Valcabrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valcabrère
Basilique Saint-Just de Valcabrère, vue générale
Basilique Saint-Just de Valcabrère, vue générale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Barbazan
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Comminges
Maire
Mandat
Jean Verdier
2008-2014
Code postal 31510
Code commune 31564
Démographie
Gentilé Valcabrérois
Population
municipale
146 hab. (2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 58″ N 0° 34′ 54″ E / 43.03277778, 0.581666667 ()43° 01′ 58″ Nord 0° 34′ 54″ Est / 43.03277778, 0.581666667 ()  
Altitude Min. 424 m – Max. 471 m
Superficie 1,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Valcabrère

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Valcabrère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valcabrère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valcabrère

Valcabrère est une commune française, située dans le département de la Haute-Garonne en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Valcabrérois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Garonne en limites de Valcabrère et Labroquère.

Valcabrère est une commune située en rive gauche de la Garonne, au pied des Pyrénées dans le Comminges, à 17 km au sud-ouest de Saint-Gaudens. C'est une commune limitrophe avec le département des Hautes-Pyrénées

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Valcabrère
Labroquère
Saint-Bertrand-de-Comminges Valcabrère Loures-Barousse
(Hautes-Pyrénées)
Sarp
(Hautes-Pyrénées)
Izaourt
(Hautes-Pyrénées)

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Jean Verdier    
Les données manquantes sont à compléter.

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 146 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257 257 276 271 290 311 321 328 307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308 307 275 248 259 257 266 268 247
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
213 200 193 160 162 154 154 124 142
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
129 105 95 120 130 139 156 146 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La basilique Saint-Just de Valcabrère est classée monument historique depuis 1840[3].

En 1998, elle a fait partie des 71 monuments français inscrits au patrimoine mondial de l'humanité « au titre des chemins de Compostelle en France ». La justification de cette inscription est la suivante : « Les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, passant en Espagne par la vallée de Luchon et le col de Vénasque, s'arrêtaient à Saint-Bertrand-de-Comminges et à Saint-Just-de-Valcabrère pour y faire leurs dévotions ». La découverte d'une tombe dans laquelle il y avait une coquille et un bourdon (bâton de pèlerin) a permis d'affirmer qu'il s'agissait d'un pèlerin de Compostelle.

Cette église présente une particularité rare. Une niche est aménagée sous le sarcophage placé, lui, sur le maître-autel. Dans cette niche, un malade pouvait venir passer une nuit en prières afin de se trouver pénétré par les ondes émanant du corps saint qui le surmontait. C’était là une coutume générale qui tomba ensuite en désuétude. La présence de ce tombeau et la niche laissent penser que l’église était un lieu de pèlerinage. Aujourd'hui il est oublié au profit de Compostelle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La basilique est entourée d'un cimetière dont le portail d'entrée, du XIIIe siècle, est inscrit depuis 1926[4].

Une chapelle a été bâtie dans le village même de Valcabrère.

La tour Castet Bert de la fin du XIe siècle présente des éléments de remploi du site antique voisin de Lugdunum Convenarum. Elle est inscrite depuis 1997[5].

En bordure de la route départementale 26 subsistent les restes d'une pile funéraire romaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :