Véronique De Keyser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Véronique De Keyser 2014
Video (français) / (anglais)

Véronique Marie Alice Henriette De Keyser, née le 23 mars 1945 à Bruxelles est une femme politique belge francophone, membre du PS.

Elle est licenciée en psychologie de l'ULB (1968) et docteur en psychologie du travail(1974).

Elle fut chercheur en psychologie à l'ULB et au Centre d'études et de recherches industrielles de Bruxelles (1968-1984) ; Présidente de la Société d'Ergonomie de Langue française (1981-1984) ; chargé de cours à l'Université de Liège (Ulg, 1984) ; Professeur ordinaire à l'Ulg (1988) ; Doyen de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'Ulg (1990-1998) ; Professeur invité aux universités de Porto, Moscou, Toulouse-Le Mirail et Notre Dame de la Paix à Namur ; Présidente de la Société belge de psychologie (1990-1994) ; Présidente de l'EAWOP (European Association for Work and Organisational Psychology) (1997-2003) ; Directrice du Centre d'Excellence de l'ULg, PAI (1991-1998) sur Raisonnement temporel et variabilité comportementale (modélisation cognitive du raisonnement temporel en situation dynamique) ; Administrateur de la Fondation Roi Baudouin (depuis 2005) ; membre de la New York Academy of Sciences (2001) ; membre du Comités National de Psychologie et de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts.

Elle est spécialiste du stress et de l'erreur humaine en aéronautique et anesthésie, et auteur d'une centaine d'articles scientifiques et d'ouvrages.

Elle reçoit de nombreuses distinctions honorifiques dont les titres de Chevalier de l'Ordre de Léopold en 1988, Commandeur de l'Ordre de la Couronne en 1997, le prix Maria Sibylla-Merian donné à des femmes scientifiques pour leur carrière remarquable en 1999, le 'NATO Science Award' en 1986, le prix 'Santé et Entreprise' en 1996. Elle reçoit aussi le prix Théroigne de Méricourt 2011[1] de Synergie Wallonie.

Mandats[modifier | modifier le code]

  • députée européenne (2001-2014)
  • conseillère communale à Liège (depuis 2006)
  • en 2005 nommée Chef de Mission d'Observation Electorale en Palestine pour les élections de 2006
  • en 2010 nommée Chef de Mission d'Observation Electorale au Soudan pour les élections de 2010
  • en 2011 nommée Chef de Mission d'Observation Electorale pour le Référendum Sud Soudan de 2011

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Aux élections européennes de Juin 2009, Véronique De Keyser obtient un troisième mandat comme députée européenne, obtenant aussi son premier mandat comme Vice-président du Groupe Socialistes et Démocrates (S&D). Elle est membre de la commission Développement (DEVE) et de la "sous-commission" Droits de l'homme (DROI), de la Délégation à l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE et de Délégation pour les relations avec le Conseil législatif palestinien. Elle est aussi suppléante en commission AFET.

C'est en 2001 que Véronique De Keyser devient membre du Parlement européen, une fonction succédant à une longue carrière scientifique au niveau international. Elle débute ses études à l’Université de Bruxelles en faculté de psychologie où elle obtient son doctorat en psychologie du travail en 1974. Elle sera successivement chargée de cours à l’Université de Liège en 1984, Professeur Ordinaire en 1988 et finalement Doyen de la Faculté de Psychologie de 1990 à 1998. Sa carrière académique -qui la verra devenir spécialiste mondialement reconnue dans la recherche appliquée sur la sécurité et la fiabilité humaine dans des environnements à risque ainsi qu'en ergonomie- lui permet de jeter des ponts entre des communautés scientifiques différentes et de développer une collaboration académique avec les Etats-Unis et la Russie, l'Amérique du Sud mais aussi l'Afrique. Elle a été présidente de la "European Work and Organizational Psychology Association" (EAWOP), ainsi que présidente de la Société d'Ergonomie de Langue Française (SELF) et est directrice du Centre d'Excellence de l'ULG sur la modélisation du raisonnement temporel en situation dynamique. Elle a écrit plus d'une centaine d'articles et plusieurs ouvrages scientifiques.

Tout au long de sa carrière scientifique elle maintient un engagement politique fort au parti socialiste belge. Elle entrera au Parlement européen pour son premier mandat le 12 septembre 2001, au lendemain de l’attentat terroriste de New York. Elle devient alors membre de la Commission des Affaires Etrangères et suppléante dans la Commission Environnement. Elle s'engage vigoureusement contre l'intervention américaine en Iraq, et marquera d'emblé son engagement politique vers le monde Arabe et Moyen-oriental, dans la défense des droits de l'homme, des droits des femmes, se déplacera régulièrement en Syrie, en Palestine et dans tout les pays du Mashrek, du Moyen-Orient et de la péninsule arabique. Elle sera nommée en fin 2005 Observatrice en chef de la Mission d'observation des élections en Palestine durant son second mandat parlementaire.

Lors de son troisième mandat comme députée, elle poursuit ses combats en faveur des peuples du Sud de la méditerranéen à l'aune du printemps arabe. Elle se tourne aussi vers l'Afrique et le développement. Elle sera, une fois encore, nommée Chef de mission d'observation d'élection pour les présidentielle, législative et locale au Soudan en 2010, et pour le référendum d'indépendance du Sud-Soudan en Juillet 2011.

Au Parlement, son action a porté sur les pays en transition démocratique (Printemps arabes), sur le Moyen-Orient en particulier, la Syrie et la Palestine et sur les régions en conflit en Afrique. Elle a défendu la démocratie, la paix, le renforcement des Etats fragiles, la consolidation des partis progressistes, le droit des femmes, la laïcité, la lutte contre la torture et en particulier celle des enfants, la lutte contre le phénomène des enfants soldats et des enfants accusés de sorcellerie.

Professeur de psychologie du travail à l’Université de Liège et ex-Doyenne de la Faculté de psychologie, conseillère communale de Liège, elle est spécialiste des conditions de travail, du stress, de l’emploi et notamment celui des jeunes. Elle dénonce à travers son action politique et ses écrits les conditions dégradées de travail auxquelles conduisent les forces ultralibérales qui ont dirigé l’Europe au cours de cette dernière décade.

Bibliographie Récente[modifier | modifier le code]

  • De Keyser,V., Qvale,T., Wilpert,B., & Ruiz Quintanilla,S.A (Eds)(1988) The Meaning of Work and Technology Option. Wiley & Sons
  • De Keyser,V. & Van Daele, A. (Eds)(1989). L'ergonomie de conception. Editions De Boeck
  • Cellier, J.M., De Keyser, V, & Valot, C. (1996) La Gestion du temps dans les environnements dynamiques, Presses Universitaires de France
  • De Keyser, V. & Leonova, A. (2001) - Human error prevention and well being at work in Western Europe and Russia, Kluwer Publisher
  • De Keyser, V. (2002) - L'erreur humaine, Editions Labor
  • De Keyser, V. (2003) - A la vie comme à la mort, Editions Labor
  • De Keyser, V. (2008) - Petits crimes sans importance. Critiques de la flexibilité au travail en Europe, Editions Luc Pire
  • Hessel, S. & De Keyser, V. (2013) - Palestine, la trahison européenne, Editions Fayard
  • Thèse de psychologie, 1974 - Approche psychologique de l'expérience ouvrière à travers les systèmes automatisés

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Véronique De Keyser élue "femme d'exception de Wallonie" », sur http://www.lalibre.be,‎ 10/11/2011 (consulté le 10/11/2011)