Val-Maravel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Val-Maravel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Luc-en-Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Monique Astier
2014-2020
Code postal 26310
Code commune 26136
Démographie
Population
municipale
42 hab. (2011)
Densité 1,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 33″ N 5° 34′ 14″ E / 44.5925, 5.5705555555644° 35′ 33″ Nord 5° 34′ 14″ Est / 44.5925, 5.57055555556  
Altitude Min. 776 m – Max. 1 690 m
Superficie 21,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Val-Maravel

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Val-Maravel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val-Maravel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val-Maravel

Val-Maravel est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Val-Maravel est une des rares communes réunies de France. Elle se compose des anciennes communes suivantes :

  • Fourcinet ;
  • La Bâtie-Crémezin ;
  • Le Pilhon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située aux confins du Haut-Diois, limitrophe des Hautes-Alpes, Val-Maravel est une commune de moyenne montagne couvrant les sources du Maravel. Elle culmine au mont Luzet (1692 m), et est séparée des communes de Boulc (au n), Lesches en Diois (à l'ouest), Beaurières (au sud) et La Haute-Beaume (à l'est) par des montagnes dépassant 1300 m. Le seul accès est celui percé par l'écoulement du Maraval, au sud-ouest : une gorge de quinze mètres entre deux rochers verticaux. La pierre en rive droite a été percés pour permettre le passage d'une route départementale.

On trouve naturellement de nombreuses espèces animales terrestres (cerf, chevreuil, sanglier, blaireau, renard pour les plus grosses) et aériennes (buse, milan, chardonneret, mésange, tarin, rouge-gorge pour les plus faciles à observer).

Elle compte trois villages principaux (Fourcinet, environ 840 m d'altitude), la Bâtie-Crémezin (860 m) et le Pilhon (1050 m), en rive droite du Maravel, et deux hameaux secondaires (la Vière et la Vière du Pilhon), en rive gauche ; l'ensemble totalise une cinquantaine d'habitants à l'année.

L'essentiel de l'activité concerne l'élevage ovin et bovin ; l'ONF y gère également une large surface de pins noirs. Les commerces ont disparu (épicerie à Beaurières, 4 km de Fourcinet ; tabac-presse à Luc-en-Diois, 18 km, et supermarché à Die, 38 km), mais la population de la commune connaît une lente croissance depuis le milieu des années 90.

Les enfants maravelous vont à l'école de Beaurières, puis au collège et au lycée de Die (arrêt de bus à Beaurières, desservi vers Die à 6 h 50 et depuis Die à 18 h 20). La gare SNCF en activité la plus proche est celle de Luc-en-Diois, mais il faut aller à Die ou à Aspres-sur-Buëch (36 km, dans les Hautes-Alpes) pour trouver une desserte régulière.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1973 : création de la commune (réunion de Fourcinet, La Bâtie-Crémezin et Le Pilhon).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1988 2008 Marie-Lyse Galland PS  
2008 en cours
(au 31 octobre 2014)
Monique Astier[1] SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 42 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186 208 175 179 189 177 180 181 177
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
161 153 150 141 140 162 293 109 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110 120 118 85 77 62 71 54 53
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
37 29 48 43 41 43 47 44 42
2011 - - - - - - - -
42 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

édifices[modifier | modifier le code]

  • Temple de Fourcinet
  • Église du Pilhon

points de vue[modifier | modifier le code]

  • Sommet de Luzet (1692 m) : vue panoramique sur le Dévoluy, le massif de Glandasse, le mont Aiguille et la vallée du Buëch.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Val-Maravel sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :