Valentín Paz-Andrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valentín Paz-Andrade

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Statue de Paz-Andrade à Pontevedra.

Nom de naissance Miguel Hernández Gilabert
Activités Écrivain, juriste, économiste
Naissance 23 avril 1898
Pontevedra
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Décès 19 mai 1987 (à 89 ans)
Vigo, Pontevedra
Drapeau de l'Espagne Espagne
Langue d'écriture Espagnol, galicien

Signature

Signature de Valentín Paz-Andrade

Valentín Paz Andrade, né à Pontevedra (Espagne) le 23 avril 1898[1] et mort à Vigo le 19 mai de 1987 est un homme politique galléguiste, juriste, économiste et écrivain en galicien et castillan. Membre de l’Académie royale galicienne depuis 1978, celle-ci lui dédie la Journée des lettres galiciennes 2012 [2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant à l'université de Saint-Jacques-de-Compostelle, son oncle, le poète Xoán Bautista Andrade, lui a présenté Castelao qui aura une influence majeure sur son œuvre. En 1921 il obtient une licence en droit.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il a écrit des essais littéraires, historiques et économiques qui reflètent son intérêt pour l'évolution économique de la Galice. Il laisse aussi des écrits comme spécialiste du monde de la pêche.

C'est un poète de la Xeración de 1925 (Génération de 1925) de la littérature galicienne, son œuvre poétique est empreinte de patriotisme, par exemple dans Soldado da morte (1921), Pranto matricial (1954), où il évoque la mort de Castelao et qui est réédité en 1975 en cinq langues ; dans Sementeira do vento (1968), il loue le paysage et les gens de Galice, ainsi que l'exil et l'amour absent ; Cen chaves de sombra (1979) et Cartafol de homenaxe a Ramón Otero Pedrayo (1986) sont dédiés à l'écrivain de la génération Nós, né à Ourense.

Il a collaboré dans plusieurs revues culturelles galiciennes Grial, O Ensino et Outeiro, avec des articles sur la littérature, et en particulier autour de la figure emblématique de Castelao. Il a dirigé et collaboré dans des revues spécialisées de l'industrie de la pêche : Industrias Pesqueras et Industria Conservera[3]. Il a écrit des articles d'économie et de politique pour les quotidiens El País et La Vanguardia.

Écrits en galicien[modifier | modifier le code]

Essais littéraires, économiques et politiques[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • Soldado da morte (1921).

Essais et articles[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • A evolución trans-continental da lingua galaico-portuguesa. O porvir da lingua galega, 1968, Círculo das Artes, Lugo, 166 pp., pp. 115-132.
  • O home dentro do sabio: Pedro Joseph de Bermés (1770-1824), 1985, Real Academia Galega de Ciencias (Académie royale galicienne des sciences. Avec la réponse de Enrique Vidal Abascal.
  • Epistolario, (1997, Edicións do Castro). Edition de Charo Portela Yáñez et Isaac Díaz Pardo, ISBN 978-84-7492-841-9.

Écrits en castillan[modifier | modifier le code]

Plaque sur sa tombe au cimetière de Lérez, paroisse de Pontevedra.

Essais littéraires, économiques et politiques[modifier | modifier le code]

Économie de l'industrie de la pêche[modifier | modifier le code]

  • Los puertos nacionales de pesca. Aportacíón de Vigo al estudio del problema (1928, Unión de Entidades Viguesas).
  • Principios de economía pesquera (FAO, Santiago de Chile, 1954)
  • Producción y fluctuación de las pesquerías (1954, Unesa).
  • Sistema económico de la pesca en Galicia (1958, Editorial Citania, Buenos Aires).
  • Los derechos sobre el espacio marítimo (1960, Ed. Reus) ISBN 978-84-290-0260-7.
  • El capital como factor del desarrollo de Galicia (1970, Banco Noroeste, A Coruña).
  • El concepto de zona económica en el nuevo derecho del mar (1974).

Ouvrage collectif[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 23 avril 1899 d'après l'enciclopédie en DVD Gran Enciclopedia Galega Silverio Cañada (GEG), ainsi que dans le « catalogue de la bibliothèque », de l'université de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  2. http://www.realacademiagalega.org/notebook/FindNote.do?noteIdentifier=131&startIndex=1&count=100 Session de la RAG du 4 juin 2011.
  3. Estela édition du dimanche du journal Faro de Vigo édition du 25 octobre 2009.
  4. Sementeira do vento en Google Books.
  5. Guerra civil (1936-1939) e literatura galega, inclúe os poemas Capotes de sombra amargos e Illa do amor, illa da morte de Cen chaves de sombra.
  6. Los Gallegos dans Google Books.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]