Valentin Otho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valentin Otho ou Othon (ou encore Valentinus Otho, Valentin Otto, ...) né vers 1545, probablement à Magdebourg, et mort en 1605 à Heidelberg, était un mathématicien et astronome allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le système de Copernic.

Le 13 avril 1561, Valentin Otho s'inscrivit à l'Université de Wittenberg, il en sortit Maître es Arts. En 1573, toujours à Wittenberg, il proposa à Johannes Praetorius l’approximation ^{\pi={355\over113}} . La même année, il aida Georg Joachim Rheticus dans les calculs de ses tables trigonométriques.

L'année suivante, il accompagna Rheticus à Košice en Haute-Hongrie ; ils passèrent par Leipzig et Cracovie et arrivèrent à Košice, où son compagnon de voyage mourut le 4 décembre 1574.

Rheticus avait publié le De revolutionibus de Nicolas Copernic en 1543 à Nuremberg et Otho devint, à Košice en Haute-Hongrie, l'héritier des biens de Rheticus, y compris du manuscrit inestimable du moine et médecin Polonais. Une place leur avait été promise par l’Empereur Maximilien mais celui-ci venant à mourir, son fils Rodolphe II refusa de pensionner Valentin. Otho s'en retourna donc en Allemagne, où il rapporta le manuscrit. Reprenant une chaire de professeur d'astronomie à Wittenberg en 1576, il fut cependant compromis avec Caspar Peucer (de) comme calviniste, et ne sentant plus ses efforts soutenus par les souverains de Saxe, déménagea vers Heidelberg en 1581.

Devenu Hofmathematiker des Princeps Palatinus, à Heidelberg, l'électeur palatin Frédéric IV le soutint dans ses efforts et, en 1593, Il fit partie des mathématiciens du monde entier pressentis par Adrien Romain pour résoudre son fameux problème. L'année suivante, l'électeur palatin contribua financièrement (avec le secours de l'Empereur & de plusieurs Princes qui contribuèrent à la dépense)[1] à l'édition du Opus palatinum de triangulis, a Georg. Joach. Rhetico coeptum, a L. Valentino Othone consummatum de Rheticus et Otho, publié à Neustadt an der Haardt. Ce grand ouvrage est composé de trois tables, celles de Rheticus, les tables de sinus & de tangentes, se trouvent dans ce volume avec pour titre: Magnus Canon Docrtrinœ triangulorum .

Toutefois, l'Opus Palatinam de Triangulis demeurait incomplet, et Otto n'acheva pas véritablement le plan conçu par Rheticus. Dans ses tables, les sinus, tangentes et sécantes, ne sont calculés qu'à la dixième décimale, au lieu de quinze comme prévu. En fait, Otho croyait avoir abandonné les manuscrits de Rhetic à Wittenberg et ne put entièrement reconstituer les calculs qu'il avait fait, 20 ans auparavant avec son maître. Il faudrait attendre 1613 et Pitiscus pour voir enfin réalisée l'idée de Rhetic[2], et même poussée au delà, dans son Thesaurus mathematicus.

Nicolai Copernici Torinensis De Revolutionibus Orbium Coelestium, Libri VI (Des révolutions des sphères célestes, par Nicolas Copernic de Toruń, Six Tomes: couverture de la 2nde édition, Bâle, 1566).

Le 19 décembre 1603[3] le manuscrit de Copernic est cédé à Jakob Christmann (1554-1613), doyen de la faculté des arts d'Heidelberg. La date du décès d'Otho est mal connue. Certains auteurs le donne mort le 8 avril 1603 à Prague ; cela laisserait supposer qu'il était déjà mort lorsque le livre des Revolutions de Copernic fut cédé à Jakob Christmann… d'autres auteurs donnent 1605, en Allemagne.

Christmann mourut le 16 juin 1613, et le précieux document tomba de sa veuve en la possession de Johannes Amos Nivanus Komensky (1592-1670), puis de là on perdit sa trace pendant deux siècles. Il était passé des mains du baron Otto de Nostitz à Jawor Slaski à celles de ses successeurs. En 1948, la famille des Nostitz ayant collaboré avec les Nazis, le manuscrit devint propriété nationale et trésor culturel de la République tchèque qui l'offrit en 1956 à la République Populaire de Pologne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. chez Marc Michel Rey, 1771 : Journal des sçavans, avec des extraits des meilleurs journaux (vol 55)
  2. Henry Hallam 1839, trad. Alphonse R. Borghers : Histoire de la littérature de l'Europe Vol. 2, p 327
  3. Selon Karel Hujer, Sur l'histoire du manuscrit copernicien : « De revolutionibus orbium coelestium », Bulletin de la société astronomique de France avril 1976 lire en ligne, Jakob Christmann indique dans le manuscrit de Copernic qu'il a acheté le document à Valentin Otho.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cantor, Moritz: Vorlesungen über die Geschichte der Mathematik 1550-1600 Kapitel 68
  • (de) Walter Friedensburg: Geschichte der Universität Wittenberg.
  • Otto, V. : Kontrakt des Pfalzgrafen Johann Casimir mit Valentin Otto über die Herausgabe des Werkes von Georg Joachim Rheticus, 1587-1592. Generallandesarchiv Karlsruhe 43/2414.
  • Peucer, Caspar: Elementa doctrinae de circulis coelestibus, et primo motu, 1551.
  • Les devins ou Commentaire des principales sortes de devinations : Distingué en quinze livres, esquels les ruses & impostures de Satan sont descouvertes, solidement refutees, & separees d'avec les sainctes Propheties & d'avec les predictions Naturelles. de Caspar Peucer, traduction de S. Goulart, Anvers, Hevdrik Connix, 1584. (et Lyon, Barthélemy Honot, 1584)
  • Denis Roegel 2010, A reconstruction of the tables of Rheticus Opus Palatinum (1596) lire en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]