Vêtement d'intérieur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les vêtements d'intérieur constituent l'ensemble des vêtements portés dans l'intimité du domicile que ce soit pour des activités comme le sommeil, l'hygiène ou les occupations domestiques.

Ils incluent les vêtements de nuit et les sous-vêtements.

C'est à partir du XIXe siècle que le vêtement d'intérieur va commencer à avoir des critères précis d'utilisation ; le matin, une robe de chambre ou un peignoir ; l'après-midi, une robe d'intérieur sobre ; la nuit, une chemise de nuit longue en coton ou en lin[1].

Les vêtements d'intérieur connaîtront un véritable engouement pendant les années 1970 notamment aux États-Unis.

Depuis les années 1980, le survêtement est devenu un vêtement d'intérieur courant.

Vêtements de nuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : liste de vêtements de nuit.

La chemise de nuit est utilisée dès l'Antiquité[1].

Au Moyen Âge, afin de marquer les différences sexuelles, il est de coutume de dormir nu ; même s'il existe bien une chemise de lit (assimilable à la chemise de nuit) mais dont le port a une signification sociale précise : le refus d'accomplir le devoir conjugal[1].

Jusqu'à la Renaissance, dormir seul dans une chambre est un luxe réservé à une élite. On dort nu ou avec sa chemise de jour[1].

Au XVIIe siècle, seules les plus fortunés peuvent se payer une chemise de nuit (ample, en coton et longue jusqu'aux genoux). Mais l'usage va peu à peu se répandre à mesure que les coûts de production baissent[1].

C'est au XXe siècle que la lingerie de nuit fait son apparition apportant une touche de séduction au fonctionnel ainsi que la diversité des courants de mode[1].

Sous-vêtements[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : sous-vêtement et liste des sous-vêtements.

Note[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Le vêtement, M.N. Boutin-Arnaud, S. Tasmadjian, Éditions Nathan, 1997. ISBN 2-09-182472-0

Voir aussi[modifier | modifier le code]