Union soviétique.

Le char Valentine fut employé pour la première fois en novembre 1941 en Afrique du Nord, lors de l'opération Crusader. Il commença alors à remplacer le char Matilda. Il fut utilisé largement dans la suite de la Guerre du désert, où il gagna une réputation de fiabilité et de bonne protection. Il avait cependant les mêmes faiblesses que les autres tanks britanniques de l'époque :

  • Son canon de 40 mm ne pouvait pas tirer des projectiles à haut pouvoir explosif et fut rapidement dépassé aussi comme arme anti-char.
  • La taille de la tourelle et de son anneau permettait difficilement d'y adapter un canon plus puissant : des modèles équipés d'un canon de 57 mm, puis d'un canon de 75 mm furent fabriqués, mais quand ils atteignirent le champ de bataille en quantité significative, des tanks supérieurs y avaient déjà fait leur apparition.
  • Le compartiment de l'équipage était trop petit et la tourelle n'admettait que 2 hommes. Une tourelle plus grande, admettant un pourvoyeur, fut installée sur certains modèles à canon de 40 mm, mais la place de ce troisième soldat dut être supprimée sur les modèles à canon plus puissant.

Courant 1944, le char Valentine fut presque complètement remplacé sur le théâtre européen des opérations par le char Churchill et le Sherman M4 américain. Dans le Pacifique, il fut employé en nombre limité jusqu'en mai 1945.

En Union soviétique, le Valentine fut utilisé de la bataille de Moscou à la fin de la guerre. Il fut surtout employé sur les fronts sud[citation nécessaire], d'une part parce qu'il était livré via l'Iran, et d'autre part pour éviter de l'utiliser dans les climats les plus froids. Bien que critiqué pour sa vitesse et son armement faibles, il fut apprécié pour son faible encombrement, sa fiabilité et son blindage globalement correct.

Modèles[modifier | modifier le code]

Valentine tank hierarchy.png

Valentine I (Tank, Infantry, Mk III) (350 exemplaires)
Premier modèle du Valentine, il ne fut pas utilisé en raison de problèmes dus à une production précipitée. Il possédait un blindage riveté, un moteur à essence AEC (Associated Equipment Company) A189 de 135 chevaux, un canon Ordnance QF 2 pounder (40 mm) et une mitrailleuse coaxiale Besa. Sa tourelle 2 places obligeait le commandant de char à jouer aussi le rôle de pourvoyeur du canon.

Valentine II. Le réservoir extérieur est visible.

Valentine II (Tank, Infantry, Mk III*) (700 exemplaires)
Ce modèle utilisait un moteur diesel AEC A190 de 131 chevaux. Pour augmenter le rayon d'action, un réservoir supplémentaire était installé à gauche du compartiment moteur.

Valentine III. Remarquer la tourelle différente.

Valentine III
Une tourelle plus grande permettait d'employer un pourvoyeur et de décharger de ce soin le commandant de char. Pour compenser l'augmentation du poids, l'épaisseur du blindage latéral était réduite de 60 mm à 50 mm.

Valentine IV
C'est un Valentine II muni d'un moteur diesel General Motors 6004 de 138 hp et d'une transmission fabriquée aux USA. Son rayon d'action était un peu plus faible, mais il était plus silencieux et plus fiable.

Valentine V
C'est un Valentine III muni des mêmes éléments américains.

Valentine VI
C'est une version du Valentine IV construite au Canada. Il utilise des pièces mécaniques canadiennes et américaines. Les derniers Valentine VI produits avaient un blindage oblique à l'avant. Les tout-premiers avaient encore une mitrailleuse coaxiale Besa, mais celle-ci fut bientôt remplacée dans cette position par une mitrailleuse Browning 1919.

Valentine VII
Autre version canadienne, c'est essentiellement un Valentine VI avec des changements internes et une radio différente.

Valentine VIIA
C'est un Valentine VII avec des réservoirs détachables, de nouvelles chenilles et des phares protégés.

Valentine VIII
Un Valentine III amélioré avec canon Ordnance QF 6 pounder (57 mm). Pour lui faire de la place, on supprime le poste de pourvoyeur et la mitrailleuse coaxiale. L'épaisseur du blindage latéral est encore réduite.

Valentine IX.

Valentine IX
Un Valentine V amélioré avec canon de 6 livres (57 mm) et la même réduction de blindage que le Valentine VIII. Les derniers exemplaires produits bénéficièrent d'une version de 165 chevaux du moteur diesel General Motors 6004, ce qui améliorait dans une certaine mesure leur mobilité.

Valentine X

Une nouvelle tourelle et un moteur de 165 chevaux. Une mitrailleuse coaxiale Besa fut à nouveau installée. L'habitacle était soudé.

Valentine XI
C'est un Valentine X amélioré par un canon de 75 mm et une version de 210 chevaux du moteur diesel General Motors 6004. Également soudé, il servit seulement de tank de commandement.

Valentine DD avec sa jupe relevée, Gosport, 14 janvier 1944.
Valentine DD

Il s'agit de chars amphibies à double mode de propulsion (hélice et roues)Duplex Drive tank. Des Valentine V, IX et XI furent équipés de l'équipement Straussler et utilisés pour l'entraînement des équipages des Sherman M4 DD en prévision du débarquement de Normandie (voir Hobart's Funnies).

Valentine OP / Command

Cette version munie d'un faux canon et de radios supplémentaires était destinée au commandement.

Valentine CDL (Canal Defense Light)

La tourelle était remplacée par des projecteurs à arc destinés à aveugler l'ennemi.

Valentine Scorpion II
Valentine Scorpion.

Équipé d'un fléau rotatif pour faire sauter les mines, sans tourelle, ce modèle ne fut jamais utilisé sur le champ de bataille.

Valentine AMRA Mk Ib
Valentine AMRA avec rouleaux de déminage.

Muni de rouleaux pour le déminage, il ne fut pas utilisé non plus en opération.

Valentine Snake

Cet autre modèle utilisait un équipement de déminage Snake. Quelques-uns furent utilisés en opération.

Valentine Bridgelayer
Valentine poseur de pont "nu" au musée d'Overloon (Pays-Bas).

Sur ce modèle poseur de pont, la tourelle est remplacée par l'équipement 34' x 9.5' class 30 scissors bridge. Plusieurs dizaines furent produits, certains étant livrés à l'Union soviétique.

Valentine avec canon de 6 livres anti-char
Ce char fut construit en 1942 par Vickers pour étudier la possibilité de produire un chasseur de chars simple en montant un canon de 6 livres à la place de la tourelle. Il ne dépassa pas le stade des essais.

Valentine lance-flammes
Valentine avec lance-flammes à gaz.
Valentine avec lance-flammes à cordite.

Deux chars Valentine furent modifiés par le Petroleum Warfare Dept pour déterminer quel serait le meilleur système pour un tank lance-flammes. L'un utilisait un projecteur mis à feu par des charges de cordite, l'autre un projecteur à gaz. Le combustible était transporté dans une remorque et le lance-flammes monté à l'avant de l'habitacle. Les essais débutèrent en 1942 et montrèrent que le système à gaz était meilleur. Ils débouchèrent sur l'installation du système Crocodile sur les 800 chars Churchill lance-flammes utilisés dans le nord-ouest de l'Europe en 1944-45.

Valentine à mortier de 7.92 pouces incendiaire
Mortier incendiaire monté sur un châssis de tank Valentine, tirant des bombes au phosphore durant des essais à Barton Stacey, 20 avril 1944.

C'est un Valentine à tourelle remplacée par un mortier lourd destiné à projeter des obus incendiaires de 25 livres (11,3 kg) de TNT pour démolir les fortifications. Le Petroleum Warfare Dept procéda seulement à des essais, de 1943 à 1945. La portée maximale était de 1,8 km, mais la portée efficace ne dépassait pas 360 m.

Véhicules basés sur le même châssis[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • M. Baryatinskiy - Valentine Infantry Tank, Modelist-Konstruktor, Bronekollektsiya 05-2002 (М. Барятинский - Пехотный танк Валентайн, Моделист-Конструктор, Бронеколлекция 05-2002).
  • Peter Chamberlain, Chris Ellis - British and American Tanks of World War Two, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :