VISTA (télescope)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VISTA.

24° 36′ 57″ S 70° 23′ 51″ O / -24.6158, -70.3975

Le télescope VISTA
Vue infrarouge de la nébuleuse de la Lagune, photographiée en janvier 2011 par le télescope Vista.

Le télescope VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy), dont le miroir principal a un diamètre de 4,1 mètres, est un télescope dédié à la cartographie de l'univers. Il est installé à l'observatoire du Cerro Paranal dans le désert d'Atacama, à proximité du Very Large Telescope (VLT). Transféré par le Royaume-Uni à l'ESO lorsqu'il en est devenu membre, il est développé par un consortium de 18 universités, dont l'Astronomy Technology Centre (ATC), le Rutherford Appleton Laboratory (RAL) et l'université de Durham, et dirigé par la Queen Mary University of London.

Le design et la construction du télescope ont été pilotés par le Conseil des équipements scientifiques et technologiques du Centre de la technologie pour l’astronomie du Royaume-Uni (Science and Technology Facilities Council's UK Astronomy Technology Centre (STFC, UK ATC)). L’acceptation provisoire de VISTA a été officiellement accordée par l’ESO au cours d’une cérémonie organisée au siège social de l’ESO à Garching, en Allemagne, en présence de représentants de la Queen Mary University of London et du STFC, le 10 décembre 2009.

Le projet, financé par la JIF et PPARC, est entré en fonctionnement en 2007.


Il s'agit d'un instrument de grand relevé photométrique infrarouge (0,85-2,4 μm) couvrant un champ de 0,6 degré carré avec des pixels de 0,34 arcseconde. La possibilité d'un complément visible « DarkCam » a été explorée, mais jugée financièrement trop risquée, elle a été abandonnée dès 2005. Ce télescope sera utilisé aux trois quarts en mode survey. Il possède une caméra de 3 tonnes contenant 16 détecteurs spéciaux, sensibles au rayonnement infrarouge et représentant au total 67 millions de pixels. Pour éviter d’être submergée par le faible rayonnement infrarouge venant de l’espace, la caméra est refroidie à -200 degrés Celsius et est dotée de la plus grande fenêtre d’observation dans l’infrarouge jamais réalisée.

Les données - 300 gigaoctets par nuit, soit plus de 100 téraoctets par an - seront stockées dans les archives numériques de l’ESO et traitées en images et en catalogues dans les centres de données des universités de Cambridge et d’Édimbourg, au Royaume-Uni. L’ensemble des données sera publique et accessible par les astronomes du monde entier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]