Véronique Massonneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massonneau.
Véronique Massonneau
Image illustrative de l'article Véronique Massonneau
Fonctions
Députée de la 4e circonscription de la Vienne
En fonction depuis le 20 juin 2012
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Jean-Pierre Abelin
Biographie
Date de naissance 17 juillet 1959 (55 ans)
Lieu de naissance Jemappes (Belgique)
Nationalité Belge
Française
Parti politique EELV
Profession Employée du secteur privé

Véronique Massonneau, née le 17 juillet 1959 à Jemappes (Belgique), est une femme politique franco-belge[1], membre d'Europe Écologie Les Verts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'agriculteur et d'une assistante sociale, Véronique Massonneau est issue d'une famille belge de sept enfants très catholique. Elle est employée de banque[2] jusqu'à son élection comme députée de la 4e circonscription de la Vienne le 17 juin 2012.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2004, elle se présente sans succès lors des sénatoriales de 2004 dans la Vienne où elle obtient 3,44 % des voix[3]. En 2007, elle se présente aux législatives à Châtellerault et obtient 4,96 % des suffrages[4]. En 2012, elle est de nouveau candidate aux législatives face au député sortant NC, Jean-Pierre Abelin, également maire de Châtellerault, sous l'étiquette EELV mais soutenue par le PS. Malgré un candidat socialiste dissident, Christian Michaud, maire de Naintré, Véronique Massonneau se hisse au second tour avec 19,97 % des voix, contre 33,78 % pour Jean-Pierre Abelin et 17,79 % pour Christian Michaud. Au second tour, profitant du report des voix de son rival socialiste, Véronique Massonneau l'emporte avec 50,67 %, soit 560 voix de plus que son adversaire. Elle devient ainsi la première parlementaire écologiste de Poitou-Charentes.

À l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui députée à l'Assemblée nationale, Véronique Massonneau siège à la Commission des Affaires sociales. Elle est également secrétaire de la commission spéciale chargée de vérifier et d'apurer les comptes, et préside le groupe d'amitié France - Cap-Vert[5].

Comme s'y étaient engagés les candidats EELV lors des législatives, Véronique Massonneau a rendu publique l'utilisation de la réserve parlementaire sur son site Internet[6].

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Vénerie[modifier | modifier le code]

Véronique Massonneau retire en juin 2013[7] sa signature de la proposition de loi visant à interdire la vénerie en France, se démarquant ainsi de son parti.

Réforme des retraites[modifier | modifier le code]

Lors de l'examen du projet de loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, porté par Marisol Touraine, Véronique Massonneau est la cheffe de file du groupe écologiste de l'Assemblée nationale[8]. Si elle souligne l'avancée du compte personnel de prévention de la pénibilité et quelques mesures en faveur des agriculteurs, des femmes et des apprentis, elle critique fermement l'allongement de la durée de cotisation ainsi que le report de revalorisation des pensions du 1er avril au 1er octobre. Face à ces critiques, Marisol Touraine annonce alors une double revalorisation du minimum vieillesse pour les bénéficiaires de l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ainsi que le doublement de l'Aide à la complémentaire santé (ACS) pour les personnes de plus de 60 ans[9].

C'est lors de ces débats qu'a lieu l'épisode dit du « poulegate » où le député Philippe Le Ray se met à caqueter alors que Véronique Massonneau défend un amendement[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]