Vakif (Turquie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vakif
(tr) Vakıflı Köyü, (hy) Վաքիֆ
Église de Vakif
Église de Vakif
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région méditerranéenne
Province Hatay
District Samandağ
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 31
Démographie
Population 130 hab.
Géographie
Coordonnées 36° 06′ 51″ N 35° 58′ 33″ E / 36.114098, 35.97571836° 06′ 51″ Nord 35° 58′ 33″ Est / 36.114098, 35.975718  
Altitude 100 m
Localisation
Districts de la province de Hatay
Districts de la province de Hatay

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 15.svg
Vakif

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 15.svg
Vakif
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Vakif (turc : Vakıflı, arménien : Վաքիֆ) est le dernier village arménien de Turquie[1],[2], le reste de la communauté étant rassemblé dans les villes, principalement à Istanbul. Il est situé près du mont Moïse (en turc : Musa Dağı, en arménien : Musa Ler) dans la province de Hatay.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du 21 juillet 1915, durant le génocide orchestré par les Jeunes-Turcs au pouvoir, la population arménienne de Vakif, comme celle de huit autres villages de la région[3], s'organise, fuit vers le mont Moïse et résiste aux forces armées ottomanes pour échapper aux déportations et aux tueries[4] ; les villageois ont en effet été informés par un survivant de la manière dont Zeytoun a été vidée de sa population arménienne[3], et la décision de résister n'a été prise que « lorsque ses leaders ont acquis la certitude que les autorités allaient les envoyer à la mort »[5]. Mais le 12 septembre, à court de vivres et de munitions, les quatre à six mille Arméniens restants sont évacués par la marine française pour Port-Saïd en Égypte[4].

Après la Première Guerre mondiale, Vakif fait partie de la Syrie avant de revenir en 1939 à la Turquie.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

L'église du village a été restaurée de 1994 à 1997, avec l'aide du gouvernement turc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (tr) Ersin Kalkan, « Türkiye'nin tek Ermeni köyü Vakıflı », Hürriyet,‎ 31 juillet 2005 (lire en ligne)
  2. (en) Verity Campbell, Turkey, Footscray, Lonely Planet,‎ 2007, 10e éd., poche (ISBN 978-1-74104-556-7, lire en ligne).
  3. a et b Raymond Haroutioun Kévorkian, Le Génocide des Arméniens, Odile Jacob, Paris, 2006 (ISBN 2-7381-1830-5), p. 757.
  4. a et b (en) Israel W. Charny, Encyclopedia of genocide, vol. 1, ABC-CLIO,‎ 1999, 718 p. (ISBN 978-0-87436-928-1), p. 422.
  5. Raymond Haroutioun Kévorkian, op. cit., p. 758.

Articles connexes[modifier | modifier le code]