Vérargues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vérargues
Fontaine
Fontaine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Lunel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lunel
Maire
Mandat
Jean-Jacques Esteban
2014-2020
Code postal 34400
Code commune 34330
Démographie
Gentilé Vérarguois
Population
municipale
712 hab. (2011)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 02″ N 4° 06′ 01″ E / 43.7172222222, 4.1002777777843° 43′ 02″ Nord 4° 06′ 01″ Est / 43.7172222222, 4.10027777778  
Altitude Min. 15 m – Max. 65 m
Superficie 5,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vérargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vérargues

Vérargues (en occitan Verargues) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Vérarguois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de localisation de la commune

Les communes voisines de Vérargues sont Saturargues, Saint-Sériès, Saint-Christol, Villetelle, Lunel-Viel[1]. L'accès à la commune se fait par la route départementale 110. L'autoroute la plus proche est l'A9, entre les sorties sortie 27 et sortie 28[2]."Sortie Lunel".

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vérargues Blason D’azur à Saint-André brochant sur sa croix, le tout d’or[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008 Louis Adell DVG Retraité commercial
vice-président de la communauté de communes
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 712 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
84 74 105 92 91 113 116 114 111
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
122 134 142 160 155 132 136 125 127
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
149 148 164 171 170 203 187 204 254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
178 308 348 291 524 446 572 665 711
2011 - - - - - - - -
712 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est une part importante de l'économie de la commune : viticulture, avec le muscat de Lunel, oléïculture, avec l'olive de Nîmes AOC et l'huile d'olive de Nîmes AOC. Les viticulteurs de la commune dispose d'une cave coopérative, depuis 1957[6].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Vérargue débutent leurs études à l'école primaire de la commune[7]. De nouveaux locaux, actuellement en construction, seront mis en service au premier trimestre 2013, pour quatre classes[8].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Clinique Stella

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Agathe ; seconde moitié XIXe siècle
  • Château du Pouget
  • Domaine dit Château Vérargues au cœur du village ; exemple d'architecture viticole particulièrement représentatif de la fin du XIXe siècle. À noter l'impressionnante cave datant de 1895.
  • Clinique psychiatrique Stella. L'aile ouest correspond à l'ancien bâtiment du séminaire dit « Institution Notre-Dame-de-la-Paix » en activité de 1933 aux années 1950. Cet établissement fut lui-même aménagé au sein d'une construction beaucoup plus ancienne (sans doute un château) dont peu de traces subsistent si ce n'est une belle salle voutée au rez-de-chaussée avec moulures et cheminée en marbre d'époque Louis XV. À cette occasion, la construction fut d'ailleurs surélevée d'un étage et modifiée en partie dans le style Art déco en ce qui concerne les façades. À noter le grand parc de 9 ha qui, outre de remarquables arbres, conserve une très gracieuse orangerie néo classique en pierre de taille éclairée par neuf portes cintrées ainsi qu'un ancien oratoire de plein air (improprement nommé chapelle) datant de l'époque du séminaire (la véritable chapelle, dédiée à Notre-Dame-de-la-Paix se trouvait en fait au sein de l'aile nord du bâtiment).

Le domaine est vendu par le diocèse de Montpellier en 1963 et une clinique s'y est installée depuis procédant à de nouvelles et très importantes modifications dans l'architecture générale du bâtiment.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :