Véra Nabokov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Papillons dessinés par V (Vladimir) pour V (Véra).

Véra Nabokov, née à Saint-Pétersbourg le 5 janvier 1902 (23 décembre 1901) et morte à Vevey le 7 avril 1991, est l'épouse, la dactylographe, l'éditrice, l'inspiratrice et parfois la traductrice, voire la garde du corps de l'écrivain Vladimir Nabokov (1899 - 1977). Elle est également la mère du chanteur et traducteur Dmitri Nabokov (1934 - 2012). Pratiquement toutes les œuvres de Nabokov lui sont dédiées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Née le 5 janvier 1902 (nouveau style) dans une famille juive, deuxième de trois sœurs, Vera Slonim est la fille d'Evséï Slonim, avocat au barreau, et de Slava (née Feiguine)[1]. Parce qu'il était juif, son père se voit interdire d'exercer, il quitte alors le barreau et se tourne alors vers l'exportation de bois, plutôt que devoir accepter de changer de religion[2],[3].

Durant la Première Guerre mondiale, la jeune femme se considère comme « socialiste », un point de vue qu'elle abandonne après la révolution d'Octobre 1917. La famille s'établit quelque temps à Moscou, puis revient à Pétrograd. Son père échappant chanceusement à une arrestation nocturne, la famille s'enfuit. Le père pour Kiev et le reste de la famille pour la Biélorussie. La région étant reprise par les bolcheviks, la famille rejoint Evséï à Kiev. En 1920, il fuyant la Crimée et s'installe à Berlin sur un cargo canadien[4],[5]. Ruiné par la Révolution russe, Evséi tenta de remonter deux affaires, mais après l'hyperinflation de la République de Weimar, elles aussi capotèrent en 1924.

Vera souhaite entrer à l'Université technique de Berlin, mais son père craignant pour sa santé l'en dissuade. Elle travaille alors comme sténographe dans les affaires de son père, en particulier pour la maison d'édition Orbis. Bien qu'elle ne soit pas active dans les cercles littéraires de la diaspora russe de Berlin, elle nourrit un grand intérêt pour la littérature, et connaît le travail de Sirine[6] dès ses débuts[7].

La rencontre de Nabokov[modifier | modifier le code]

Engagée comme collaboratrice dans la revue de l'émigration russe, Roul, - à laquelle collaboraient ou avaient collaboré les Nabokov (père et fils) au printemps 1924. Le 24 juin, Nabokov publia un poème dans Roul intitulé La Rencontre dédiée à une certaine V. S[8]. Selon Vladimir Nabokov, leur première rencontre aurait eu lieu lors d'un bal de charité le 8 mai 1924, ce que l'intéressée s'est toujours refusé à confirmer. Pendant les quatre ou cinq ans qui suivent, Véra est non seulement la dactylo de Nabokov, mais aussi sa traductrice...

Le 15 avril 1925, Véra Slonim épouse Vladimir Nabokov à la mairie de Berlin.

Ouvrage consacré à Véra Nabokov[modifier | modifier le code]

  • (en) Martin Amis, Visiting Mrs Nabokov: And Other Excursions, 1993

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boyd 1992, p. 251
  2. Boyd, Ibidem.
  3. Cette vexation est assez courante à l'époque. D'autres ont cependant eu plus de chance, par exemple, le peintre Leonid Pasternak, le père de l'écrivain Boris Pasternak.
  4. Boyd 1992, p. 252
  5. Plusieurs épisodes qu'elle vécut alors furent repris dans des œuvres de Nabokov (par exemple L'Exploit).
  6. Sirine est le pseudonyme de Nabokov pendant sa période européenne.
  7. Boyd 1992, p. 253
  8. Boyd 1992, p. 248

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brian Boyd (trad. Philippe Delamare), Vladimir Nabokov [« Vladimir Nabokov: The Russian Years »], t. I : Les années russes, Paris, Gallimard (Biographie), coll. « Biographies »,‎ 9 janvier 1992 (1re éd. 1990), 660 p. (ISBN 978-2-07-072509-0)
  • Brian Boyd (trad. Philippe Delamare), Vladimir Nabokov [« Vladimir Nabokov: The American Years »], t. II : Les années américaines, Paris, Gallimard (Biographie), coll. « Biographies »,‎ 9 octobre 1999 (1re éd. 1991), 826 p. (ISBN 978-2-07073112-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]