Vacuna (déesse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Profil de Vacuna sur une pièce de monnaie

Déesse romaine qui avait des bois sacrés à Reate (capitale du pays des Sabins, aujourd'hui Rieti) et un temple à Rome.
La protection exacte qu'elle était censée apporter est assez obscure. Pomponius Porphyrion, dans son commentaire d'Horace, dit qu'elle était « incerta specie » (de représentation incertaine).
Selon ce même Pomponius Porphyrion et d'autres scoliastes d'Horace, on l'assimilait à Bellone, à Cérès, à Diane,à Minerve ou à la Victoire. On trouve chez des auteurs de la Renaissance[1] l'idée qu'elle présidait au repos (vacance) des champs.
Horace semblant l'invoquer en faveur de l'ami auquel il adresse une de ses Épîtres et l'étymologie du nom Vacuna pouvant être liée à l'idée de manque, de privation, on a conjecturé qu'elle était priée en faveur des absents, membres de la famille ou amis[2].

Sources d'époque[modifier | modifier le code]

Sources littéraires :

Sources épigraphiques :

Études[modifier | modifier le code]

  • Edmond Courbaud, Horace : sa vie et sa pensée à l’époque des Épîtres, Paris, 1914, ch. 2, § 7, note 16. Consultable sur espace-horace
  • A. W. van Buren, « Vacuna », The Journal of Roman Studies, Vol. 6, 1916 (1916), pp. 202-204.
  • Elizabeth Cornelia Evans, « Horace's Sabine Goddess Vacuna », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, Vol. 65, 1934 (1934).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Petrus Crinitus, De honesta disciplina, 1504, livre 25, chap. 12; Lilius Gregorius Gyraldus, Historiae Deorum Gentilium, Syntagme 10, Bâle, 1548, qui dépend peut-être de Crinitus.
  2. G. Dumézil, La religion romaine archaïque, 2de éd., p. 369, n. 3; id., « Vacuna », in Ex Orbe Religionum : Studia Geo Widengren I, Studies in the History of Religions 21 (Leyde 1972), p. 307-311; id., Fêtes romaines d'été et d'automne, Paris, 1975, p. 232 ss. (cité par Robert Turcan, Religion romaine, éd. Brill, 1988, p. 25).
  3. Edmond Courbaud, Horace : sa vie et sa pensée à l’époque des Épîtres, Paris, 1914, ch. 2, § 7, note 16. Consultable sur espace-horace